Magazine Cinéma

Walk the line - 8/10

Par Aelezig

Z01

Un film de James Mangold (2005 - USA) avec Joaquin Phoenix, Reese Witherspoon, Ginnifer Goodwin, Robert Patrick

Romanesque et douloureux, le parcours d'un artiste.

L'histoire : Années 40. Le petit J.R. vit pauvrement avec ses parents et ses frères et soeurs dans l'Arkansas. Il aide son père, un homme dur, parfois violent, à récolter le coton ; tout le monde travaille dur. Son frère aîné Jack meurt à quatorze ans, éventré par une scie, alors qu'il travaillait chez un menuiser, pour améliorer le revenu de la famille. Le choc est d'autant plus brutal que J.R. est rendu responsable par son père, dont Jack était le fils préféré : J.R. n'était pas là au moment du drame, et s'il l'avait été, il aurait pu l'éviter. L'enfant gardera à jamais cette double blessure. Parti servir l'armée américaine, il s'achète sa première guitare et passe ses loisirs à écrire et composer des chansons. Démobilisé, il épouse Vivian et vit pauvrement, ne parvenant pas à se passionner pour ses petits boulots minables. Il n'a qu'une idée en tête : enregistrer un disque.

Z02

Mon avis : Quelle destinée que celle de Johnny Cash ! Les champs de coton, la dureté d'un père, la mort du frère adoré, une petite vie médiocre dans une banlieue médiocre et des petits boulots médiocres, mais une épouse exigeante... et puis soudain la gloire, les filles, la drogue, l'alcool, un amour passionné pour une belle qui se dérobe, la descente aux enfers, les plaies de l'enfance qui n'en finissent pas de guérir... et enfin la rédemption, l'engagement envers les prisonniers, et 35 ans d'amour avec sa belle enfin conquise. Si y a pas de quoi faire un film avec ça... Je l'avais vu il y a longtemps, je me souviens avoir aimé mais je ne m'en rappelais plus trop bien. Je l'ai redécouvert, émerveillée.

Quand on tient une bonne histoire, encore faut-il pouvoir la mettre en scène avec élégance. C'est le cas ! Images superbes (ah, le duo sur la chanson Jackson, avec les visages quasi en ombres chinoises, auréolées de bleu...), paysages, gros plans, lumières... Ca pourrait être académique, mais l'extraordinaire intensité des acteurs vient sans cesse bousculer tout ça pour nous donner des émotions fortes, lesquelles se retrouvent encore, transcandées, dans les chansons de Cash qui y traduit tout son lourd passé et sa peine.

Z04

La B.O. est magnifique, forcément. Moi j'aime le blues et le country, alors j'étais dans mon élément dans cet univers qui me fait rêver, entre champs de coton et gospel, sueur et foi naïve, souffrance et bouffées de joie de vivre, années 60 et débuts du rock, robes à fleurs et santiags... Joaquin et Reese chantent et jouent de leurs instruments eux-même, et c'est top ! Si ce n'était mes oreilles blessées, j'irais immédiatement m'acheter la B.O. du film et la discographie complète de Johnny... et de June.

A propos des acteurs, on a rarement vu Joaquin et Reese (oscarisée) dans d'aussi beaux rôles ! Ils SONT Johnny et June. Ils respirent la musique, ils souffrent, ils aiment, ils combattent. J'en ai marre d'utiliser le mot "magnifique", mais j'ai du mal à trouver un synonyme qui en soit digne. Dans magnifique, il y a magnus : grand. Des acteurs formidables, et si attachants. Sans oublier les seconds rôles, parfaits ; je citerai Robert Patrick, en père odieux et tête à claques ; et Gennifer Goodwin, en épouse déçue et amère...

Un film à voir, même si on n'aime pas le country. C'est avant tout l'histoire d'un homme et elle est belle. C'est long (2h20) mais on ne voit pas le temps passer, je vous jure !

Z03

A part quelques réfractaires (on ne peut pas plaire à tout le monde), Walk the line fait l'unanimité, partout plébiscité.

Anecdotes : Ce sont Johnny et June qui ont choisi eux-même Joaquin et Reese pour les incarner. Ils sont hélas morts (à quelques mois d'intervalle) avant de voir le résultat final. Quant à Joaquin, il a été très déstabilisé quelque temps par les similitudes entre sa vie et celle de Johnny, (notamment la mort de son frère River, la gloire, l'alcool...). Il a subi une cure de désintox en 2005.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Aelezig 127315 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines