Magazine Culture

[anthologie permanente] Christian Bachelin

Par Florence Trocmé


 
Poezibao a appris hier, par l’intermédiaire de Valérie Rouzeau, la disparition de Christian Bachelin,ce 29 Août 2014. 
Hommage ici, avec ce choix de textes.

 
 
SOLILOQUE DU CORBEAU 
 
Je suis enfermé depuis cent mille ans plus un instant dans l’âme d’un corbeau mort empalé sur un pieu des champs. 
Je vois passer à l’horizon les merveilleux icebergs, les merveilleux icebergs. Je suis l’espoir à l’état blanc. Je ne veille pas, je ne dors pas non plus, je hante. Je suis étrange et nécromant, je pompe le temps, je fais le vide autour de moi, le vide infiniment nocturne et jubilant, je me fais intense, je deviens planche. 
J’écoute au loin, par mon oreille de chaume givré, maigrement striduler l’insomnie des siècles. Ô plaines, ô millénaires, moulins brûlés, mélodrames et reflets, bouts de jarretière et longue détresse des lettres d’amour jaunies dans les coffrets, ô romans modernes enneigés d’irréel ! 
Je pompe le temps, je resuinte les âges.  
Je suis enfermé depuis un instant plus la nuit des temps dans l’âme d’un corbeau mort empalé sur un pieu des champs.  


 
PAR MON POUMON DE TOURBE 
 
Par mon poumon de tourbe, du fond des dynasties stratifiées, moi margrave éhonté des ultimes pâleurs vierges des confins cimmériens, moi l’hyperboréal, l’immémorial homme blême, je vous respire, vous vampirise, ombre des jours communs, petits instants perdus sur les quais solitaires, par temps moyen et gris, dans la nuée de continents. Je suis couché de tout mon long dans l’intense position mélancolique et conquérante, mon épée de reflets pendue haut dans les glaciers. Je concentre ma hantise, puis j’envoie mes haleines. Et lentement s’avancent les dépressions compactes à travers les hivers. Les oies neigent. Les célibataires sont de plus en plus seuls dans l’âme de leur mort. Les pignons de jadis fuient de plus en plus pointus dans la brume des gravures. Je vous transhume, vous restitue à la célébrité obscure. Moi la longue figure avare et masochiste, le demeuré de la tour glabre, l’opiniâtre de la lucarne abolie.  
 
Christian Bachelin, Le Démon d’antichambre, dessin d’Evelyn Ortlieb, éditions Rehauts, 2007, pp. 37 et 56 
 
○ 
 
De vieux morts en chapeau étrange 
Souliers troués Manteaux de chanvre 
De vieux morts chauffent leurs phalanges 
Au feu d’un poêle de faïence 
 
Maman-Squelette en tablier 
Porte un hareng dans une assiette 
Le vent soufflant d’un autre siècle 
Lui dresse les cheveux sur la tête 
 
L’enfant rêvant à la chandelle 
Tourne une histoire policière 
Tandis que roule la plaine 
La fumée du chemin de fer.  
 

 
Il n’y a personne et quelqu’un pourtant s’égare jusqu’à moi 
Une double mémoire étoile le silence 
J’ai peur quelqu’un me parle avec ma propre voix 
Et s’empare de moi pour vivre son absence 
 
J’ai peur Les corridors s’ils répètent mes pas 
Dans leur écho déjà c’est un autre que moi 
Qui marche et dont le pas peu à peu me sépare 
D’avec moi en suspens sur le seuil illusoire 
 
Je suis dans cette chambre d’hiver la fenêtre 
Me cernant d’une exacte et vivace clarté 
Au même instant silhouette errante je m’éloigne 
En quelque image d’un cinéma suranné 
 
Il n’y personne une aveugle mémoire 
S’égare jusqu’à moi et me garde en otage 
Un fantôme sur l’autre rive me fait signe 
Alors que s’effondre le pont crépusculaire 
 

 
Je suis n’importe qui 
Mêlé à la poussière errante de la foule 
Et mes mains sont trop lourdes pour la poésie 
Et mon cœur se renverse à la table commune 
Trinquant à la santé du monde comme il tourne 
 
Je n’ai rien accepté je n’ai rien refusé 
Je laisse les mouches ensevelir les morts 
Et s’il m’arrive encore de me souvenir 
D’une aurore en forêt d’un vol de libellules 
C’est d’un élan trop bref pour toucher les étoiles 
 
Le feu des images me couronne de cendres 
Et seule mon angoisse s’émerveille parfois 
D’une vie trop fragile pour être vécue 
 
Christian Bachelin, Neige exterminatrice, Poèmes 1967-2003, éditions Le Temps qu’il fait, 2004, pp. 117, 132 et 59.  
 
Christian Bachelin dans Poezibao : bio-bibliographie, Le démon d’antichambre, note de lecture, Mémoire du mauve (parution)


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 18683 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines