Magazine Bd

Blast, T1 : Grasse carcasse – Manu Larcenet

Par Belzaran

blast1


Titre : Blast, T1 : Grasse Carcasse
Scénariste : Manu Larcenet
Dessinateur : Manu Larcenet
Parution : Novembre 2009


Manu Larcenet est un auteur que j’apprécie énormément. La principale qualité que je lui trouve est de ne pas s’enfermer dans une case scénaristique. Autant son « Le retour à la terre » est léger et drôle, autant son « Le combat ordinaire » est nostalgique et émouvant. Ses deux séries démontrent plutôt bien le grand spectre d’atmosphère dans lequel peut nous plonger cet écrivain. Mais ce n’est pas de ses séries dont je veux vous parler. Je me contente de vous les conseiller vivement. L’album dont je veux vous parler aujourd’hui se nomme « Blast ». Il s’agit d’un ouvrage au format original. Edité chez Dargaud, il est d’un format plus « carré » qu’un album de bandes dessinées classique. De plus, il est particulièrement épais. En effet, l’histoire se déroule sur environ deux cents pages. Il est vendu au prix de vingt-deux euros. « Blast » est une nouvelle série née de l’imagination de Larcenet. Il s’occupe à la fois du scénario et des dessins. Le premier opus s’intitule « Grasse carcasse ». Il est apparu dans les librairies en novembre dernier.

Un homme obèse et sans domicile fixe

L’histoire est construite autour d’un personnage imposant nommé Polza Mancini. On le découvre en garde à vue. Agé de trente-huit ans et sans domicile connu, il est accusé d’avoir agressée une femme maintenant plongée dans un coma artificiel. Deux policiers l’interrogent et cherchent à connaître son mobil et à savoir précisément d’où vient un tel déchainement de violence. Mais pour Polza, tout n’est pas si simple. Sa quête consiste à sentir à nouveau le Blast, moment où la vie atteint la perfection. Et cette recherche est permanente et vient de loin. Et pour cela, il faut en revenir au tout début. Et voilà cet homme obèse et sans domicile fixe qui commence à nous raconter sa vie dans la petite salle d’un commissariat…

Le héros est particulier. Si on l’avait croisé dans la rue, il ne nous aurait inspiré aucune affection ou empathie particulière. Voir cet homme errer dans la rue ne nous aurait pas touchés. On aurait éventuellement ressenti de la pitié pour son physique difforme et sa vie apparemment pas facile. Mais Larcenet en a décidé d’en faire son personnage central. Pour arranger le tout, cet homme a agressé violemment une femme et se trouve arrêté dans un commissariat. Comment peut-on s’intéresser à lui ? Peut-être est-ce du au talent de son créateur mais dès les premières pages de lecture, Mancini nous devient sympathique. On s’attache à lui très vite. On oublie la raison de sa présence dans ces lieux. On s’immerge pleinement dans son univers et dans son histoire. Sa narration nous passionne.

L’intérêt que j’ai ressenti pour cette histoire est d’autant plus surprenant qu’elle n’est a priori pas forcément passionnante. Mancini est un écrivain qui voit son père mourir à l’hôpital. Cet événement marque une rupture. Il décide de partir à l’aventure. La rue devient son nouvel univers et sa nouvelle maison. On a donc l’impression de suivre un clochard dans son quotidien. Il ne témoigne pas de réelle volonté d’améliorer sa situation, on ne ressent pas de quête particulière sortie de celle de ressentir le Blast. Bref, tout cela manque d’idéal classique. Et pourtant malgré tout cela, on se prend d’affection pour cette personne et on a énormément de curiosité pour son avenir.

Je pense que ce plaisir de lecture vient en grande partie de l’atmosphère assez particulière dans laquelle navigue Mancini. L’ambiance est assez envahissante je trouve. On s’y immerge de manière assez intense. Larcenet nous offre des moments de silence et contemplatif qui apportent une dimension assez intense à la narration. Peut-être que le fait que les dessins soient en noir et blancs participent à tout cela. Ce qui est également très particulier est le fait que malgré ce grand nombre de pages, on croise relativement peu de personnages. La narration est construite davantage sur l’introspection du héros plutôt que sur ses rencontres. De plus, le style de Larcenet, bien que particulier, me touche énormément. Je trouve les visages de ses personnages très expressifs.

Donc au final j’ai pris énormément de plaisir à découvrir ce nouvel univers. La lecture a été très agréable, le dépaysement total. Par contre, je comprendrais aisément que tout le monde n’y soit pas sensible. L’ambiance, le thème ou encore le dessin sont particuliers. Je vous conseille donc de le feuilleter dans les rayons avant de vous l’offrir. Par contre, si vous y êtes sensibles, je vous garantis un moment assez intense et je ne doute pas que vous partagerez avec moi l’impatience de devoir attendre la parution du deuxième opus de « Blast ». Bonne lecture…

coupdecoeur_new

gravatar_eric

Note : 17/20


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Belzaran 2637 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines