Magazine Culture

Burning Man – De 1986 à 2014

Publié le 02 septembre 2014 par Le Limonadier @LeLimonadier
<img src="http://limonadier.net/wp-content/uploads/2014/07/10567301_10152641728938487_70786163_n-150x150.jpg" width="50" height="50" alt="Lexoo" class="avatar avatar-50 wp-user-avatar wp-user-avatar-50 alignnone photo" />

Burning Man – De 1986 à 2014

Lexoo
  •  2 septembre 2014
  •  Chroniques
  •   J'aime   J'aime Burning Man – De 1986 à 2014
<img width="1024" height="609" src="http://limonadier.net/wp-content/uploads/2014/08/burningman.jpeg" class="attachment-large wp-post-image" alt="burningman" />

Initialement créé en Californie par une vingtaine d’individus ou plutôt une bande de hippies utopistes, il semblerait que cet événement, ayant accueilli pour sa 27ème édition l’an dernier près de 68.000 personnes selon le Daily Mail, ne soit plus aussi paradisiaque et utopiste qu’avant.

A la base, le Burning man est une fête païenne et éphémère regroupant le temps d’une semaine son lot de créations artistiques, de spiritualité, de partage, d’expérimentations de substances et tant d’autres choses… Il est d’ailleurs demandé aux participants lors de leur inscription de dire ce qu’ils vont apporter au festival : quel projet, quelle contribution ? Cela peut être des cours de yoga, des ateliers dessin, une structure, un char, un projet photo…

Cet événement a toujours été orienté vers l’échange et le partage tant est si bien que l’on ne peut rien acheter avec de l’argent lors du festival si ce n’est du café et des glaces. Un événement dédié aux personnes en mal de vivre, en manque de solidarité, las d’un monde trop individualiste… Une semaine où tout devient utopie mais utopie tangible. Au final, un concept « en marge », mais qui a tout de même quelque chose de magnétisant car tout le monde en parle à défaut d’y participer. Imaginez, un monde où tout le monde peut s’exprimer au travers de son art, de ses déguisements, de  son chariot volant… jusqu’à une fin, marquée par la crémation d’un homme géant, emblème du festival : Le Burning Man, lui même. Avouez que c’est kiffant, non ?

<img class="alignnone wp-image-18440 size-full" src="http://limonadier.net/wp-content/uploads/2014/08/burningmanby-treyt-ratcliff-et-ericbouvet.png" alt="burningmanby treyt ratcliff et ericbouvet" width="100%" height="360" />

Crédits photo : Treyt Ratcliff & Eric Bouvet

Le Burning Man existe aujourd’hui depuis 1986 et aurait apparemment subi un virage quelque peu inattendu mais néanmoins prévisible depuis ses dernières années et encore plus pour cette 28ème édition…

Outre le mauvais temps des débuts et la mort d’une des participante cette année, c’est plutôt le phénomène de gentrification qui gâche un peu la fête et l’esprit du lieu. Le Burning aurait il perdu son essence ? Ou plutôt l’argent et le pouvoir viendraient-ils bafouer ses valeurs ? C’est ce qu’on a pu lire dans le New York Timestrès récemment, qui s’est intéressé à ce phénomène de gentrification…Depuis 2 ans, le festival situé dans le désert de Black Rock City, Nevada reçoit de plus en plus de de millionnaires du secteur High Tech de la Silicon Valley.

<img class="aligncenter wp-image-18439 size-full" src="http://limonadier.net/wp-content/uploads/2014/08/yacht.jpg" alt="yacht" width="100%" height="376" />

Crédit photo : New York Times

Dans cet article, on y découvre que les fondateurs de Google Larry Page, Sergey Brin, Jeff Bezos, PDG d’Amazon ou encore Mark Zuckerberg, de Facebook sont des habitués du lieu ramenant avec eux toute une flopée de nerds sur la terre sacrée qui ne partagent pas forcément la même vision de ce lieu que ceux qui font cette communauté et ne la défont(ce) pas.

En effet, au lieu de se fondre dans la masse et de vivre simplement cet événement, ces entreprises high-tech le transforment en pseudo week end d’intégration avec son lot de bling bling qui font forcément tâche au milieu du paysage. Exit l’utilisation de tentes comme les autres burners, coucou les gros camping cars ou pire les constructions bâties spécialement pour le confort de cette minorité. Encore pire, dans l’article du NYT, le journaliste cite un un groupe d’entrepreneurs de la Silicon Valley sur leur vision du Burning Man : « avant il y avait des campings cars et des plats cuisinés. Aujourd’hui on a les plus grands chefs cuisiniers, tout comme des maçons qui construisent des yourtes avec lits et air conditionnés ». Seriouly ?

Tyler Hanson, encadrant de cette nouvelle clientèle haut de gamme sur le lieu du Festival confie également que désormais ces grosses entreprises prévoient tout pour le confort de leur salarié : « Ta bouffe, tes drogues, tes costumes sont gérés par la boîte. Les Start-up tech vont là bas et prennent des drogues à la recherche de la prochaine idée géniale ». Tout frais payé, le coût estimé de cette centaine de personnes en provenance de la Silicon Valley et d’Hollywood s’élève à environ 2 millions de dollars, soit un budget de 25 000 dollars par personne. Ce qui est bien évidemment tout à fait différent de l’esprit des autres festivaliers…

En parallèle et en réponse à la loi de l’offre et de la demande, les prix ont augmenté progressivement, passant de 35 dollars en 1995 à 380 dollars en 2013. Ajouté à cela le prix du billet d’avion qui, à cette période de l’année, peut frôler les 1000 dollars. De quoi se demander si au final, le Burning Man est toujours un rendez-vous alternatif emblématique de la « contre-culture » et du partage ?

Seul l’avenir nous le dira et ne crachons pas non plus trop vite dans la soupe. Pour donner ses lettres de noblesses à qui de droit, on vous propose de visionner une des structure de cette année, « Embrace » en train de s’enflammer (le feu démarre à 6 minutes 50 et c’est juste magnifique). Le Festival quant à lui s’est éteint aujourd’hui. Et nous, on pense quand même y faire un tour l’année prochaine, histoire de voir où ça en est…

Burning Man – De 1986 à 2014
Burning Man – De 1986 à 2014
Burning Man – De 1986 à 2014
Burning Man – De 1986 à 2014
Burning Man – De 1986 à 2014
Burning Man – De 1986 à 2014
Burning Man – De 1986 à 2014
Tags

2014, burnin man, Embrace, embrace statut, gentrification, hich tech, nevada, silicon valley


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Le Limonadier 23814 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines