Magazine Cinéma

New York Melody, de John Carney

Publié le 03 août 2014 par Boustoune

En 2007, Once, un petit film indépendant irlandais, avait fait entendre sa jolie musique dans les salles obscures, et révélé le talent de John Carney.
Depuis, on avait un peu perdu de vue ce cinéaste, son film suivant, Zonad, étant resté inédit en France.
Mais il prouve avec New York Melody, son nouveau long-métrage,qu’il est encore là et bien là, puisqu’il nous offre l’un des petits bijoux de l’été. Une comédie romantique et musicale, pleine de charme et de tendresse.

New York Melody - 7

L’intrigue tourne autour de la rencontre entre deux êtres un peu paumés, autant largués professionnellement que sentimentalement, dans un bar de nuit newyorkais.
Lui, Dan (Mark Ruffalo), vient de se faire virer par son associé du label musical indépendant qu’ils avaient cofondé ensemble. Il faut dire qu’il n’est plus que l’ombre de lui-même depuis quelques années. Il n’a pas signé de nouveau talent depuis des lustres, fait des passages-éclair au bureau, et encore, pour s’opposer systématiquement aux idées de son partenaire et de ses employés. Et pour couronner le tout, il a un penchant un peu trop prononcé pour l’alcool, cause ou conséquence de sa rupture avec son épouse, Miriam (Catherine Keener).
Tout ce qu’il a patiemment bâti au cours du temps est en train de voler en éclats. Ses moments de gloire sont derrière lui, ses grammy awards ont été mis au clou, sa carrière est au point mort. Il a perdu sa maison, sa femme et même sa fille, Violet (Hailee Steinfeld), qui a honte de lui. Il ne lui reste plus qu’un studio minuscule et une vieille Jaguar aussi fatiguée que lui…

New York Melody - 8

Elle, Gretta (Keira Knightley), a quitté son Angleterre natale pour suivre son conjoint, Dave (Adam Levine) au Etats-Unis. Après le succès d’une bande-originale de film qu’ils ont composée ensemble, le jeune homme s’est en effet vu proposer un important contrat avec un label new yorkais.
Au début, tout est parfaitement idyllique. Gretta accepte de rester dans l’ombre de son compagnon pour l’aider à lancer sa carrière solo. Mais très vite, Dave se laisse griser par sa nouvelle notoriété et profite d’une tournée pour céder aux avances d’une attachée de presse. Furieuse, Gretta part se réfugier chez un vieil ami, Steve (James Corden), musicien fauché qui joue sur les trottoirs et dans les bars de nuit.
C’est grâce à lui que va avoir lieu la rencontre avec Dan. Alors qu’il se produit sur scène, Steve insiste pour que Gretta chante une de ses chansons. Bien que réticente, elle s’exécute devant un public amorphe, à l’exception de Dan, complètement conquis par la composition et la voix de son interprète.
Il lui propose alors de produire son album et de l’emmener vers les sommets des charts US.

New York Melody - 2

Seul problème, produire un album coûte cher. Il faut payer le studio d’enregistrement, les musiciens,… Or ni Dan ni Gretta n’ont les fonds pour financer tout cela… Mais qu’à cela ne tienne, il suffit d’un peu de bonne volonté et de force de conviction. L’album sera enregistré en plein air, dans différents quartiers de New York, dans le métro, sur le toit d’un gratte-ciel, sur le macadam…, avec du matériel branché sur la batterie de la vieille Jaguar. Les musiciens seront des petits jeunes qui s’ennuient au conservatoire ou des musiciens fauchés qui n’ont rien à perdre. Et advienne que pourra…

New York Melody - 5

Disons le tout de go, le scénario de New York Melody ne déborde pas d’originalité. On devine dès le départ que ce projet musical va aboutir, permettant à  ces perdants magnifiques de prendre leur revanche sur ceux qui les ont mis à terre. Mais on s’en moque un peu…
Déjà parce que si John Carney joue avec certains stéréotypes (la relation entre le père divorcé et sa fille, la rock-star volage et sa compagne…), il évite soigneusement les écueils de la rom-com hollywoodienne, en prenant garde à ne jamais sombrer dans la mièvrerie.

New York Melody - 6

Ensuite parce que le film bénéficie d’une mise en scène tout à fait honorable, ce qui n’est pas toujours le cas, hélas, pour ce genre de film. Oh, ce n’est pas du grand cinéma d’auteur, mais le réalisateur assure le métier et s’autorise même de belles trouvailles, comme cette scène où Dan imagine l’orchestration du morceau joué par Gretta à la guitare sèche, avec les instruments qui se mettent à jouer tout seuls, où toutes les captations des enregistrements sauvages de la jeune chanteuse et ses musiciens, qui entremêlent les morceaux de musiques et les rumeurs de la vie newyorkaise…
A coté des deux personnages principaux, pétillants de charme, la “Grande Pomme” est d’ailleurs un protagoniste à part entière du film. La hauteur des buildings de Manhattan tranche avec le côté intimiste et chaleureux de certains quartiers, où cohabitent des centaines d’artistes bien décidés à réaliser leurs rêves. La ville est irriguée par une force vitale indescriptible, dont se nourrissent Dan et Gretta.

New York Melody - 3

Et enfin parce que cette énergie se transmet également au spectateur, via le son des belles mélodies composées par Gregg Alexander et Danielle Brisebois et chantées par Keira Knightley (qui a un beau brin de voix, au passage) ou Adam Levine, via aussi la détermination des personnages principaux à aller au bout de leur projet insensé. Difficile de ne pas éprouver de la sympathie pour Gretta et Dan. Et difficile de rester insensible à cette belle aventure musicale, ou de ne pas envie de battre la musique sur les morceaux les plus rythmés joués par le groupe…

New York Melody - 4

New York Melody appartient sans nul doute à  cette catégorie de films que l’on appelle “feel-good movies”. Des films qui font du bien. Le terme n’est pas galvaudé : on sort de la salle avec de la musique plein la tête et le moral gonflé à bloc, prêt à croquer la vie.
Si vous êtes en pleine dépression, si vous avez du mal à vous remettre d’une rupture difficile ou si votre situation professionnelle vous angoisse, n’hésitez pas et courrez voir ce film, qui vous remettra sans doute un peu de baume au coeur.
Et si vous êtes parfaitement heureux et bien dans votre peau, allez-y quand même! Vous passerez un très agréable moment en compagnie de cette joyeuse troupe de comédiens/musiciens.

_______________________________________________________________________________

New York Melody
New York Melody
Begin again

Réalisateur : John Carney
Avec : Keira Knightley, Mark Ruffalo, Hailee Steinfeld, Catherine Keener, James Corden, Adam Levine
Genre : feel good movie par excellence
Origine : Etats-Unis, Royaume-Uni
Durée : 1h44
Date de sortie France : 30/07/2014
Note :
Contrepoint critique : Libération

_______________________________________________________________________________

 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Boustoune 2984 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines