Magazine Culture

Bilan mensuel n°14 : Août 2014.

Par Lukea @LukeaLivres

logobilmens

     Après l'effervescence culturelle du mois de Juillet, Août a été l'occasion pour moi de voyager loin, de prendre enfin les vacances tant espérées. Malheureusement, ces vacances n'ont pas été synonyme de lecture et je n'ai pas lu autant de livres que je le souhaitais. Seul trois livres sont sortis de ma PAL, mais fait rare et exceptionel qui mérite d'être mentionné, j'ai, pour la première fois depuis la création de mon blog, eu l'occasion de lire un service de presse (SP) qui m'a été proposé par les Editions VPS.

     Je vais d'ailleurs commencer ce bilan par celui-ci. Il s'agit de Loeuk... Tchong Kraoy, le premier roman de Phiseth Srun. J'ai publié sur mon blog la chronique complète de ce livre hier. Je vous invite à cliquer ici pour la lire si vous n'en avez pas encore eu l'occasion.

     Passons maintenant aux trois livres qui ont définitivement quittés ma gargantuesque PAL : contrairement à mes habitudes, j'ai lu plus de romans anglo-saxons que de romans français. C'est aussi ça les vacances, on bouscule ses habitudes le temps de quelques jours afin de mieux apprécier la routine en rentrant.

     Je vais commencer par la minorité, le seul roman français. Il s'agit du roman très américain d'Hubert Prolongeau qui porte très bien son nom, Américain, Américain. A travers le personnage fictif d'Howard Perrineau, Hubert Prolongeau nous plonge dans le Hollywood des années noires, celles de la chasse aux sorcières. Le personnage-narrateur est le meilleur ami du réalisateur de génie Elia Kazan, et le roman est le récit de leurs vies. On suit le parcours de Kazan, de l'ascension à la descente aux enfers. Ce roman repose sur un questionnement qui m'a passionné : La bassesse de l'Homme peut elle nourrir le génie ? Quels sont les éléments qui permettent de distinguer le chef-d'oeuvre du médiocre ? Un homme bon et honnête peut-il connaitre la gloire ? Toutes ces questions trouvent réponse dans ce très bon roman qui décrit minutieusement Hollywood à son âge d'or. Un vrai régal de lecture que je vous conseille de découvrir.

     Le deuxième livre, je l'ai acheté peu de temps avant mon départ et a directement rejoint mes valises. Nos étoiles contraires de John Green est sans conteste un de mes coup de coeur, si ce n'est le seul, de ce mois d'Août. Best-seller international, son succès est plus que mérité car ce livre est un véritable petit bijoux. On ressent toutes les émotions et malgré la difficultée du sujet, l'auteur arrive à nous faire rire et à aimer la vie. J'ai l'impression que la chronique va être difficile à rédiger car je vais avoir beaucoup de mal à mettre les mots justes sur ce que j'ai ressenti à la lecture. Affaire à suivre.

   Terminé à la dernière minute, Fahrenheit 451 est donc ma dernière lecture de cet été 2014. Véritable chef-d'oeuvre de la science-fiction, j'ai énormément aimé ce roman de Ray Bradbury. J'ai été estomaquée par la justesse et la précision de la vision futuriste de l'auteur. Cinquante ans auparavant, il avait presque tout deviné. Un livre qu'il faut avoir lu au moins une fois dans sa vie, surtout si on est amateur de livres. Je ne vais pas trop en parler ici car ma chronique est prévue pour bientôt.

     Voilà pour ce court bilan du mois d'Août. Les lectures ont été peu nombreuses pour un mois d'été mais ont toutes été excellentes. Sur les quatre lectures aoûtiennes, trois ont été de véritables coup de coeur mais pour des raisons différentes. Si on pouvait synthétiser ce mois en une phrase, je dirais que "La qualité a prit le pas sur la quantité". Espérons que mes lectures du mois de septembre seront nombreuses et tout aussi excellentes !

p
   
9782290015209FS
   
couv73822958
   
couv50997400


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lukea 82 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines