Magazine Culture

Les combattants (film, 2014)

Publié le 21 septembre 2014 par Ellettres @Ellettres

Les-Combattants-afficheAttention, scoop ! Je vais non seulement chroniquer un film, mais en plus un film qui fait l’actualité… C’est-à-dire qu’il est encore en salles. Tant de réactivité de ma part m’impressionne. (Je sens que ce blog va bientôt muter en blog de "lectures et cinéma").

Les combattants est un peu la "révélation de la rentrée", comme disent les médias, because son sujet original et son jeune réalisateur inconnu et ses acteurs pour la plupart inconnus eux aussi.

De quoi ça parle ? De deux jeunes, un garçon et une fille, que tout sépare. Il est aussi doux qu’elle est dure, aussi flottant qu’elle est déterminée, aussi bon compagnon qu’elle est quasiment asociale. Forcément, on se doute que ça ne va pas en rester là ! Dans le fabuleux cadre des Landes estivales, au bord de la mer, Arnaud est un jeune gars qui se destine, par défaut, à continuer le boulot de son père récemment décédé et de son grand frère : menuisier. (On n’en voit pas souvent des menuisiers dans le cinéma français, entre nous soit dit). Madeleine, au prénom si poétique, est une espèce de Rambo femelle, épaules carrées, regard noir, moue perpétuellement boudeuse, tant qu’elle semble toujours vouloir charger son interlocuteur (ce qu’elle fait effectivement à un moment donné). Gosse de riche, elle est décidée à plaquer une vie facile pour apprendre à… survivre. Comme elle l’explique à Arnaud, après leur première rencontre explosive, le monde va bientôt péter à cause de [motif au choix : centrales nucléaires qui explosent, guerres de religion, inversion des pôles...] et ceux qui s’en sortiront seront ceux qui seront entraînés à des conditions extrêmes. Pour cela, elle s’est inscrite à un stage militaire qui l’aidera, croit-elle, à intégrer le corps des dragons parachutistes, les plus baraques de l’armée : ceux qui apprennent à ne pas dormir, à manger un maquereau cru avec les écailles et à chasser les animaux sauvages. Sur un coup de tête (ou coup de coeur ? en tout cas, les coups de poing n’y sont pas étrangers), Arnaud décide de l’accompagner faire ce stage.

Ce qui m’a plu dans ce film :

- La beauté des images : que ce soit la forêt landaise qui se fait amazonienne, les deux héros trempés par la pluie et réfugiés

Les-combattants
sous une grange ou la scène de l’incendie, on apprécie cet art de la prise de vue qui fait le vrai cinéma. Je dirais même que l’image est sensuelle, au sens premier du terme : elle sollicite plus que la vue, mais également le toucher (du bois, de la peau, de l’eau, du cirage, de la mer, du sable…), l’odeur (de la forêt humide, du feu de bois où grésille un petit animal, de la cendre, du "jus de maquereau"…) mais aussi les émotions telles que le dégoût, l’exaltation, la peur, l’ennui, le trouble…

- Le naturalisme des personnages : ils sont plutôt bien campés, avec des intonations de voix, des postures et des conversations très réalistes et conformes à ce qu’on peut observer chez une certaine jeunesse provinciale. Rien qui ne fasse "surjoué" ou artificiel ou bobo-germano-pratin. C’est même l’anti-film de parisiens.

- Mon personnage préféré est Arnaud : beaucoup plus subtil que sa brutasse de partenaire, on pourrait faussement interpréter qu’il est le pôle "féminin" de leur duo. S’il a bien des qualités dites "féminines" (sensibilité, solidarité, douceur, patience), s’il se fait bien "battre" par Madeleine au tout début, il arrive finalement à tenir son rôle "chevaleresque" avec la fille qu’il aime lors d’un moment vraiment crucial de leur aventure. Il possède une force profonde (comme l’eau qui dort) dont elle est dénuée car elle reste toute en surface, nerveuse et… creuse ? Je n’en salue pas moins la performance de l’actrice Adèle Haenel qui joue un vrai morceau de bravoure. Son personnage est d’ailleurs tellement balourd qu’il en devient drôle et parfois attendrissant.

- L’action et l’histoire sont très bien menées : on passe d’une séquence à l’autre, du bord de mer estival à la caserne de troufions, du stage "pour de faux" à la survie pour de vrai avec beaucoup de facilité et une certaine jubilation. Certains renversements de situation sont drôles (ainsi, c’est Arnaud qui cartonne chez les militaires, et pas Madeleine !). De plus, prise séparément, chaque scène semble insolite, à commencer par la toute première, quand on voit les deux frères aux… pompes funèbres. Rien n’est attendu dans ce film, ce qui fait toute sa fraîcheur.

Ce qui m’empêche d’aimer complètement ce film ? C’est sa fin. Toute leur aventure à deux prend la forme d’un rite de passage, parfois haletant et à la fin… on dirait qu’ils n’ont pas changé du tout. Enfin, surtout Madeleine. Toujours dans le même délire, et lui qui la suit encore dans son trip sans barguigner, semble plus benêt qu’auparavant. Alors moi, qui aime les romans d’apprentissage, les progressions, les leçons de vie, je ne peux que m’en sentir frustrée.

Mais c’est quand même un film vraiment intéressant et qui vaut le coup d’être vu.

Et vous l’avez-vous vu ? Qu’en avez-vous pensé ?



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Dour festival 2014 | l’indétrônable

    Dour festival 2014 l’indétrônable

    En 26 ans et alors qu’y défilaient les groupes les plus intéressants et prometteurs, le festival de Dour, restant néanmoins une référence en matière... Lire la suite

    Par  Acrossthedays
    CULTURE, MUSIQUE
  • Printemps/Été 2014 au Cinéma

    Printemps/Été 2014 Cinéma

    Un nouvel épisode de "La Minute du Cinéma" pour réintégrer, de nouveau, un peu de cinéma sur le Blog La Maison Musée. Comme souvent, notre but est de partager... Lire la suite

    Par  Neodandy
    CINÉMA, CULTURE
  • Sónar Festival 2014 de Barcelone

    Sónar Festival 2014 Barcelone

    Le Sónar Festival revient à Barcelone pour sa 21ème édition du 12 au 14 juin 2014, festival où se mêlent culture, technologie, divertissement et bien entendu... Lire la suite

    Par  Loubilovitch
    CULTURE, EUROPE , VOYAGES
  • Field day 2014 | live report

    Field 2014 live report

    C’était peut-être un peu loin de chez nous, il a peut-être fallu poser quelques jours de congés pour y aller mais la programmation nous a tellement charmé... Lire la suite

    Par  Acrossthedays
    CULTURE, MUSIQUE
  • Hellfest 2014

    Hellfest 2014

    Ce week-end à Clisson, il y avait le festival Hellfest !Comme vous le savez, c’était la première fois que nous nous rendions au mythique festival de métal. Lire la suite

    Par  Captain_h0wdy
    CONCERTS & FESTIVALS, CULTURE, SORTIR
  • Sjock 2014, dag 2, Gierle, le 12 juillet 2014

    Sjock 2014, Gierle, juillet 2014

    Sjock, Your rock 'n roll highlight of the year! dit la pub... elle ne ment pas. Ces 11, 12 et 13 juillet, un des plus vieux festivals du pays en était à son... Lire la suite

    Par  Concerts-Review
    CONCERTS & FESTIVALS, CULTURE, MUSIQUE
  • CINEMA : "Blue ruin" (2014), le bleu est une couleur sombre/blue is the darkest...

    CINEMA "Blue ruin" (2014), bleu couleur sombre/blue darkest color

    Si comme le dit l’adage la vengeance est un plat qui se mange froid, on sait depuis bien longtemps qu’elle est aussi un plat que les dramaturges en tout genre... Lire la suite

    Par  Bullesdeculture
    CINÉMA, CULTURE

A propos de l’auteur


Ellettres 576 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine