Magazine Bons plans

Marie-Antoinette

Publié le 09 septembre 2014 par Auroretaupin
Marie-Antoinette Je dois dire que je débutais ce livre avec les plus grandes réticences. Peu adepte des périodes "en costume" ni même des biographies, et enfin relativement ignorante de l'œuvre de Zweig, je ne l'entamais qu'à contrecœur, convaincue par la persévérante et persuasive Annabelle.
A ma propre surprise, Marie-Antoinette me conquit bien vite ; emballée par le style de Zweig, je ne comptai plus les pages dès la seconde et me prit complètement au jeu de cette biographie qui se lit presque comme un polar à suspense tant Zweig nous tient en haleine, évoquant sans cesse l'avenir par petites touches – suspense d'autant plus remarquable qu'au fond, on sait bien comment ça va se terminer mais on espère encore un dénouement heureux pour l'attachante reine.
Ce qui est particulièrement plaisant avec ce livre, c'est qu'on découvre qu'on en sait finalement très peu au regard du véritable destin de Marie-Antoinette qui est narré ici. En effet, Zweig y dévoile tout ce qui n'a pas été laissé à la postérité sur l'histoire tragique de Marie-Antoinette. Certes, sa décapitation,  "donnez leur de la brioche", une vague connaissance de l'Affaire des Diamants, sa passion secrète pour le comte Fersen, son affection pour le Trianon participent à l'histoire (voire la légende) généralement transmise et connue de tous mais il est intéressant de constater qu'il y a tout un pan de la vie de cette femme traditionnellement laissé dans l'ombre qui est ici dévoilé par Zweig en détail : l'absurdité des préparatifs de la fuite de Varenne, les sept ans de non-consommation du mariage qui affecteront le caractère du futur roi Louis XVI, les accusations d'inceste portées contre elle, la solitude des dernières années de sa vie (le Roi ayant été décapité bien avant elle), le rôle terrible de son beau-frère, son duel silencieux avec la favorite de Louis XV qui s'achèvera comme une affaire d'Etat … De plus, Zweig ne manque pas de donner son avis, ses interprétations apporte sa fine analyse des rapports humains pour éclairer la simple histoire et le récit des faits. "Pour que le véritable amour fut possible, il faudrait au peu viril Louis XVI l'énergie du cœur qui lui fait défaut ; quant au penchant de Marie-Antoinette pour lui, il est fait de trop de condescendance, de beaucoup d'indulgence, de trop de piété, pour que ce fade mélange puisse être appelé amour"
A dévorer de toute urgence !
Merci à Annabelle pour son assiduité à le recommander !

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Auroretaupin 170 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte