Magazine Beaux Arts

Salle 5 - vitrine 6, côté seine : 19. des dattes dans l'alimentation des vivants ...

Publié le 23 septembre 2014 par Rl1948

Ton amour est uni (...

Comme l'étoffe fine au corps des dieux,

Comme l'encens à la narine, (...)

Il est comme la mandragore dans la main de l'homme,

Comme la datte qu'on mêle à la bière.

(...)

Les poèmes du vase de deir el-Médinah

(Premier ensemble)

dans Pascal VERNUS

Chants d'amour de l'Égypte antique

Paris, Imprimerie nationale Éditions,

1993

pp. 87-8.

     Je sais !

   C'est assurément grossièreté de ma part que d'ainsi avoir l'outrecuidance de prendre la parole à la place d'ÉgyptoMusée ! Que d'avoir la prétention d'interrompre son cycle d'interventions !

     Mais il faudrait quand même qu'il se rende compte, ce Richard Lejeune dont l'on me traduit les propos depuis un certain temps, que sans les palmiers qui nous accueillent et auxquels il songeait à derechef dédier de nouveaux articles, certes, nous ne serions rien, nous leurs fruits, mais qu'il pourrait quand même ne pas tant tergiverser, ne pas tant tarder à nous présenter.

     N'êtes-vous pas d'accord avec moi, Etienne ? 

    

         C'est dans cette amertume du ressentiment d'être oubliée, qu'aujourd'hui, d'autorité, j'ai décidé de lui voler et la parole et une certaine aura que semblent lui accorder quelques dames dont il serait devenu le "chéri".

   N'êtes-vous pas d'accord avec moi, Fan ?

     La poésie, à toutes les époques, sur tous les continents, trouva dans la Nature ses sources d'inspiration les plus belles. La Mésopotamie et l'Égypte, les premières, y puisèrent des images que les anthologies générales ignorent le plus souvent, mais que les spécialisées mettent heureusement à l'honneur.

     Le concepteur de ce blog lui a judicieusement dédié une de ses rubriques, "Littérature égyptienne", qu'il vous suffira de redécouvrir en cliquant sur cette dénomination, ici, dans la colonne de droite, dans laquelle il proposa, voici quelques années déjà, de superbes poèmes d'amour égyptiens. 

     Ce matin, c'est par un très court extrait de l'un d'eux que j'ai souhaité attirer votre attention. Dépourvu de titre "officiel", - il fut rédigé par un anonyme sur la panse d'un vase retrouvé très mutilé à Deir el-Medineh -, il se présente sous la forme d'un dialogue entre deux jeunes gens amoureux et se veut en quelque sorte une définition de ce que pour eux représente l'Amour, en choisissant des exemples de comparaison tels que l'on comprenne qu'il confine à ce qu'il y avait en ces temps-là de plus délicat à leurs yeux : la fine étoffe, l'encens, les dattes pour agrémenter la bière ...

     (Je précise immédiatement que j'interviens aujourd'hui sur ce blog en mon nom personnel mais aussi au nom de toutes mes soeurs.)

     Notre géniteur, qu'il nomme volontiers Phoenix Dactylifera, - ne serait-il pas un peu prétentieux, voire un peu snob ce Richard Lejeune avec cette propension qu'il a de servir quelques termes latins dans nombre de ses entretiens avec vous ? -, le palmier-dattier donc, est, comme il vous l'a expliqué la semaine dernière, une espèce emblématique, pérenne, d'une importance économique sans égale, abondamment présent dans le biotope de l'Égypte antique.

     Aussi, point n'est anodin que des vestiges de beaucoup d'entre nous aient été exhumés en contexte archéologique et que, tout logiquement, certains figurent en bonne place dans vos musées, comme ici en salle 5 du Département des Antiquités égyptiennes du Louvre, notamment sur l'étagère de la vitrine 6, côté Seine.

Étagère - Partie gauche
   

     Nul parmi vous n'aura, je présume, l'intention de me contredire si, tout de go, - ne voilà-t-il pas que je m'exprime comme Richard Lejeune, maintenant ?! -, et sans prendre la peine de faire étalage de chiffres statistiques que, probablement, lui seul a retenus de tous ces ouvrages qu'il consulte -, j'avance qu'en tant que dattes, d'un point de vue nutritionnel, nous représentions - et pour beaucoup, nous représentons toujours -, un apport non négligeable, en glucides, par exemple, au sein de l'alimentation des Égyptiens.

      Cet aspect éminemment nourricier qui nous caractérise est matérialisé par la présence, dans le socle vitré 9, là-bas, près de l'entrée donnant sur la salle suivante, d'une coupe transparente portant le numéro 15,      

Coupe 15 - Dattes et noyaux de dattes (N 1418)

dans laquelle, en plus d'un noyau, ont été déposées douze consoeurs, (N 1418), mesurant entre 1,9 et 3,8 cm de long.

     Drupes oblongues, moelleuses,

09. Fruits Palmier-dattier

- tellement appréciées que notre nom antique, bnr, (prononcez : béner) devint synonyme de "doux" dans la langue des riverains du Nil -, chaque année, par grappes de quelques kilos, nous croissions, maternellement protégées par les palmes,

10. Fruits Palmier-dattier

et devenions mûres à la fin du mois de juillet. 

     Consommées soit fraîches, soit  séchées, soit encore réduites en pâte, nous étions choisies aussi bien pour entrer dans la composition de pains que dans celle d'une bière puisque, grâce à notre pulpe - ainsi qu'ÉgyptoMusée l'avait déjà précédemment expliqué -, nous la sucrions, nous la rendions plus douce, comme peut être doux l'amour métaphorisé dans le court extrait du poème apparaissant sur un vase de Deir el-Medineh que je vous ai lu ce matin.

  

     Si l'on nous laissait fermenter, nous donnions même une eau de vie !

     N'oubliez toutefois pas qu'il exista également un vin de dattes qui pouvait se consommer "normalement", mais, et j'aime à insister sur ce point, qui participait aussi à des prescriptions curatives que les papyri médicaux détaillent à l'envi.

     J'ajouterai, si vous me le permettez, que fraîches, séchées ou écrasées en poudre, nous apportions l'une ou l'autre médication aux Égyptiens malades ou blessés ; ce qui, convenez-en, n'était déjà pas négligeable !

     Ainsi, en décembre 2013souvenez-vous, le concepteur de ce blog vous avait appris, grâce au Papyrus Ebers, que, requises pour éliminer les sécrétions provoquant la toux,nous étions partie prenante d'une "recette" de galettes au miel :

Poudre de dattes.

     (Cela)sera mis dans de l'eau et préparé sous une forme de pâte liquide qui sera battue. Tu auras placé deux poêles sur le feu pour qu'elles chauffent et cette pâte liquide y sera placée et mise sous forme de galette. Une fois qu'elle sera cuite à point, tu devras la préparer sous la forme d'une pâte solide avec du miel et de la graisse de taureau.

     Précédemmentil avait également indiqué que des abcès internes, notamment dans l'utérus, étaient susceptibles d'être soignés grâce à du lait d'ânesse dans lequel, fraîches, nous étions pilées avec des feuilles d'acacia : Ce sera laissé la nuit exposé à la rosée et versé dans son vagin, précisait le texte du même Papyrus Ebers, au  § 819. 

     

     Et ici même, en janvier 2009, il vous avait présenté, salle 4, vitrine 6, un papyrus administratif de la XVIIIème dynastie, (E 3226), appartenant au scribe Maï,

I.-3.jpg

qui comptabilisait notamment des transactions de dattes et de céréales opérées pendant une période de six ou sept ans durant  le règne de Thoutmosis III (milieu du XVème siècle avant notre ère), par deux équipes d’employés de l’Administration du Grenier central qui, dans différentes villes du pays, collectaient des céréales dans les institutions d’Etat ainsi que dans les domaines de temples ou de particuliers : estimées en "sac", unité de mesure équivalant à environ 76 litres, nous étions en fait considérées en tant que monnaie d’échange pour l'acquisition d'autres parmi nous qui constituaient alors un complément en nature accroissant d'autant les salaires versés au personnel administratif :

"Rappel des dattes données aux brasseurs : 40 sacs.
An 28, le 4 ème jour du premier mois de la saison de l’inondation : reçu dattes de Pamouha : 285 sacs 3/4.
An 28, le 10 ème jour du quatrième mois de l’inondation, après le compte : 28 sacs ...

Le 14 ème jour du deuxième mois des semailles : dattes 50 sacs 1/4."

     Je vous fais grâce de la suite de l'énumération nous concernant ...

     Richard Lejeune ne le sait peut-être pas, mais de mon temps, j'ai ouï dire que le géographe Strabon, un des trois très grands auteurs grecs antiques qui sont venus chez nous, en Égypte, - Hérodote et Diodore de Sicile, étant évidemment les deux autres ! -, avait osé une assertion fort surprenante - il l'a même écrite au Livre XVII de sa Géographie :

     Dans toute l'Égypte, les palmiers sont d'une espèce médiocre et, dans la région du Delta et d'Alexandrie, ils donnent des fruits qui ne sont pas mangeables. Mais le palmier qui pousse dans la Thébaïde est meilleur que tous les autres. (...) La datte thébaïque est plus dure mais plus agréable au goût.

     Ah bon  ?!

     Pas bien disposé vis-à-vis de certaines de mes consoeurs, ce Strabon !

     Ce qu'il n'indique pas, c'est que s'il nous arriva de décevoir les humains, le bétail en revanche avec nous se régala, ce qui à mon sens n'était pas moins honorable ! Nourrir les animaux souvent divinisés par les Égyptiens : il y a de quoi être fières, non ?

     Et précisément, j'aurais aimé poursuivre notre rencontre en vous entretenant, mardi prochain, de la symbolique qui fut nôtre au sein des croyances phyto-religieuses, en vous parlant des défunts et des dieux qui, eux aussi, grandement nous appréciaient.

     Mais point trop n'en faut. Déjà heureuse que vous m'ayez écoutée ce matin, je vais subrepticement m'éloigner sur la pointe du noyau pour permettre à votre "Ouvreur de chemins" préféré de reprendre la parole, certaine que je suis qu'il vous en apprendra bien plus sur le monde de l'Au-delà que ma modeste position de fruit du palmier-dattier nourrissant les vivants n'eût pu le faire.

     Il fallait quand même que je termine par un plus-que-parfait du subjonctif, non seulement pour m'attirer ses bonnes grâces mais aussi, et surtout, pour que vous, ses "amis visiteurs" comme il aime à vous nommer, après m'avoir fait confiance aujourd'hui, vous ne vous sentiez pas trop dépaysés ...

     Je pense n'avoir pas été trop "chi ...."  N'êtes-vous pas d'accord avec moi, Dugt ?     

     A mardi 30 septembre ... 

      Je ne puis définitivement vous quitter sans évoquer une spécialité belge, liégeoise en fait, provenant de la commune d'Aubel, sur le plateau de Herve pour être plus précis encore, à quelques kilomètres à peine du village où vit Richard : le "vrai sirop de Liège", à notamment déguster en couche bien épaisse sur une tartine ou en accompagnement d'un plateau de fromages, dont l'incontournable Herve ...

     Avec deux fruits récoltés dans la région même, des pommes et des poires, - mais pas de "scoubidous bidous", comme le prétendit Sacha Distel -, nous entrons, nous les dattes,dans la composition de cet excellent sirop.

     Pour les amateurs parmi vous, quelques explications sur le site de la siroperie Meurens.  

BIBLIOGRAPHIE 

BARDINET  Thierry

Les papyrus médicaux de l'Egypte pharaonique, Paris, Fayard, 1995, pp. 298 ; 332-3.

BEAUVERIE Marie-Antoinette

Description illustrée des végétaux antiques du Musée égyptien du Louvre, B.I.F.A.O. 35, Le Caire, I.F.A.O., 1935, pp. 123-4.

CAUVILLE Sylvie

Une offrande spécifique d'Osiris : le récipient de dattes, dans RdE 33, Louvain, Peeters, 1981, 47-64.

PETERS-DESTÉRACT  Madeleine

Pain, bière et toutes bonnes choses ... L'alimentation dans l'Égypte ancienne, Monaco, Éditions du Rocher, 2005, p. 43.

STRABON

Le voyage en Égypte. Un regard romain, préface de Jean YOYOTTE, traduction de Pascal CHARVET, commentaires de J. YOYOTTE et P. CHARVET, Paris, Nil éditions, 1997, § 51, p. 185.

WALLERT Ingrid

Die Palmen im Alten Ägypten. Eine Untersuchung ihrer praktischen, symbolischen und religiösen Bedeutung, Berlin, Verlag Bruno Hessling, 1962, pp. 22 sqq. 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Les revenants, de Laura Kasischke

    revenants, Laura Kasischke

    Cela fait quelques années que je suis de loin cette auteure, depuis que je l’avais découverte avec Esprit d’hiver dont la blogo avait beaucoup parlé. Depuis j’a... Lire la suite

    Le 14 août 2018 par   Ellettres
    CULTURE, LIVRES
  • Omelette de la mère Poulard

    Omelette mère Poulard

    , un délicieux plat de la spécialité culinaire normande. une recette simple et facile et pour toute la famille, testez-la. INGRÉDIENTS pour 6 personnes 8 œufs 6... Lire la suite

    Le 14 août 2018 par   Nicole Michelin
    CUISINE, RECETTES
  • Connaissez-vous les touches cachées de votre iPhone ?

    Connaissez-vous touches cachées votre iPhone

    Le clavier iOS possède des lettres et des symboles cachés  ! En appuyant longuement sur certaines touches du clavier de votre iPhone ou iPad, il est possible... Lire la suite

    Le 14 août 2018 par   Monblgoapple
    HIGH TECH, MOBILES
  • #lapetiteoprebelleeditions semaine 3

    #lapetiteoprebelleeditions semaine

    Jusqu’au 2 septembre, les éditions Rebelles diminuent les prix de plus de 20 livres dans les versions numériques chaque semaine. Avouez que ce serait bête de... Lire la suite

    Le 14 août 2018 par   Brigittealouqua
  • Chakchouka au cookeo

    Chakchouka cookeo

    , Un délicieux plat de la cuisine du Maghreb. testez ce délicieux plat avec le cookeo et cette recette. INGRÉDIENTS 800 g de tomates entières en conserve ou en... Lire la suite

    Le 14 août 2018 par   Nicole Michelin
    CUISINE, RECETTES
  • Clafoutis Poires Cacao

    Clafoutis Poires Cacao

    Bonjour, J'ai réalisé ce clafoutis en mai dernier. C'est un dessert léger qui vient de chez Aude cuisine . Source : Delphine Ingrédients pour un moule Tablette ... Lire la suite

    Le 14 août 2018 par   Chrystel56
    CUISINE, RECETTES
  • Les meilleures sneakers vintage pour homme sorties en 2018

    5 marques de sneakers vintage homme à acheter en 2018. Collections après collections, sans forcément parler de réeditions, les sneakers vintage homme sont depui... Lire la suite

    Le 14 août 2018 par   Valavezzi
    BONS PLANS, CONSO

A propos de l’auteur


Rl1948 2931 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte