Magazine Concerts & Festivals

Tuxedomoon & Georgio Valentino @Het Depot, Leuven - le 21 Septembre 2014 BIS

Publié le 21 septembre 2014 par Concerts-Review

Le billet de JPROCK :
10622733_639480586168543_5536683116335837631_n.jpg
Au mois d’août dernier sur la scène du Mont-des-Arts, Tuxedomoon avait fait office d’ovni musical avec un set déroutant en ouverture du concert épique de Front 242 dans le cadre du Brussels Summer Festival.
Une prestation étonnante et avant-gardiste qui m’avait donné l’envie de revoir le groupe en live un mois plus tard au Depot à Louvain.
C'est donc vers la salle de la Martelarenplein que je me dirige ce 21 septembre bravant les inconvénients de mobilité causés par le dimanche bruxellois sans voitures.
481299_639480429501892_2862126509783323287_n.jpg
Mais avant de savourer le plat de résistance, la soirée débute avec Georgio « The Dove « Valentino.

10710760_639480436168558_6471633494214255444_n.jpg

Ce musicien né en Floride a résidé à Detroit avant de migrer à Bruxelles . Musicalement déroutant le trio propose des titres où les ambiances glaciales succèdent aux convulsions rock apocalyptiques.
Rythmes déroulés, guitares répétitives, ambiance cabaret gothique, ce dandy inspiré de Bowie et de Nick Cave surprend puis fascine l’auditeur avec une musique profonde et envoûtante.
Indiscutablement un artiste à suivre et à découvrir.

10685413 639480486168553 5310693364005236576 n

Une vingtaine de minutes de pause et c’est au tour de Tuxedomoon de monter sur les planches.
Et les cinq membres du band vont à nouveau me fasciner avec un set magnifique .
10647058_639480652835203_2725035239015401429_n.jpg

Blaine L. Reininger, Steven Brow, Peter Principle , Luc Van Lieshout et Bruce Geduldig proposent une musique profondément originale et intègre, un voyage expérimental qui s’adresse tant au coeur qu’à l’esprit.
Le sax côtoie le violon et la guitare électrique s’oppose aux claviers, le tout avec une inventivité remarquable. En 2014,Tuxedomoon reste un groupe d’avant-garde dans sa manière d’aborder son oeuvre et d’allier la musique et l’image avec bonheur.
Les lignes de basse de Peter Principle servent de charpente à des lamentos de violon et aux unissons de la trompette et du saxophone, et c’est à une symphonique crissante et soyeuse à la fois que nous assistons pendant quatre vingt minutes passionnantes.
En rappel le groupe nous offre l’interprétation de leur tout premier titre composé ensemble.
1962755_639480519501883_8988937697126549966_n.jpg

Bref, un bien beau concert, une musique précieuse et inventive en forme de joyau rare à ne pas mettre entre toutes les oreilles.
Texte et photos : Jean-Pierre Vanderlinden aka JPROCK

10365889_639480432835225_6571524581349887813_n.jpg

Setlist:
Dorian
Ethiopian Horns
Arab Willie Danse
Nervous Guy
A Home Away
Time to Lose
Muchos Colores
Everything You Want
Cagli Five-0
You
Annuncialto
Still Small Voice
In the Name of Talent (Italian Western Two)
KM/ Seeding the Clouds
Encore:
Joeboy the Electronic Ghost
Litebulb Overkill


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Concerts-Review 34401 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte