Magazine Culture

Pour comprendre la crise de la pêche. La pêche bretonne veut éviter le naufrage

Publié le 20 mai 2008 par Mcabon

 Article paru dans la Tribune en 2006. Mais il reste d'actualité

L’heure est à la détente dans les ports français. Les aides annoncées par le ministre de l’Agriculture et de la Pêche, Dominique Bussereau, ont contribué à faire baisser la tension, non sans soubresauts comme à Arcachon où les pêcheurs ont bloqué le port début mai. Les inquiétudes des marins-pêcheurs portent sur l’augmentation du prix du gazole. La profession est d’autant plus touchée par les variations du carburant que celui-ci est totalement défiscalisé. Selon le rapporteur pour le budget pêche à l’Assemblée nationale, le député UMP du Morbihan Aimé Kerguéris, cette mesure coûte 230 millions d’euros à l’Etat pour l’année 2006. Ce privilège se retourne contre le monde de la pêche en cas d’augmentation des prix du baril comme c’est le cas depuis plusieurs mois. L’absence de TIPP (taxe intérieure sur les produits pétroliers), taxe fixe au litre, ne permet pas de freiner la volatilité des cours. Pour aider le secteur à faire face à cette augmentation du prix du gazole, l’Etat a mis en place depuis octobre 2004, le Fonds de prévention des aléas de la pêche (FPAP) l’abondant à hauteur de 65 millions d’euros depuis sa création. Le fonds gazole, auquel les pêcheurs contribuent également, octroie des avances remboursables qui compensent le prix payé, de l’ordre de 50 centimes le litre selon les ports, et le coût économiquement supportable pour les entreprises de pêche, aux alentours de 35 centimes le litre. Or, cette mesure n’est pas du goût de Bruxelles qui la juge non compatible avec les règles de la concurrence sur le marché européen. D’autant que le caractère remboursable des avances ne saute pas aux yeux de tous. Dès lors, le prolongement du FPAP annoncé par Dominique Bussereau, ne peut être que transitoire. « Il nous a signifié que cela durerait tant que l’on n’aura pas trouvé de système équivalent, ce sont ses termes. Or jusqu’à présent on n’en a pas trouvé », précise André Le Berre, président du Comité régional des pêches de Bretagne, l’un des principaux leaders de la profession, qui travaille sur de nouveaux dispositifs d’économie de carburants.

(more…)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Mcabon 97 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines