Magazine Cinéma

Calogero "Les Feux d'artifice"

Par Gjouin @GilbertJouin

Polydor / Universal Music
La seule chose qui m’ait intriguée dans le nouvel album de Calogero, c’est son titre, Les Feux d’artifice.Le seul parallèle que j’ai trouvé avec les engins pyrotechniques qui fusent vers le ciel, c’est que cet opus est vraiment très aérien. Le son, le climat, la voix, tout contribue à nous emmener très haut.Pour continuer dans la métaphore du « feu », ce n’est pas une œuvre qui éclate. Au contraire, c’est un feu doux, un feu qui lèche, qui réchauffe le cœur et, parfois, embrase l’âme. Ses flammes empruntent toutes les nuances du rouge. Du rose pâle du Portrait » au rouge sang de Un jour au mauvais endroit, en passant par le rose pastel de Avant toi.
Sinon, c’est un album dénué de tout « artifice », de toute fioriture. Calogero et le réalisateur-arrangeur Alan O’Connell ont gommé tout superflu pour n’aller qu’à l’essentiel avec un seul souci en tête : un esthétisme pur.Le seul mot qui me vienne à l’esprit pour qualifier Les Feux d’artifice, c’est « efficace ». Cet album est efficace dans tous les domaines : les mélodies, les couleurs musicales, les paroles et, bien sûr, la voix…J’ai rencontré et interviewé Calogero pour la première fois en… mai 90. Il n’avait pas encore 19 ans, il s’appelait encore Charly, il était le chanteur des Charts. Il portait alors de longs cheveux bouclés qui lui donnaient une allure angélique, romantique. Vingt-quatre ans plus tard, il a un peu perdu au niveau de la coiffure, mais il a gardé et dans son attitude et dans sa voix quelque chose de divinement céleste.
Habituellement, je m’efforce de dresser un classement des chansons dans un ordre préférentiel. Ici, ça m’a été totalement impossible. En plus, ces Feux d’artifice ne se terminent pas en bouquet final. C’est un bouquet du début à la fin.
J’ai beaucoup aimé l’écriture de chaque chanson. A chaque fois, c’est une écriture simple, directe, imagée. On n’a pas besoin de réfléchir, les paroles vont droit au cœur. Car, à chaque fois, il y a du sens. Même si, personnellement, j’ai un faible pour Le Portrait, une chanson tendre, mélancolique et formellement belle, les onze autres titres m’ont plu et intéressé. Un jour au mauvais endroit, inspirée d’un fait divers survenu dans le village isérois natal de Calogero, Echirolles, est une chanson sensible et citoyenne, une chanson utile. Tout aussi utile est J’ai le droit aussi, magnifique ode à la tolérance et au droit à la différence.Calogero, par auteur(e) interposés, évoque également l’évolution de la société dans notre vie de tous les jours dans Le monde moderne, avec pour thème principal les familles recomposées et la priorité qui doit être donnée aux enfants. C’est en homme concerné qu’il aborde ce sujet. Ici, l’écriture féminine de Marie Bastide apporte ce qu’il faut de douceur lucide.

J’ai aussi particulièrement apprécié, et avec beaucoup d’amusement, la chanson Conduire en Angleterre. Il y a tout ce que j’aime dans ce titre résolument british : une mélodie beatleisante, une bonne dose d’humour et d’autodérision, un arrangement original (grosse présence de la basse). C’est une chanson rebelle en hommage aux gauchers. J’ai aimé le jeu de mot avec les deux sens de « manche », le Channel et le manche de guitare, et l’abondance de rimes en « air » qui le rendent encore plus aérien. Bref, c’est une chanson adroite…
Il ne faudrait pas non plus occulter ces deux chansons d’amour que sont Avant toi et Elle me manque déjà. Placées ainsi à la suite l’une de l’autre, on a l’impression que la seconde développe la précédente. C’est très intelligent. Elles vont beaucoup, beaucoup plaire aux dames et aux demoiselles.
Et je terminerai par ce petit bijou qu’est La boîte à musique, un éloge de la danse classique. A travers le climat, la légèreté de la mélodie qui colle parfaitement au texte, la précision des mots, on VOIT les images. On la voit cette danseuse. Et puis, même les « la, la, la » sont magnifiques…
Voilà, tout ça pour dire que j’ai absolument a-do-ré ce nouvel album de Calogero. Grand artiste, beau chanteur, excellent mélodiste et remarquable musicien et, ça apparaît en filigrane tout au long de ces douze chansons, un homme concerné et engagé, un témoin de son temps. Une belle âme, quoi…

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Gjouin 18626 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines