Magazine Culture

Trois filles et un film : Her

Par Emidreamsup @Emidreamsup

affich_26279_1Dans un futur proche, un homme, dont la vie est régie par les nouvelles technologies et les réseaux sociaux, va tomber amoureux d’un programme informatique.

Sugar Kane : Si Arwen, toi aussi tu as reçu une lettre manuscrite de Mary en guise d’invitation pour ce rendez-vous ? Elle a cru qu’on vivait encore dans les années 60 ?

Arwen : Je sais pas, mais j’ai effectivement eu le droit à une lettre aussi. Elle a peut-être perdu son téléphone…

Sugar Kane : Son ordi aussi ? Plutôt la raison, si tu veux mon avis. Enfin, c’est bizarre cette histoire. Et en plus, elle est à la bourre….

Mary Lane : Hey, salut les filles. Désolée pour le retard, je vous aurais bien prévenu, mais j’avais pas de pigeon voyageur sous la main…

Arwen : Toi, tu as encore passé ton week-end à regarder Downton Abbey et à lire Jane Austen. Le chômage te joue des tours. Tu es consciente que tu vis toujours au 21ème siècle ?

Mary Lane : Oui et c’est le drame de ma vie.

Sugar Kane : Bon, c’est quoi ton délire ? Il est où ton portable ? J’ai essayé de t’appeler 10 fois au moins cette semaine.

Mary Lane : Je m’en suis débarrassée. Téléphone, tablette, ordinateur, j’ai tout mis à la cave.

Arwen : Excusez-moi mais qu’avez-vous fait de mon amie la geekette toujours en phase avec les dernières technologies ?

Mary Lane : Elle a vu Her et a décidé de retrouver une vie sociale loin du 2.0.

Arwen : Le vocabulaire et l’attitude sont bien les siens mais je suis toujours pas convaincu.

Sugar Kane : Attends, tu veux dire que ton délire épistolaire est dû au visionnage du dernier film de Spike Jonze ?

Mary Lane : On peut dire ça…

Sugar Kane : Ouais, en fait je sais même pas pourquoi ce genre de réaction m’étonne encore.

Arwen : Au risque de passer pour une retardée, c’est quoi exactement ce film ?

Sugar Kane : C’est l’histoire d’un nerd qui tombe amoureux d’un programme informatique.

Arwen : Ah ouais, le premier porno geek en fait ?!

Mary Lane : Mais non. Her c’est plus que ça. Et puis, c’est pas un simple programme informatique, c’est un O.S….

Silence

Mary Lane : Un système d’exploitation…

Silence

Mary Lane : Un logiciel comme Windows ! Non mais sérieux, vous vous êtes jamais demandées comment fonctionnait votre ordinateur ?

Sugar Kane : Oh, tu sais, moi tant qu’il s’allume quand j’appuie sur « on », je me pose pas de questions.

Mary Lane : Oui, bon, bref. Dans Her, l’O.S. est hyper intelligente. Elle se développe tellement que la seule chose la séparant d’un être humain est le fait de ne pas posséder de corps…. quoi qu’elle arrive presque à le faire d’une certaine manière à un moment.

Arwen : Quoi, il se tape un ordi ?

Mary Lane : Mais non… pas littéralement du moins. C’est plutôt comme si tu faisais l’amour par téléphone avec ton mec.

Sugar Kane : Oui et le fait que ce programme ait la voix de Scarlett Johansson doit aider.

Mary Lane : Quoi qu’il en soit, cette scène est tout de même ultra sensuelle. On y croit vraiment à cette histoire d’amour au final.

Arwen : Rassure-moi. Ton soudain désir de te débarrasser de ton ordi et téléphone, il n’est pas dû au fait que ce genre de programme n’existe pas ?

Sugar Kane : Après la grève de la faim, la grève de la connectivité…

Mary Lane : Non, mais ça va pas. Je suis célibataire, mais pas désespérée ou socialement inadapté au point de rêver d’avoir une relation avec un programme informatique.

Arwen : Je croyais que c’était un O.S.

Mary Lane : Oui, bon c’est du pareil au même.

Arwen : Ah bah faut savoir, je croyais que non justement…

Sugar Kane : Ouais bon c’est pas le problème. Perso, j’attends toujours ton explication.

Mary Lane : Oui. Donc Her, outre son histoire d’amour, traite avant tout des relations entre les hommes à une époque où il est plus simple, et apparemment plus évident, de communiquer via un écran ou à l’aide de logiciels. La preuve, c’est que le personnage de Joaquin Phoenix travaille dans une boîte qui écrit des lettres pour les autres, car exprimer ses propres sentiments semble être mission impossible pour le simple quidam. Bref, ça m’a donné à réfléchir. Et je me suis rappelée qu’avant internet, Facebook, Twitter ou encore WhatsApp, j’avais de véritable rapports avec les gens. Je ne likais pas un statut juste pour m’éviter une conversation, j’avais cette conversation. Je ne dis pas que je rejette définitivement ces nouveaux moyens de communication et de créer du lien social. Je fais juste un break pour me rappeler que c’est encore possible de communiquer « normalement » avec les autres. Et puis en voyant la gueule du jeune facteur à qui j’ai déposé vos lettres, je me suis dit qu’il était triste de voir que c’était moi qui passais pour une extraterrestre uniquement parce que j’avais pris le temps d’écrire sur une feuille.

Sugar Kane : Dans tous les cas, Spike Jonze a le don pour te retourner le cerveau avec ses films…

Mary Lane : Euh, tu sais, il n’en a pas réalisé tant que cela. En dehors de Max et les Maximonstres, les autres ne m’ont pas spécialement touché.

Arwen : Peut-être, mais au final, c’est plutôt un break avec le cinéma que tu devrais envisager…

Mary Lane : Attends, tu vas pas me reprocher de regarder des films intelligents quand même ?

Arwen : Non, seulement de te couper du monde sans prévenir…

Sugar Kane : Moi, dans tous les cas, je te donne 15 jours max avant de craquer et de passer à nouveau du côté obscur de la force 2.0.

Mary Lane : Merci pour le vote de confiance…

Arwen : 15 jours ? Tu es optimiste. Je lui laisse jusqu’à lundi matin.

Mary Lane : Ah oui et pourquoi ?

Arwen : Avec la reprise de Once Upon a Time ce dimanche 28 aux USA, je t’imagine difficilement rester loin de ton écran d’ordinateur…

Mary Lane : Sérieux ! Putain, j’avais zappé ça. J’y crois pas. Captain Swan are back baby !

Arwen : Et voilà, elle est redevenue aussi normale que possible…


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Emidreamsup 951 partages Voir son profil
Voir son blog