Magazine Culture

Les colonialistes ramenés à leurs propres démons.

Par Citoyenhmida

Omar MOUNIR est un écrivain marocain assez atypique et surtout éclectique.

Juriste de formation, enseignant de profession, il est devenu journaliste par vocation avant de s’adonner à la littérature par passion. Parcours donc très spécial qui a été jalonné par la publication d’une série d’essais, de quelques romans, d’un récit biographique, de quelques écrits satiriques.

L’auteur, malgré sa production très diversifiée, ne semble pas avoir au Maroc le succès qu’il mérite.

Il  a publié en 2010, chez son éditeur de prédilection MARSAM, un essai intitulé LES COLONIALISTES.

les-colonialistes

La lecture du travail de Omar MOUNIR – car il s’agit d’un véritable travail de recherche et de documentation – constitue une véritable charge contre le colonialisme, que l’auteur résume en deux mots : “abjection et trahison”.

Cherchant la cause profonde du colonialisme européen dans les guerres que les états du Vieux continent se sont livrées durant des siècles, Omar MOUNIR voit dans l’esclavage le “préambule à la colonisation”.

Son essai s’articule autour d’une triple approche temporelle du phénomène:

  • un colonialisme primaire, rappelant toutes les étapes du partage  du monde entre ls puissances européennes et surtout toutes les atrocités qui en ont découlé.
  • un colonialisme secondaire, basé sur la création d’Israël et la politique menée par  l’état hébreu à l’égard es palestiniens.
  • un colonialisme du troisième type, qualifié de “nécessaire”, excercé par les U.SA. sur le reste du monde

Omar MOUNIR conclut son ouvrage par quelques questions aussi pertinentes que l’éventualité d’un gouvernement mondial soumis forcément aux intérêts américains et  aussi inattendues que la crainte de l’expulsion des musulmans de l’Europe.

L’intérêt de l’essai de Omar MOUNIR est indéniable, car on y retrouve une somme considérable de renseignements sur le comportement des colonisateurs – états, armée, colons – qui devraient inciter les occidentaux dans leur ensemble à une certaine repentance  morale envers les peuples qu’ils ont exploitées, des civilisations qu’ils ont bafouées et des crimes qu’ils ont commis.

Ce rappel des faits historiques, dont certains sont d’une cruelle actualité, devraient aussi poussé les occidentaux à une plus grande humilité en matière de leçons sur les droits de l’homme, qu’ils sont si prompts à donner à ceux-là mêmes qu’ils ne considéraient pas comme des êtres humains à part entière.

Pourtant, je ne peux me retenir de formuler quelques réserves sur cet essai :

  • Un ouvrage de ce genre ne prétend pas bien évidemment épuiser le sujet abordé et en aspire à en donner un éclairage subjectif et partiel : je crois que le travail de Omar Mounir, très bien axé sur les nuisances irrécusables du colonialisme européen, évacue peu trop rapidement les méfaits de l’aspiration des soviétiques à dominer la partie du monde qui étaient sous leur contrôle, des états baltes aux fins fonds de l’Asie, en passant par l’Ukraine et autres Géorgie et Azerbaïdjan, sans compter le glacis des pays satellites affidés à Moscou.
  • Par ailleurs, l’auteur semble dédouaner complètement les pays et peuples qui sont passés par le jouc du colonialisme. Il oublie l’idée que n’est colonisé que ce qui est colonisable : l’Europe n’a pu étendre son influence sur le monde que parce le reste du monde accusé un retard à tous les niveaux.
  • Enfin, le phénomène de la colonisation n’a pas été une invention européenne ni capitaliste dans le sens moderne du terme. Les grecs et les romains anciens l’ont pratiqué, tous comme les chinois et les arabes, car tous ces colonisateurs ont profité de la règle que je viens de rappeler .
  • Pour finir, je dois, pour être en accord avec moi-même, reprocher à  l’auteur le recours récurrent comme source ou comme référence à l’encyclopédie libre  WIKIPEDIA, alors que la bibliographie citée  et les notes auraient été largement suffisantes.

Ceci étant dit, il faut lire l’essai de Omar MOUNIR ne serait-ce que pour rendre hommage l’effort intellectuel de l’auteur qui dénonce de manière virulente l’une des plaies de l’histoire moderne de l’humanité.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Citoyenhmida 1351 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines