Magazine Cinéma

Surf Nazis Must Die

Publié le 07 septembre 2014 par Olivier Walmacq

surf nazis must die

genre: action, sport, inclassable
année: 1987
durée: 1h25

L'histoire: Un groupe de surfeurs néo-nazis sème la terreur sur une plage, étant raciste, ce gang s'attaque à un jeune afro-americain et le tue. Sa mère apprenant sa mort décide de sortir de sa maison de retraite et de le venger. S'ensuit une croisade violente.    

la critique d'Alice In Oliver:

Cela fait désormais plus de quarante ans que la société de production Troma nous propose des séries Z bas de gamme mais aussi quelques pépites souvent trashs, gores et complètement déjantés. Le nom de Lloyd Kaufman ne doit pas vous être totalement étranger.
On lui doit, entre autres, la saga Toxic Avenger. Ce dernier a toujours refusé d'entrer dans le "star system" et de céder à la tendance hollywoodienne. Lloyd Kaufman va donc suivre et financer de nombreux réalisateurs. Ainsi, certains films produits par Troma rencontreront un succès inattendu. C'est par exemple le cas de Combat Shock, Atomic College ou encore de Bloodsucking Freaks.

Vient également s'ajouter Surf Nazis Must Die, réalisé par Peter George en 1987. A l'origine, le cinéaste est un surfeur et a pour ambition de signer un long-métrage sur cette passion qu'il partage depuis longtemps avec ses potes. C'est ainsi que naît le concept de Surf Nazis Must Die.
En l'occurrence, ce film est un nanar assez curieux qui mélange plusieurs genres différents: le sport, le film post-apocalyptique (le long-métrage se déroule après une guerre nucléaire), l'horreur, l'action, le film de vengeance, la comédie et le thriller. De ce fait, difficile de ranger Surf Nazis Must Die dans une catégorie particulière.

surf2

En vérité, il s'agit d'une série Z totalement inclassable, qui brille à la fois par son originalité, son côté nanar et parfois une certaine violence typique des productions Troma. Aussi est-il nécessaire de rappeler les grandes lignes du scénario. Attention, SPOILERS !
Dans un futur proche, les plages sont contrôlées par des gangs de surfeurs sans foi ni loi. Parmi les plus extrêmes, il y a les « Surf Nazis » qui se sont mis en tête de prendre le pouvoir et de diriger les opérations de tous les autres gangs. Cela n’est pas du goût de tout le monde et une guerre se déclenche entre tout ce petit monde.

Les surfeurs nazis s'attaquent à un jeune afro-américain et le tue. Sa mère apprenant sa mort décide de sortir de sa maison de retraite et de le venger. S'ensuit une croisade violente. Finalement, Surf Nazis Must Die pourrait s'apparenter à une version très personnelle et finalement ensoleillée, en tout cas sur la plage, de Mad Max ! Voilà qui a le mérite de provoquer quelques frissons !
Pourtant, le film de Peter George a le mérite de ne jamais se prendre au sérieux. Le long-métrage se distingue notamment par des personnages hauts en couleurs. Tout d'abord, il y a ces surfeurs nazis. On a bien du mal à imaginer un gang de nazillards se passionner pour ce sport de planches et de vagues !

surfnazismustdie09


Enfin, il y a la mère de ce jeune afro-américain sauvagement assassiné par notre bande d'affreux "jojos" (je viens d'inventer l'expression...). Clairement, c'est elle la star du film ! On se croirait presque dans un film underground de John Waters. Cette héroïne atypique n'est rien d'autre qu'une sorte de bibendum monté sur deux jambonneaux farcis. 
Néanmoins, sans en avoir l'air, cette dernière va prendre les armes et tuer un par un nos surfeurs "nazillons" de service. La nanardise de Surf Nazis Must Die repose avant tout sur son amateurisme, notamment au niveau de sa réalisation. A cela, il faut aussi ajouter un scénario improbable et des protagonistes totalement décalés. Bref, au risque de nous répéter, Surf Nazis Must Die reste un nanar assez étrange et un curieux mélange entre Mad Max (que nous avons déjà cité) et Les Guerriers de la Nuit.

note: ?
note nanardeuse: 14/20


Surf Nazis Must Die par Mediafloh


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines