Magazine Culture

Les jardins de Drulon

Publié le 23 septembre 2014 par Montagnessavoie
Des jardins, encore des jardins. Lassant ? Cela pourrait l'être. Mais ceux de Drulon sont différents. Bien sûr, chaque jardin a son caractère et, me direz-vous, tous les jardins sont différents. Oui, d'accord. Mais là, la barre est très haute. C'est du très très haut niveau.  Les bâtiments sont beaux. Premièrement. On entre dans la cour et, déjà, on se rend compte que quelque chose n'est pas du tout comme ailleurs. Il y a, dans les premières pièces de l'ancien château, des choses incongrues, des sculptures insolites. Un petit air de folie.  Dans la roseraie, c'est du même acabit. Au-milieu des dahlias rouge sang, on découvre des statues, des objets qui, d'ordinaire, n'ont rien à faire dans un jardin.  Les jardins de Drulon
En passant dans les jardins circulaires, des êtres incroyables sont assis, debout, méditant, regardant le visiteur ou l'ignorant cordialement. Et, plus on s'enfonce dans les fougères, dans la forêt, plus les oeuvres sont folles, poétiques, suspendues, surréalistes, déroutantes.  Les jardins de Drulon
Les jardins de Drulon
Les jardins de Drulon C'est avec des yeux d'enfants que nous fouillons les feuillages du regard et cherchons les trésors cachés. C'est avec un regard émerveillé que nous nous fondons dans le décor, que nous frôlons une sculpture et que nous nous laissons arroser par le jet d'eau arc-en-ciel. Le manège des chevaux est à l'arrêt mais nos cerveaux sont en pleine ébullition. Et ça, qu'est-ce que c'est ? Et là, à ton avis, qu'a donc voulu représenter l'artiste ? La plupart du temps, on demeure en désaccord. Aucune hypothèse n'est la bonne et elles sont toutes valables. On plane en apesanteur dans un autre univers.  Les jardins de Drulon Le cadre naturel est immense et sans limites. Les expositions éphémères dénotent et s'intègrent dans le paysage, à la fois dérangeantes et installées comme une évidence. Et puis, en revenant vers le château, un instant magique : les cocons. On descend quelques marches parce que, comme on dit, on a vu de la lumière et on a voulu entrer. On s'arrête au seuil parce que l'eau rase les premières marches de cette salle en sous-sol, on se penche et on laisse l'art nous submerger de sensations et d'émotions.  Les jardins de Drulon Plus loin, c'est le verger et une autre roseraie, cette fois quasiment entièrement consacrée à ces nobles fleurs. Il y en a de toutes les couleurs et de toutes les senteurs. D'espèces de démons mi-diables, mi-Bacchus, se marrent doucement en nous observant humer les roses. On dirait que les bougres vont se lever et nous courir après.  Les jardins de Drulon A la sortie, on bénit les propriétaires hollandais d'avoir su allier à la perfection l'art et la nature, d'avoir fait naître cet incroyable jardin et d'entretenir cet esprit farfelu et brillant. Toute l'intelligence des passionnés.  http://www.drulon.com/DRULON_INTRO/INTRO.html

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Montagnessavoie 1226 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog