Magazine Côté Femmes

L'anal de A à L

Publié le 17 septembre 2014 par Marietudors
Après avoir lu différents papiers du côté de Maïa Mazaurette récemment, Jooks ou Vice plus anciennement, après avoir entendu de nombreux témoignages plus ou moins heureux et questionnements plus ou moins saugrenus, je me suis dit qu’il fallait que moi aussi je participe à ce débat du cul puisque tout ce que je lis me semble incomplet. On dirait bien que c’est une tendance, non pas de pratiquer, mais de parler de sodomie. C’est une bonne chose mais ce n’est pas parce que tout le monde en parle que c’est obligatoire(première chose). Cet article est écrit par une femme hétérosexuelle et s’adresse plutôt aux couples hétérosexuels, même si je suis persuadée que nous avons tous sensiblement le même anus, je préfère parler en connaissance de cause.
La petite histoire de la sodomieComme chacun sait certainement, la sodomie ne date pas d’hier ; les traces (roh !) les plus anciennes remontent à la Grèce Antique et à la Rome Antique. Cet acte était pratiqué entre un homme plus âgé (le maître, actif) et un plus jeune (l’élève, passif) et tout ça était considéré comme une transmission de savoir. Bah oui bien sûr ! Voilà éventuellement l’une des raisons qui pousse nos hommes à partir en chasse du sombre trou : nous apprendre des choses ! Ensuite, les Celtes et les Gaulois ont repris le relais tout naturellement. Certains couples hétérosexuels partageaient même leur couche avec un jeune éphèbe, tout allait bien. Arrivé au Moyen Âge, ça se complique et l’Eglise condamne l’ensemble des pratiques dites « non reproductives », TOUTES appelées « sodomie » à l’époque. Même le coït interrompu est interdit, mieux valait avoir la forme donc. Avec le temps, ça ne s’arrange pas, « péché abominable », torture, bûcher, prison à vie, bannissement, etc. Sachez que la France est assez avant-gardiste sur le sujet puisque la sodomie disparaît du Code pénal en 1791, merci Robespierre. Alors qu’au Canada par exemple, la loi est révoquée en 1969 ! Et bien sûr, aujourd’hui encore, quelques états des Etats-Unis ainsi que l’Inde, entre autres, bannissent la pratique.
L'anal de A à L
La formidable histoire biologique de la sodomieComme chacun ne sait pas forcément, la pratique de la sodomie a été très sérieusement étudiée par des neuro-biologistes. Leurs conclusions sont assez fascinantes. Ils ont voulu aller un petit peu plus loin que le « vice moral » ou « dérèglement de l’instinct sexuel ». Au début de ces recherches (18èmesiècle), tout portait à croire au caractère anormal de la chose : hall de sortie du tube digestif, l’anus n’a aucune fonction reproductive. De plus, tout notre corps est hormonalement programmé pour attirer un pénis dans un vagin : phéromones sexuelles, lubrification vaginale, capteurs multiples, etc. Autant d’éléments qui devraient naturellement amener à un coït dit reproductif. (Je précise que la plupart de ces études ont été menées sur des rongeurs…). Heureusement, beaucoup plus tard, au début des années 2000, la relève des neuro-biologistes –qui a très certainement pris quelques doigts entre temps- démontre qu’au cours de l’évolution, la sexualité s’est progressivement dissociée des cycles hormonaux. En clair, nous ne baisons plus par réflexe naturel de reproduction (comme la plupart des animaux) mais…pour prendre du plaisir. Whaaat ? Je me moque mais scientifiquement, les mecs ont découvert que notre système nerveux avait évolué et que le système cognitif de récompense était devenu majeur dans nos rapports sexuels. C’est-à-dire que nous cherchons la jouissance, le plaisir érotique et non plus la reproduction. Je sais que vous le savez mais là c’est dans notre cerveau, dans notre programme, notre ADN, nos gênes, je trouve ça assez dingue puisqu’apparemment ce n’était pas le cas avant. Bref, pour arriver à cet orgasme tant recherché, il faut stimuler des zones érogènes dont l’anus fait partie.
L’anus de A à SL’anus est l’orifice terminal du tube digestif ; sa principale fonction est d’évacuer périodiquement les résidus de la digestion, le caca donc. L’anus est érogène mais pas forcément spontanément. Chez l’homme, c’est la prostate qui est stimulée et chez la femme, c’est la sensation de va-et-vient qui peut procurer du plaisir. Il ne secrète pas de lubrification naturelle. Cette phrase est très importante, merci.L’ouverture de l’anus est contrôlée par le muscle nommé sphincter. Il peut être blessé par une pénétration trop brutale ou dilaté à l’aide d’exercices d’assouplissements (comprenez, préliminaires crescendo).

L'anal de A à L

Sous mon lit... Un espace sombre et méconnu, tout comme l'anus pour certains d'entre vous.


Maintenant que vous savez tous ce qu’est un anus et que vous connaissez l’idée de la sodomie dans les mœurs, passons aux choses pratiques.
Le moment pour en parlerLa question est d’abord : faut-il en parler ? La réponse : oui si vous êtes en couple ; non, pas forcément lorsque vous venez de ramener une fille dans votre chambrée et que vous ne comptez pas lui servir de petit déjeuner. En gros, si c’est un coup d’un soir alcoolisé, vous risquez de briser la spontanéité et le naturel du moment. Mais enfin chers messieurs, même si vous n’en parlez pas, il est évident que la communication corporelle répond vite et clairement à vos questions ! La demoiselle, sauf si elle est attachée, saura se servir de ses mains pour vous rediriger vers le bon chemin. Inutile donc d’insister. Car elle sait aussi se servir de ses mains pour diriger l’engin vers l’anus, oui ça peut arriver. Et puis de toutes façons, elle est normalement en capacité de prononcer le mot « non », oui, sauf si elle est bâillonnée. Et donc, autre cas : le couple, oui il faut en parler. Au moins après un essai raté. Vous n’avez qu’à lancer la classique discussion sur oreiller « alors, tes fantasmes ? », sourire en coin, attendre qu’elle pose la question en retour. Bien sûr, contrairement à la fellation, la sodomie ne peut pas être une condition obligatoire au bon déroulé de votre relation. Si elle ne veut pas, rien ne sert d’en reparler trop vite ou de tout de même essayer. Laissez la réfléchir et décanter le sujet, il suffit qu’elle parle à une ou deux copines averties pour finalement avoir envie d’essayer. Patience.

L'anal de A à L

Patience

Côté femelle, se préparer physiquementIl y a deux écoles. Celles qui veulent vraiment préparer le terrain et celles qui optent pour l’improviste. Voici le paradoxe : la plupart des filles ont peur de déféquer sur votre queue, clairement. Et pour éviter cela, il faut tout simplement faire un lavement des intestins à l’aide d’une poire vendue en pharmacie (vous pouvez dire que c’est pour vos oreilles au moment de l’achat) juste avant le rendez-vous. Mais le problème, toute propre que l’on est, c’est que le côté prévisible de la chose peut nous bloquer. Oui c’est compliqué. L’une des meilleures préparations reste l’alcool à grands flots ou toute autre substance déshinibante, et en général, c’est difficile à prévoir, c’est plus comme un déclic, un « tiens, là je me sens d’humeur coquine car je ne suis pas vraiment moi-même hihihi ». Et on ne va pas faire une pause lavement entre deux verres de vin avant de passer au lit, ça casserait franchement tout ! Bref, vous pouvez aussi faire un calcul : 10 heures séparent votre bouche de votre anus. 

L'anal de A à L

Ce crabe a besoin d'un lavement


Et surtout, psychologiquementLa sodomie est une affaire d’acceptation psychologique, de soumission morale et de réception presque divine. Je parlais l’autre fois d’hypnose, eh ben c’est presque pareil. Vous pouvez vous auto-hypnotiser juste avant la pénétration. Il s’agit juste de redoubler de force d’auto-persuasion et se dire « j’accepte de m’ouvrir, j’aime ça, je ne vais pas avoir mal », vous pouvez être très convaincante vous verrez. Si vous avez peur (souvenez vous les suppositoires ou le thermomètre), votre anus va se rétracter et plus un pet ne pourra en sortir, ni rentrer, vous m’avez comprise. D’où le besoin d’alcool…

L'anal de A à L

Votre nouveau mantra


Côté mâle, la préparer psychologiquementIl faut un minimum se mettre à la place de la femelle. Si vous ne vous êtes jamais fait pénétrer, réfléchissez-y deux secondes s’il vous plait. Voilà. Bon. C’est quand même quelque chose ! Alors, lors de la discussion qui vous donnera un éventuel go, il faut la rassurer. Bien sûr que vous arrêterez au moindre stop, bien sûr que vous serez doux et tendre, bien sûr qu’un peu de matière fécale ne vous écoeure pas DU TOUT. Faisons une pause sur ce sujet d’ailleurs. Rendez-vous compte que ce genre d’accident est traumatisant. Pour vous, c’est juste un tout petit peu dégoûtant, mais pour la femelle féminine, séductrice et fière, ça la replonge à l’état de bébé au stade justement anal, où maman ramasse tout, un stade de dépendance. C’est quand même une matière sensée être réservée à la cuvette qui peut à tout moment se répandre sur votre corps aimé et adulé. La honte quoi. Il faut juste en prendre conscience et la rassurer au préalable.
L'anal de A à L

Et surtout, physiquement
Les sèches surprises sont complètement interdites. Là, on peut parler de douleur ! Il faut y aller progressivement, souvenez-vous qu’un anus ne se lubrifie pas tout seul, contrairement au vagin. Alors, langue, doigt, lubrifiant, sont plus que bienvenus, ils sont obligatoires. Et pas qu’une seconde. Ecoutez l’anus, sentez-le, aimez-le, montrez lui un peu de respect. S’il vous dégoûte, pourquoi y mettre votre propre et joli pénis ? Il faut assumer. Une fois la chose prête, continuez dans la douceur, allez-y progressivement. Détail technique : limitez les va-et-vient complets. J’entends qu’il faut éviter de se retirer complètement pour rentrer à nouveau. L’étape la plus difficile pour la femelle est la pénétration en elle-même. Alors une fois dedans, n’en sortez plus, elle vous remerciera. N’oubliez pas d’abuser du lubrifiant régulièrement. L’engin sèche vite ! Et aussi, n’oubliez pas la capote car il y a 10 fois plus de chances de contracter des MST avec un rapport anal qu’avec un rapport vaginal. On peut être sérieux deux minutes ou pas ? Et si je le précise, c’est que ce n’est pas clair pour tout le monde.

L'anal de A à L

Le bout du tunnel est proche, vous êtes presque prêt


Bon, en résumé, pas mal de blabla, beaucoup de jaja et plein de doigts, et ça ira !Sinon je ne comprends toujours pas pourquoi les mecs ont peur de nos menstruations alors qu'ils n'ont aucune peur concernant la pénétration d'un début de colon...



Si vous aimez, aimez moi aussi là !

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Marietudors 3131 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog