Magazine Culture

Le Compagnonnage est-il mort ? (Sur les dangers d’une scolarisation du Compagnonnage)

Par Jean-Michel Mathonière

Introduction

« D’ici 2015, les Compagnons vont mettre en place de nouveaux diplômes jusqu’au niveau bac + 5, en partenariat avec d’autres établissements d’enseignement supérieur. Notamment le Conservatoire national des arts et métiers (CNAM). Les Compagnons espèrent accueillir 4000 jeunes en licence professionnelle à l’horizon 2015.
« Après cette date et le temps nécessaire à sa bonne mise en place, la possibilité de préparer un master est à l'étude, car déjà de plus en plus de Compagnons en fin de Tour de France, passent un diplôme d'ingénieur ou font valider via la VAE un diplôme de l'enseignement supérieur » (article « Grande école des hommes de métier en compagnonnage », Wikipédia).

« En effet, afin de faire face à la concurrence des organismes de formation publics et privés mais également pour permettre à ses membres de faire face à la concurrence sur le marché du travail, les jeunes Aspirants et Compagnons sont incités à passer des diplômes afin de valider leur niveau de compétences et de permettre une reconnaissance accrue – reconnaissance du titre de Compagnon comme un diplôme de niveau III » (Annabelle HULIN, Université François-Rabelais de Tours).

Notre avis sur la question

Si les Compagnons savent intuitivement ce que leur apporte le mode de formation « pratico-initiatique » propre au Compagnonnage, il n’est toutefois pas inutile de rappeler quelles sont les différences fondamentales qui le distinguent d’un mode de formation de type scolaire. Distinguons en effet le mode de fonctionnement d’une « institution » au service des interactions personnelles, créatrices et autonomes permettant l’épanouissement technique et culturel, menant à l’indépendance d’esprit, de celui d’une institution scolaire qui ne dispense la connaissance qu’au travers de programmes conformes à l’idéologie et aux dogmes d’une société répondants aux seuls critères de rentabilité et de productivité marchande. Or, cette idéologie, dont la vision institutionnelle de l’enseignement est de « permettre à tous les individus de gravir les échelons de la hiérarchie sociale selon leurs possibilités grâce aux échelons de la hiérarchie scolaire » (M.-T. Dewez et Wirix) suggère que le savoir, l’intelligence et la reconnaissance sociale, s’acquièrent et relèvent de la seule scolarité.

Le Compagnonnage est-il mort ? (Sur les dangers d’une scolarisation du Compagnonnage)

Le Compagnonnage contrarie dès lors cette idéologie qui fait de la scolarité le rempart contre tout renversement du système des valeurs. D’autre part, si le Compagnonnage est arrivé à instituer une élite de bâtisseurs et de techniciens au sein du monde ouvrier et ce par une approche non scolaire de l’apprentissage, nous pouvons déjà affirmer que l’épanouissement et le développement technico-culturel des jeunes ne sont pas le propre et ne relèvent en aucune manière d’une scolarité quelconque.

Nous sommes donc tout naturellement amené à nous interroger sur les raisons qui poussent notre société à réserver le monopole de l’éducation, de la formation et de l’apprentissage aux institutions scolaires alors qu’il n’y a aucune raison fondamentale qui interdise l’acquisition d’une formation plus convaincante dans un autre cadre.


Ceci dit, l’un des points essentiels qui distingue le mode de formation scolaire du mode de formation compagnonnique est qu’au sein de ce dernier le sentiment d’échec est pour ainsi dire inexistant car il permet à chacun d’évoluer à son rythme personnel. En effet, l’existence de programme de cours, qui n’ont rien à envier à ceux des écoles polytechniques, ne signifie pas pour autant qu’il y ait un volume prédéfini de matière à étudier chaque année. C’est-à-dire qu’un Compagnon qui aurait pris du « retard » en fin d’année « académique » n’est pas contraint, comme c’est le cas au sein des institutions scolaires, de doubler son année et par le fait même, d’être obligé de consacrer une année entière à revoir des matières déjà vues. Le Compagnon poursuivra son apprentissage et reprendra les cours l’année suivante là où le perfectionnement et les connaissances acquises entre-temps l’auront mené.

L’élimination du sentiment d’échec, si présent en milieu scolaire, par l’idée d’une progression constante dans le perfectionnement et l’apprentissage des matières tant théoriques que pratiques, dépénalise ceux qui manifesteraient plus de difficultés à assimiler un savoir. Par ailleurs, le refus d’une consécration définitive par un diplôme en bonne et due forme oblige le Compagnon à se remettre chaque jour en question et à prouver de manière sans cesse dynamique que seule la qualité irréprochable de son travail le fonde dans sa vocation d’œuvrier.

Les caractéristiques de la formation compagnonnique étant mises en évidence, nous comprenons mieux qu’il n’est pas souhaitable de confondre les pédagogies propres à chaque système. Seulement, le développement des formations de type social, des stages de formation continue et autres recyclages ainsi que la dépendance par rapport aux pouvoirs publics imposent au Compagnonnage certaines concessions et conformités en vue de pouvoir bénéficier de la reconnaissance et des subsides octroyés par l’État. C’est ainsi, qu’accompagnés d’une certaine idée de « promotion », les Compagnons transforment progressivement leur mode de formation originel en un mode d’enseignement scolaire reconnu quant à lui d’utilité publique.

L’un des signes révélateurs de la tendance vers une forme de scolarisation du Compagnonnage est l’examen d’entrée destiné à sélectionner les jeunes qui se présentent chez les Compagnons. Ce n’est pas la sélection en soi qui nous pose problème (celle-ci est inévitable et compréhensible ne serait-ce que pour une question de nombre) mais bien les critères sélectifs utilisés.

Le Compagnonnage est-il mort ? (Sur les dangers d’une scolarisation du Compagnonnage)

Le recours aux tests « psycho-médico-sociaux » et l’évaluation du niveau scolaire des jeunes candidats n’ont d’intérêt et ne sont en effet justifiés que dans le cadre d’une institution dont la pédagogie et les programmes scolaires supposent la détention de diplômes et d’acquis « institutionnels » types. L’importance accrue accordée aux diplômes et au passé scolaire des jeunes postulant en Compagnonnage signifie-t-elle que ce dernier s’achemine vers un mode de fonctionnement scolaire proche des « boîtes à concours » ?

Le Compagnonnage a de fait bien du mal à préserver son mode de fonctionnement original et à rester le lieu privilégié de l’observation patiente et continue de l’individu en lui permettant d’évoluer à son rythme personnel sous le regard des anciens. Cheminement fort différent de la course aux diplômes et du parcours trop souvent jalonné d’échecs à l’intérieur des institutions scolaires.

Il y a actuellement une tendance à l’intérieur du Compagnonnage subsidié par les pouvoirs publics à mélanger dangereusement les méthodes qui lui sont propres et les aspects plus scolaire de l’apprentissage. Plusieurs systèmes de valeurs entrent désormais en compétition :

formation professionnelle et culture générale ;

— formation humaniste à « l’ancienne » et apprentissage des technologies nouvelles ;

— apprentissage « sur le tas » à l’atelier et au chantier et apprentissage plus « scolaire » dans les stages de formation continue.

Ces différents aspects de la formation de l’ouvrier ont tous leur importance, il va de soi. Mais il nous paraît dangereux de mélanger les méthodes propres à chaque système. Plutôt que d’imposer aux jeunes artisans l’acquisition de techniques qui ne relèvent pas directement de leur métier et vouloir leur faire subir un écolage s’adressant plutôt aux ingénieurs techniciens ou aux ingénieurs en général, pense-t-on suffisamment à introduire lentement et à bon escient ces techniques et connaissances complémentaires en les intégrant intimement au travail et seulement comme des outils au service de celui-ci ? N’oublions pas qu’une surabondance d’apports externes compartimente la vie de l’ouvrier, disperse ses efforts et empêche l’harmonisation des diverses facettes de son travail et de sa vie. Car en effet, entre le temps passé à la préparation du Certificat d’Aptitude Professionnel ou du Certificat de Perfectionnement Professionnel et entre les stages de préparation au Brevet Professionnel et autres Bac Professionnel, Brevet de Maîtrise, Brevet de Technicien Supérieur, c’est-à-dire entre le temps passé à la « course aux diplômes », que reste-t-il au Compagnon pour se confronter aux réalités de la vie professionnelle ?

Bien que la reconnaissance de la qualification professionnelle (le diplôme) soit liée à de multiples enjeux socio-économiques, il paraît nécessaire de relativiser sa valeur réelle. Car en effet, si dans notre société le diplôme représente pour le travailleur la source d’un niveau de revenu minimum, il ne faut pas perdre de vue que c’est avant tout un moyen pour l’employeur de payer sa main-d’œuvre le moins cher possible !

Cette escalade dans l’institutionnalisation des valeurs et du savoir, qui tend à suggérer que le diplôme est synonyme de compétence, entraîne le Compagnonnage dans une logique qui risque fort bien de lui être préjudiciable. Dans ce sens, ne serait-il pas dommageable pour les Compagnons de voir qu’un jeune démotivé par l’enseignement technique ou professionnel et qui de ce fait ne se serait pas « distingué » par une scolarité exemplaire ne puisse plus accéder au Compagnonnage ? D’autant que, tant les valeurs du travail que celles du Compagnonnage demeurent étrangères à la scolarité.

Par conséquent, vouloir redonner une culture aux métiers en y introduisant « des gens de culture » (comme le suggère l'Association ouvrière des Compagnons du Devoir) ne signifie pas pour nous le passage obligé par le remplacement du système des valeurs propre au Compagnonnage par un système de valeur dont l’appréciation découlerait de critères d’ordres purement scolaires. Encore nous faut-il distinguer la culture de type « encyclopédique » (enseignée au sein des institutions scolaires) et la culture « critique » constructive qui seule peut efficacement servir l’indépendance d’esprit et la formation.

Le Compagnonnage est-il mort ? (Sur les dangers d’une scolarisation du Compagnonnage)
© Photographies Jean-Michel Mathonière 2014. Reproduction interdite.

En conclusion, inconsciemment ou non, la tendance actuelle est dirigée vers une certaine forme de « scolarisation » du Compagnonnage par l’introduction de méthodes, de matières et de critères d’apprentissage relevant davantage de la « course aux diplômes » que de la transmission de « maître à disciple » telle que les sociétés compagnonniques l’ont toujours prônée. Dans une société dont la détermination avouée est la scolarisation de l’ensemble des modes de formation, d’enseignement et d’apprentissage, sous prétexte de « développement » et de « progrès culturel » il faudra absolument veiller à ce que le Compagnonnage puisse conserver son mode de fonctionnement originel. Sans quoi le Compagnonnage risque de se transformer en une sorte d’école « technico-professionnelle » dont on sait trop bien que la vision institutionnelle de l’enseignement ne peut que lui porter préjudice.

L’UNESCO a inscrit le Compagnonnage sur la liste du Patrimoine Culturel Immatériel de l’Humanité en 2010. Par la reconnaissance de l’UNESCO, les Compagnons du Tour de France accèdent à la reconnaissance mondiale quant à l’originalité de leur méthode de transmission des savoirs. Alors, ne nous laissons pas envoûter par le chant des sirènes et veillons, aujourd’hui plus que jamais, à préserver ce Patrimoine unique et irremplaçable.

Stéphane Verboomen
Brabançon La Persévérance

Compagnon Charpentier des Devoirs du Tour de France

Bruxelles, avril 2014

Le Compagnonnage est-il mort ? (Sur les dangers d’une scolarisation du Compagnonnage)

L'homme pense parce qu'il a une main. Anaxagore (500-428 av. J.-C.)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • La série SIBÉRIA arrive sur MCM

    série SIBÉRIA arrive

    Sibéria: Une série qui mélange télé-réalité et survival fantastique.Inédit en France, à partir du 7 avril 2014 à 20h45, découvrez tous les lundis deux épisodes... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CULTURE, MÉDIAS, SÉRIES, TÉLÉVISION
  • Sur la route de Blue Earth

    route Blue Earth

    Joseph MonningerFlammarionCollection Tribal Traduit de l'américain par Marie HermetParu en Avril 2014251 pages12,50 eurosRoman ados dès 12 ansThèmes : Amitié,... Lire la suite

    Par  Lael69
    CULTURE, LIVRES
  • Klaus Barbie, Sur les Traces d'Un Criminel

    Klaus Barbie, Traces d'Un Criminel

    genre: documentaireAnnée: 2011Durée: 1h45 Synopsis: Klaus Barbie a été le chef de la section IV (Gestapo) dans les services de la police de sûreté allemande... Lire la suite

    Par  Olivier Walmacq
    CINÉMA, CULTURE
  • Une minute sur Facebook

    minute Facebook

    Chaque jour, plus de 750 millions d’internautes se connectent sur le plus célèbre des réseaux sociaux : Facebook. Sumocoupon a tenté te comprendre ce que... Lire la suite

    Par  Imprimeriedumont
    BRICO, CONSO, CULTURE, LIVRES
  • Un poisson joue à Pokémon sur Twitch

    poisson joue Pokémon Twitch

    Des étudiants américains ont développés un projet lors du HackNY qui permet à un poisson de jouer à la version rouge/bleue de Pokémon en fonction de sa... Lire la suite

    Par  Leprocrastinateur
    CULTURE, INSOLITE
  • Du sang sur la Baltique - Viveca Sten

    sang Baltique Viveca Sten

    Caractéristiques : Genre : Policier Grand Format : 376 pages / 19,90 € Space Résumé : Nouveau meurtre sur l’île de Sandhamn ou il s’agit cette fois... Lire la suite

    Par  Jake
    CULTURE, LIVRES
  • Haybes-sur-Meuse : Ville Martyre

    Haybes-sur-Meuse Ville Martyre

    En ce mois d'août 1914, quittons Reims pour nous rendre dans le département des Ardennes, plus précisément dans la vallée de la Meuse à quelques... Lire la suite

    Par  Cantabile
    HISTOIRE, INFO LOCALE

A propos de l’auteur


Jean-Michel Mathonière 17195 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines