Magazine Cinéma

Dragon Ball Z (OAV): Baddack contre Freezer/Le Père de Sangoku

Publié le 23 juillet 2014 par Olivier Walmacq

Resume-le-pere-de-Sangoku

genre: animation, OAV
année: 1990
durée: 45 minutes

l'histoire: Il y a plus de trente ans de cela, alors que Sangoku n'était qu'un bébé, son père fut envoyé avec son équipe sur une planète dans le but d'éliminer ses habitants. Durant un affrontement, un combattant le pique avant de mourir. Baddack comprend très vite que ce dernier lui a transmis son pouvoir : connaître l'avenir. Il voit alors ses amis pris au piège dans une embuscade tendue par les hommes de Freezer. Il part à leur secours, mais arrive trop tard. Bien décidé à se venger, il retourne sur sa planète afin de se rétablir. En chemin, il a la vision de Freezer trahissant les siens et détruisant la planète Végéta. Baddack va-t-il pouvoir l'arrêter ? 

la critique d'Alice In Oliver:

Contrairement à la plupart des OAV de la série animée Dragon Ball Z, Baddack contre Freezer, réalisé par Mitsuo Ashimoto en 1990, s'inscrit dans la continuité de la série. Chronologiquement, il est donc possible de le situer. Les événements se déroulent bien avant la série originelle, donc Dragon Ball, puisque cet épisode alternatif narre les aventures du père de Sangoku, un certain Baddack. Ses péripéties nous sont contées brièvement dans Dragon Ball Z lorsque Sangoku et ses compagnons doivent combattre Freezer sur la planète Namek. D'ailleurs, le même Freezer se rémémorera tous les événements de cet OAV lorsqu'il rencontrera Sangoku.

Pour l'anecdote, cet épisode alternatif est sorti sous deux titres différents: Baddack contre Freezer et Le Père de Sangoku. Pour l'affiche du film, on relève une petite erreur puisqu'il est stipulé: "Un film d'Akira Toriyama" alors que le créateur du manga original n'est pas mentionné dans la fiche technique et officielle de cet OAV. Toutefois, Baddack contre Freezer s'inspire largement du manga original, comme je l'ai déjà souligné dans le premier chapitre. Attention, SPOILERS !
Il y a plus de trente ans de cela, alors que Sangoku n'était qu'un bébé, son père fut envoyé avec son équipe sur une planète dans le but d'éliminer ses habitants.

Le-pere-de-Sangoku

Durant un affrontement, un combattant le pique avant de mourir. Baddack comprend très vite que ce dernier lui a transmis son pouvoir : connaître l'avenir. Il voit alors ses amis pris au piège dans une embuscade tendue par les hommes de Freezer.
Il part à leur secours, mais arrive trop tard. Bien décidé à se venger, il retourne sur sa planète afin de se rétablir. En chemin, il a la vision de Freezer trahissant les siens et détruisant la planète Végéta. Baddack va-t-il pouvoir l'arrêter ? En l'occurrence, cet OAV possède un scénario assez intéressant (pour une fois) et pour peu que l'on puisse aimer (même de loin, ce qui est mon cas) la série Dragon Ball Z.

En effet, cet épisode alternatif aborde un point essentiel de la saga, à savoir le destin de Sangoku, plus que jamais relié à la défaite de son père contre Freezer, qui entraînera également la fin (ou presque...) des guerriers de l'espace. C'est ainsi que l'on fait connaissance de Végéta alors que celui-ci n'est encore qu'un gosse, mais déjà terriblement puissant et ambitieux.
Contrairement à la majorité des OAV de la série animée, Baddack contre Freezer ne se termine pas sur un happy-end, loin de là. Cet OAV permet aussi de comprendre ce qui relie le père de Sangoku à son fils, à savoir ce courage, cette fougue et cette abnégation.

Le-pere-de-sangoku-Baddack

Toutefois, Baddack sera victime de sa propre fierté. Ensuite, il n'est pas de taille contre Freezer. A priori, dès sa naissance, Sangoku n'est pas promis à un grand avenir de guerrier de l'espace. A sa naissance, sa puissance est très faible. Mais pour le sauver d'un destin funeste, son père l'envoie sur la Terre à bord d'une petite navette spatiale. Pourtant, Baddack est doué de certaines visions.
Il est donc capable de lire et de prédire l'avenir à travers ses cauchemars. C'est ainsi qu'il perçoit la victoire de son fils contre le tyrannique Freezer. Certes, cet OAV de qualité se termine tragiquement mais laisse une petite note d'espoir. C'est aucun doute l'un des meilleurs épisodes alternatifs de la série animée, même si je lui préfère L'Histoire de Trunks.

note: 12.5/20


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Le Grand Cahier - Critique

    Grand Cahier Critique

    Le scénario ne remplit pas Le Grand Cahier !Le Grand Cahier, adaptation cinématographique par Janos Szasz du roman du même nom d'Agota Kristof, raconte... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE
  • Le quatrième homme (1983)

    quatrième homme (1983)

    L'histoire :L'écrivain Gerard, bisexuel, tombe sous le charme de Catherine, une femme fatale qui tue ses amants après leur avoir fait l'amour La critique... Lire la suite

    Par  Olivier Walmacq
    CINÉMA, CULTURE
  • Le Promeneur d'oiseau - Critique

    Promeneur d'oiseau Critique

    Belle fable poétique à la découverte des véritables valeurs !Après le film Papillon, le réalisateur français Philippe Muyl revient avec Le promeneur d'oiseau, u... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE
  • Baby Cart IV : l'âme d'un père, le cœur d'un fils

    Baby Cart l'âme d'un père, cœur fils

    Réalisateur : Buichi Saito (Tekkaba Yaburi (?????) Durée : 81 minutes Genre : film de sabres Année : 1973 L'histoire : Daigoro et Ogami Itto poursuivent leurs... Lire la suite

    Par  Olivier Walmacq
    CINÉMA, CULTURE
  • Le Triomphe d'Hercule

    Triomphe d'Hercule

    genre: péplum, fantastiqueannée: 1964durée: 1h35 l'histoire: Après l'assassinat du bon roi des Mycènes par le neveu de celui-ci qui convoite le pouvoir, le fide... Lire la suite

    Par  Olivier Walmacq
    CINÉMA, CULTURE
  • Le Jour d'Après (1983)

    Jour d'Après (1983)

    genre: science fiction, post-apocalyptique (interdit aux - 12 ans)année: 1983durée: 2h05 l'histoire: Alors que les radios et télévisions ne cessent de diffuser... Lire la suite

    Par  Olivier Walmacq
    CINÉMA, CULTURE
  • Détective Dee II : La Légende du Dragon des Mers - Critique

    Détective Légende Dragon Mers Critique

    Élémentaire mon cher Détective Dee !Réalisé par Tsui Hark (La légende de Zu, Détective Dee 1...), Détective Dee 2 : la légende du dragon des mers, inspiré d'un... Lire la suite

    Par  Nopopcorn
    CINÉMA, CULTURE

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines