Magazine Asie

K-Movie : Sunhi de Hong Sang-Soo

Publié le 28 juillet 2014 par Yling

Présent dans peu de salles de cinéma en France, le film coréen Sunhi est sorti avec peu de couverture médiatique contrairement à des films asiatiques comme Black Coal ou Le Conte de la Princesse Kaguya. Mais c’était sans compter l’aide d’Itsukeii qui a réussi à aller voir ce film et qui nous en parle dans cet article.

Synopsis : Sunhi est étudiante en cinéma. Elle souhaite poursuivre ses études aux Etats-Unis pour compléter sa formation, par conséquent elle a besoin d’une lettre de recommandation et décide donc d’aller voir son professeur favori.

Synopsis plus détaillé sur Allociné

Sunhi

D’office, je peux vous dire que j’ai beaucoup aimé ce film ! Ce n’est pas le genre de film où il se passe énormément de choses, dans le sens où il n’y a pas vraiment d’action ou de grand rebondissement. Tout réside dans le dialogue et le jeu des acteurs. Dit comme ça, le film n’a pas l’air attirant, et pourtant je peux vous dire que le film a eu l’air de bien plaire aux spectateurs dans la salle ! On rigole bien en regardant Sunhi et on y passe franchement un bon moment. Les dialogues sont drôles et les acteurs sont vraiment intéressants à suivre, on comprend vite qu’ils ont tous plus ou moins un grain dans la tête.

Parfois les dialogues m’ont rappelés le théâtre de l’absurde avec les pièces de Ionesco ou de Beckett, les dialogues qui se répètent et qui parfois ne veulent rien dire ajoutent vraiment une note humoristique au film. Parfois aussi, on a aussi pitié des personnages.

J’avais vu dans un site que le film était classé dans la tragi-comédie, je n’ai pas trouvé le ton si tragique que ça (forcément après avoir lu du Racine ou du Corneille, tout vous paraît plus rose). Certes, on peut déceler des petites pointes tragiques, mais ce n’est pas si flagrant au point de vous faire sortir les mouchoirs. Nous avons des moments tristes (ou drôlement pathétique c’est selon), mais c’est dans la composition des personnages (1 femme, 3 hommes) qui peut faire penser à la tragédie. Le tourment que provoque Sunhi chez les 3 hommes du film fait penser à la tragédie, mais pour moi, c’est tellement tourné en dérision car ça en devient comique.

Sunhi

Ce qui est drôle aussi, c’est que les personnages passent leur temps dans les bars et donc ils boivent. Ce qui les conduit aussi à partir dans des réflexions assez saugrenues. Ce sont de grands moments où les personnages se révèlent et donc se lâchent. Pas facile de se lâcher pour les asiatiques hahaha L’alcool est un bon allié dans ces moments-là (attention à consommer avec modération). Apparemment, le réalisateur Hong Sang-Soo aime bien se servir des bars et restaurants comme cadres d’histoire.

Le film est tourné durant l’automne, le décor installe une certaine mélancolie au sein des relations entre les personnages. Pourquoi l’automne ? Ce choix n’est pas anodin, et peut avoir une signification bien particulière selon les personnes.

Sinon, pour ceux et celles qui connaissent, vous allez sans doute reconnaître un des acteurs du drama Coffee Prince (Remarque d’Y-ling : Lee Sun Kyu ou the voice de la mort qui tue). Le personnage qu’il incarne est drôle et attachant, et je ne sais pas pourquoi, mais c’est celui que j’ai préféré par rapport aux 2 autres hommes. En ce qui concerne Sunhi, vous l’aurez compris, c’est elle qui est cœur de l’intrigue. Je ne vous en dis pas plus, mais elle est assez originale comme femme.

Pour conclure, Sunhi est un bon petit film coréen, pas trop long, juste comme il faut. Je suis ressortie de la salle avec le sourire car je l’ai trouvé rafraîchissant. Je ne pense pas qu’il soit encore en salle, mais si vous avez l’occasion de le regarder, faites-le, surtout si vous aimez les films avec de bons petits dialogues. Maintenant, je suis bien curieuse de découvrir les autres films de Hong Sang-Soo.

Sunhi


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Yling 731 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte