Magazine Culture

Une semaine, un disque | Angus & Julia Stone – Angus & Julia Stone

Publié le 09 septembre 2014 par Generationnelles @generationnelle

La délicatesse et la douceur au programme du nouvel album d’Angus & Julia Stone.  

Angus fait-il la tête? Ou Julia Stone est-elle la seule à voir la vérité en face? C’est du moins ce qu’on pense en premier en regardant la pochette du nouvel album d’Angus & Julia Stone. Le duo surplombe la ville et invite ses auditeurs à écouter son album au coucher de soleil sur les hauteurs : délicat et dépaysant!  

10408510_10154598343485495_4004591657414553924_n

Angus et Julia Stone c’est le groupe capable de faire des chansons qui rendent amoureux. Seulement voilà leur nouvel album commence par une rupture ! «  A Heartbreak » qui pourrait être froid  révèle en trois coups de batterie toute sa couleur pop. Un coup de coeur qui devient aussi un coup de choeur avec une chorale presque empruntée à Of Monsters of Men au petit «ouhouh » qui fait frémir le hipster et l’amateur d’indie. Ça commence bien !

My Word for It, un brin plus rock, appartient visiblement bien à Julia qui survole la chanson avec sa voix alors qu’Angus gratouille tout en participant aux refrains, après tout il n’est jamais très loin. Tout au long de l’album, le duo se complète, s’affronte, se répond comme … un couple. Grizzly Bear fait appel à un autre groupe et s’il n’est pas trop question de chasse au grizzly, l’atmosphère est pourtant assez sauvage mais aussi festive dans les sous-bois.

Ah, l’humour champêtre, l’odeur de la forêt, un côté root que les deux musiciens ne renient absolument pas notamment dans « Heart Beats Slow »!  Cette chanson quasiment country sonne comme un retour aux racines mais annonce aussi l’émergence de leur personnalité. Histoire de dire qu’ils sont bien deux et donc : un plus un, deux individualités si liées et à la fois si distinctes. Encore que.

Le très triste « Get Home », sorte de bienvenue chez moi d’Angus & Julia Stone, sonne comme une plainte mélancolique suivie du tout aussi morose et acoustique Death Defying Acts. Et quand Little Whiskey à la batterie tonitruante entre en scène c’est un tube dream pop mené par Angus qui pointe le bout de son nez avec comme choriste de luxe une frêle Julia Stone qui prépare avec From the Stalls, sa propre réponse pop .

1979258_10154153048780495_7136956977758497037_o

Duo si lié et inséparable? Complémentaire et jouant sur la même gamme ,la même émotion dans Other Things et Please You, Angus et Julia Stone prouvent avec cet album et les chansons Crash And Burn et Main Street, leur esprit pas si mainstream. Leurs mélodies  miraculeusement  émeuvent et arrivent directement dans les oreilles mais aussi dans les coeurs!


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Generationnelles 7516 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine