Magazine Cinéma

Trapèze

Publié le 13 août 2014 par Olivier Walmacq

trapeze

genre: aventure, romance, comédie dramatique
année: 1956
durée: 1h45

l'histoire: Un ancien trapéziste, blessé lors d'une chute, accepte de remonter sur un trapèze pour enseigner à un jeune homme le triple saut.  

la critique d'Alice In Oliver:

Certes, le cirque reste un univers riche, magique et souvent passionnant. Pourtant, malgré les apparences, l'univers du cirque a rarement été exploité par le cinéma hollywoodien même si on relève quelques classiques du genre, entre autres, Sous le plus grand chapiteau du monde de Cecil B. DeMille en 1952. Vient également s'ajouter Trapèze, réalisé par Carol Reed en 1956.
Au niveau de la distribution, le long-métrage réunit Burt Lancaster, Tony Curtis, Gina Lollobrigida, Katy Jurado et Thomas Gomez. Le film est aussi l'adaptation d'un roman de Max Catto.

Le film remportera un immense succès public et critique au moment de sa sortie. Au Festival de Berlin, il obtient l'Ours de Bronze (le prix du public) et Burt Lancaster remporte l'Ours d'Argent pour sa performance. Burt Lancaster, ayant été acrobate de cirque avant d'être acteur, exécute lui-même la plupart des numéros de trapèze. L'acrobate-conseil Edward Ward hésita d'abord à ce que l'acteur tourne les scènes dangereuses et le doubla durant les premières semaines, mais Lancaster expliqua au réalisateur Carol Reed qu'il savait comment exécuter le numéro final et c'est donc lui que l'on voit dans les dernières scènes.

Trapeze_(1956)_trailer_1

Fay Alexander est la doublure de Tony Curtis lors de ses numéros aériens. Mais une des figures inédite et dangereuse que l'on voit dans le film a été réalisée par le célèbre trapéziste français Jean Palacy. Selon le témoignage de celui-ci, il n'a jamais été crédité ni bénéficié d'un seul centime pour sa prestation. Pour le reste, difficile de ranger Trapèze dans un genre particulier.
Certes, il reste avant tout un film de cirque dans ma pure tradition du genre mais le long-métrage oscille entre le film d'aventure, la romance et parfois la comédie dramatique.

Aussi est-il nécessaire de rappeler les grandes lignes du scénario. Attention, SPOILERS ! À Paris, Mike Ribble, trapéziste du cirque d'hiver Bouglione, a interrompu sa carrière après un accident. Seul capable de réaliser un triple salto, il accepte de former le jeune Tino Orsini.
Leur amitié va-t-elle durer face à la sublime Lola dont ils sont tous les deux amoureux ? Vous l'avez donc compris: le scénario est donc de facture classique. Rien de transcendant dans ce script assez peu inventif dans l'ensemble. Trapèze reste avant tout un film de commande dont le principal intérêt repose avant tout sur ses acrobaties.

Trapeze3

Sur ce dernier point, rien à redire. Trapèze est franchement spectaculaire et a le mérite de nous plonger dans l'univers du cirque. Les séquences d'acrobaties sont vraiment réussies et particulièrement tendues. Ensuite, les deux protgonistes principaux, donc Mike Ribble et Tino Orsini, sont charismatiques. En revanche, leurs péripéties en dehors du cirque ne sont guère passionnantes.
C'est par exemple le cas lorsque les deux hommes se disputent la superbe Lola. Au final, le scénario du film repose sur une relation triangulaire. Hélas, difficile de se passionner pour les déboires amoureux de nos deux hommes malgré la présence de la sublime Gina Lollobrigida.
Encore une fois, le film brille surtout par ses séquences acrobatiques. Au final, Trapèze s'impose comme un pur divertissement hollywoodien. Il est souvent considéré par les classiques du cinéma américain. C'est clairement un bon film mais pas un chef d'oeuvre non plus (tout du moins, à mes yeux).

note: 14/20


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines