Magazine Culture

Billet de Maestitia, par Myriam Ould-Hamouda…

Publié le 23 septembre 2014 par Chatquilouche @chatquilouche

 chat qui louche maykan maykan2 alain gagnonTu voudrais être partout. Partout, sauf ici. Ici où il y a beaucoup trop de bruit. Ce brouhaha indigeste te pénètre déjà par tous les pores. Des cris. Des insultes. Des menaces. Des hurlements sourds. Et surtout. Surtout. Des silences trop lourds. Et trop criards, aussi.

Petit déjà, tu ne supportais pas les conflits. Aujourd’hui, un peu moins petit, la même scène se déroule inlassablement sous tes yeux. Sans que tu ne puisses jamais en modifier le moindre fragment. À ceci près que ce ne sont plus tes parents qui hurlent, s’empoignent, se cognent dans le grand couloir. Non. C’est vous. Toi et ta femme. Dans l’étroit cagibi. Te voilà planqué sous l’étagère peuplée de boîtes de conserve en tous genres, alors qu’à la porte, de son regard révolver s’échappe une détonation sourde. Pan. Pan ?!

Et tu la distingues, de ton bunker, gesticuler en tous sens. Taper partout. Contre la porte. Contre le mur. Contre le vent. Et tu perçois, au loin, l’écho de bribes de tentatives de communication belliqueuse. Partir. Fatigue. Douleur. Connard, aussi. Qui s’époumone. Se tait. Puis reprend, de plus belle, son chant piquant. Ne réponds pas, surtout !

Non. Tu ne répondras pas. Peut-être même n’es-tu déjà plus là. Si tu as un jour été là, d’ailleurs. Spectateur de ces scènes obscènes. S’ils savaient. Ceux-là qui se succèdent sur ces mêmes planches. Ceux-là qui se succèdent dans le temps. Comme tu aimerais déjà leur jeter les tomates qui pourrissent dans tes poches depuis trop longtemps. Comme tu aimerais les huer, du haut de ton siège en papier mâché. Comme tu aimerais n’avoir jamais été là. Comme tu n’as jamais été là, en réalité. Réalité et rêves se confondent soudain.

Et déjà, tu n’es plus là. Non. Absorbé par un ciel trop lourd et quelques conserves oubliées, tu t’engendres

chat qui louche maykan maykan2 alain gagnon
nuage, haricot, pluie, maïs, soleil, champignon, tonnerre, épinard, giboulée, petit pois, et cætera. Et déjà, la réalité s’enfuit. Oui. Et sur ceux. Sur celle. Qui crient. Qui crient. Qui s’époumonent dans le grand couloir, l’étroit cagibi. Le ciel grogne. Et l’étagère s’affole. Une ondée. Un ouragan. Un tremblement de terre. Et le monde, pour tous, s’arrêtera un instant quand ils te distingueront, impuissants, sourdre de ce ciel trop lourd, de toutes ces boîtes de conserve entassées sur l’étagère du cagibi.

 Notice biographique

Chat Qui Louche maykan maykan2 alain gagnon
Myriam Ould-Hamouda (alias Maestitia) voit le jour à Belfort (Franche-Comté) en 1987. Elle travaille au sein d’une association pour personnes retraitées où elle anime, entre autres, des ateliers d’écriture.  C’est en focalisant son énergie sur le théâtre et le dessin qu’elle a acquis et développé son sens du mouvement, teinté de sonorités, et sa douceur en bataille — autant de fils conducteurs vers sa passion primordiale : l’écriture. Elle écrit comme elle vit, et vit comme elle parle.  Récemment, elle a créé un blogue Un peu d’on mais sans œufs, où elle dévoile sa vision du monde à travers ses mots – oscillant entre prose et poésie – et quelques croquis,  au ton humoristique, dans lesquels elle met en scène des tranches de vie : http://blogmaestitia.xawaxx.org/

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan2.wordpress.com/)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Chatquilouche 15511 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines