Magazine Cinéma

" Je s'appelle Groot " et la drogue why-phy

Par Suzybishop @DLACDI

Aujourd'hui, c'est la rentrée, c'est la fête, du coup je ne vais pas parler d'un film mais de deux dans un seul et même article. Oui, je suis très généreuse. Mais en fait, c'est surtout car ce sont deux films dont je n'ai quasiment rien à dire dessus, eh oui ça arrive. Pourtant, ce sont deux films qui ont un point commu : c'est des films assez barrés, faut quand même l'avouer. 

J'aimerais d'abord parler des Gardiens de la Galaxie, le dernier Marvel. C'est un peu par hasard que je suis allée voir ça, car c'était surtout pour passer une après-midi sympathique. Et quand je voyais ce qu'il y'avait à l'affiche cette semaine, c''était ce qui m'inspirait le plus ( ou semblait être le moins pire ). Donc c'est sans aucunes attentes que j'y suis allée. 

Eh ben bizarrement, ça a été une surprise. En fait, c'est même plutôt pas mal. Mais de quoi ça parle ? 

Peter Quill, alias StarLord, va piquer une petite boule surpuissante, qui est convointé par un super méchant qui aimerait détruire la galaxie : Ronan. Mais sur son chemin, il va croiser un raton-laveur, Rocket, Groot, une extra-terrestre traîtraisse : Gamora, et Drax le Destructeur qui porte plutôt bien son nom. En gros, voilà de quoi ça parle. 

C'est un film assez barré pour plusieurs raisons. Déjà, tous les personnages sont un peu des gros loosers. Et c'est plutôt drôle quand on sait que généralement tous les héros de Marvel, sont des héros au sens propre, c'est-à-dire, des gens que tout le monde admire et qui ont pleins d'atouts. Or ici pas vraiment : Groot ne sait rien d'autre que " Je s'appelle Groot" ( oui, c'est mignon j'avoue ), Rocket veut toujours faire tout péter, Drax ne comprend absolument rien à la subtilité de la langue. Bref, ces héros sont plutôt sympathiques, c'est vrai. 

Ensuite, le film a quand même un côté kitsch complètement assumé. Sérieux, c'est quoi ce nom pour un méchant ? Les costumes sont quand même kitsch ( de mon point de vue ), mais c'est ce qui donne un côté cool au film. Même l'affiche je la trouve vraiment kitsch, avec ses petits rayons lasers, et ses personnages de toutes les couleurs.

Et puis c'est un film plutôt drôle. Il y'a quelque chose que j'ai bien aimé mais qui en même temps semble trop réutilisé. Tous les héros sont parfois conscients que certaines scènes sont trop clichées et qu'il y'a trop de bons sentiments, et ils n'hésitent pas à venir casser cette ambiance. Sauf qu'à force, ça finit par s'épuiser et c'est assez dommage, car ce qui était assez inattendu fini par être complètement attendu. Autant certaines scènes sont réussies, autant d'autres sont un peu ridicules : c'est quoi cette danse finale ?

Cependant, le film reste une très bonne surprise que j'ai vraiment apprécié et qui s'assume comme un film de science-fiction complètement décalé avec tous ses héros loosers. D'ailleurs, la qualité de l'image est magnifique. En bref, les Gardiens de la Galaxie est un très bon divertissement malgré quelques faiblesses et quelques facilités. 

Ensuite vient 22 Jump Street, suite logique de 21 Jump Street. Alors pour commencer, j'aimerais vous dire que j'ai vu le deuxième sans avoir vu le premier, donc difficile de faire la comparaison. 

Les deux policiers Schmidt et Jenko sont envoyés en infiltration dans une université pour mettre à jour un réseau de trafic de drogue. 

Bon j'avoue, je ne suis pas franchement forte pour critiquer des comédies ( parce que j'ai un humour pourri et n'importe quoi me fait rire.). Mais j'ai vraiment aimé ce film là-aussi. Déjà parce que y'en avait marre des comédies américaines clichées et plan-plan. Vous aurez peut-être remarquer que la plupart des comédies qui sortent depuis quelques années sont quasiement identiques, et ça faisait longtemps que je n'avais pas vu une comédie qui me faisait rire pour de vrai, même avec un humour un peu débile. 

En fait, même si ça n'a rien à voir avec les Gardiens de la Galaxie et que ce sont deux genres totalement différents, il y'a pourtant pas mal de similitudes entre les deux films. En effet, Schmidt et Jenko sont des loosers eux-aussi, mais ils parviennent à éléver ce niveau bien au-delà. Sauf que tout le monde est conscient de ça, eux y compris et ils sont voués à le rester. Pas comme dans d'autres films où ils deviennent les sauveurs de l'humanité ( ou de la galaxie ), même s'ils arrivent à la fin de leur mission, la situation est toujours la même. 

Ensuite, c'est une comédie qui est drôle. A la fois pour les dialogues, les situations, qui même si c'est parfois débiles, font rire. Bien sûr que c'est pas un humour fin, mais ça fait rire quand même. Certains seront réfractaires, mais même les Grecs et Aristophane faisaient de l'humour bien gras dans leurs comédies ( vous seriez vraiment choqué ). Et outre les dialogues et les personnages complètement barrés, il y'a un truc que j'ai bien aimé, c'est l'autodérision. Le film joue vraiment sur la parodie du film d'action, avec le gros bourrin de Jenko qui escalade des murs et Schmidt, petit gros fatigué dans les escaliers, et ça moi ça me fait rire. Parce que j'ai trouvé que c'était bien travaillé, voilà. En plus de ça, le film s'amuse avec les codes de la comédie romantique supposant une relation entre les deux personnages. C'est n'importe quoi, mais c'est bien foutu alors ça fonctionne. 

Et tout le monde repproche au film d'être une copie du premier. En fait, je ne sais pas, puisque je ne l'ai pas vu. Mais par contre, les personnages semblent en être conscients puisqu'ils ne font que répéter que de toutes façons " c'est comme la première fois ". Alors bon, le film s'assume lui aussi totalement. Et on se demande sincèrement ce que les réalisateurs ont consommés en le réalisant

A voir, parce que ça fait du bien un comédie qui fait vraiment  rire. Et pour son générique, qui part assez loin et qui est franchement drôle, parce qu'il se moque bien des 2500 suites qu'un film peut avoir. 


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Suzybishop 1291 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines