Magazine Culture

Supertramp #5-Some Things Never Change-1997

Publié le 22 septembre 2014 par Numfar
Supertramp #5-Some Things Never Change-1997

Supertramp #5:

Rick Davies: chant, claviers

Bob Siebenberg: batterie

John Anthony Helliwell: saxophone

Mark Hart: chant, guitare, claviers

Carl Verheyen: guitare

Cliff Hugo: basse

Tom Walsh: percussions

Lee Thornburg: trombone, trompette

En 1997, à grand renforts de publicité, Supertramp annonce son grand retour.

Une mauvaise information, une fausse rumeur, fait croire au retour de Roger Hodgson au sein du groupe.

Lorsqu'il sort, les nostalgiques de Supertramp qui vont acheter l'album vont découvrir un Supertramp nouvelle version, plus proche d'un big band jazzy que d'un groupe de rock et un disque décevant à plus d'un titre.

Un disque publié en mars 1997: "Some Things Never Change" (#74 UK), produit par Jack Douglas et Fred Mandel.

It's a hard world (Rick Davies)

You win, I lose(Rick Davies)

Get your act together(Rick Davies)

Live to love you(Rick Davies)

Some things never change(Rick Davies)

Listen to me please(Rick Davies)

Sooner or later (R.Davies-M.Hart)

Help me down the road(Rick Davies)

And the light(Rick Davies)

Give me a chance (R.Davies-M.Hart)

C'est what?(Rick Davies)

Where there's a will(Rick Davies)

Un supertramp à huit, comme je l'ai dit plus haut, plus proche d'un big band jazzy et un album très très long, trop long, et trop lent avec des titres de 6, 7, 8, 9 minutes, sans surprises et sans groove, conçu pour un public de grabataires qui n'aiment pas être dérangé pendant qu'ils dégustent leur thé et grignotent leurs biscottes... comme sur la pochette en fait, exactement pareil.

Quand j'écoute cet album, j'ai l'impression d'être une personne âgée, me promenant en déambulateur dans un environnement gris et sans gravité.

Après ce disque-là, j'ai toujours besoin d'un électrochoc et pour ça rien ne vaut les Ramones dans le casque, l'ampli sur 11.

One two three four! Gabba gabba hey! Gabba gabba hey!

Ouf, je revis...

Certes, l'album à ses bons moments, je suppose, personnellement il m'ennuie au plus haut point, mais il faut reconnaître que le groupe a su retrouver un son plus humain, plus organique (merci wikipedia), m'enfin, tout ça pour ça?

Mark Hart (ex-Crowded House) obtient une place de choix, co-chanteur et co-compositeur de quelques titres.

Vous avez vu la passion, le feu dans cette phrase?

Moi même je m'ennuie à mourir en pondant ces lignes.

Cet album, qui fut un flop légendaire aux Etats-Unis, mais un succès en Europe et au Canada, sera le dernier album studio à se classer dans son pays d'origine.

Rassurez-vous, le départ de Tom Walsh pour Jesse Siebenberg (le fils de...) ne fit aucun bruit, mais alors vraiment aucun.

Vous pouvez me croire sur parole.

© Pascal Schlaefli

Urba City

22 septembre 2014

Partager :     J'aime

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Numfar 50 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog