Magazine Design et Architecture

CRACOVIE (Pologne)

Publié le 27 septembre 2014 par Aelezig

Cracovie (en polonais : Kraków), chef-lieu de la voïvodie (régions) de Petite-Pologne ; elle est située à 300 km au sud de Varsovie, sur la Vistule.Datant du VIIe siècle, c'est une des villes les plus anciennes et les plus importantes de Pologne, dont le patrimoine architectural est très bien conservé.

z07

Avec ses 760.000 habitants, elle est la deuxième plus grande ville de Pologne. Cracovie était, avant Varsovie, la capitale et elle est souvent considérée comme le véritable centre du pays avec ses traditions et son passé vieux de plus de 1000 ans. En 1978, le quartier historique a été inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO

Histoire 

D'après le témoignage le plus ancien, de l'évêque de Cracovie, Vincent Kadlubek, qui vécut de la fin du XIIe siècle au début du XIIIe, un souverain imaginaire, Krakus, fonda la cité de Cracovie sur la colline du Wawel au-dessus de l'antre du dragon (le Dragon du Wawel du nom de la falaise qui domine à cet endroit la Vistule) qu'il venait de tuer. Ce roi légendaire, Krakus, donna son nom à la ville de Cracovie.

Les premiers écrits historiques font état des Slaves s'installant sur les bords de la Vistule au VIIIe siècle. L'histoire de Cracovie commence en tant que capitale du peuple des Vislanes. Il est possible qu'elle ait été vassale, alliée ou même partie de la Grande-Moravie, alors vecteur du christianisme dans la région. La légende du dragon, qui rappelle celle de Saint Georges, pourrait être un souvenir de l'abandon du paganisme.

z08 cath du wavel

Cathédrale du Wavel

Quand la Grande-Moravie est détruite par les Hongrois, Cracovie est administrée par les rois de Bohême. À la fin du Xe siècle, Cracovie est un important centre commercial. Les premiers monuments en pierre sont édifiés à cette époque : un château, des églises romanes, la cathédrale du Wawel, ainsi que l'église Saints-Félix-et-Adaukt, sur la colline du Wawel.

Boleslas le Vaillant, premier roi de Pologne, est couronné à Cracovie en 1025. En 1038, Cracovie devient la capitale. À partir de 1072, Saint Stanislas, saint patron de la Pologne, est évêque de la ville. Deux cents ans plus tard, la cité est presque totalement détruite par les raids des Tatars. En 1257, elle est reconstruite. Elle devient membre de la Ligue hanséatique.

Les rois de Pologne résident à Cracovie de 1305 à 1595.

En 1308, la rébellion des citoyens germanophones est écrasée par le duc Ladislas, le futur roi de Pologne.

z09 ancien hot de ville

Ancien hôtel de ville et basilique Sainte Marie

Le 12 mai 1364, le roi Casimir III de Pologne (Casimir le Grand) fonde l’Académie de Cracovie (actuelle Université Jagellonne ; la plus ancienne université d'Europe centrale après celle de Prague).

Cracovie connaît une période florissante sous le règne de la dynastie lituanienne Jagellon (1386-1572) qui entretient de bonnes relations avec les Habsbourg. Capitale d'un État puissant, elle devient un centre bouillonnant des arts et sciences, admirée par les étrangers et encensée par les poètes. De cette époque datent de nombreux monuments et œuvres artistiques de la Renaissance.

En 1596, le roi Sigismond III Vasa transfère la résidence royale à Varsovie qui a été annexée par la Pologne (elle faisait partie auparavant du duché de Mazovie). Cracovie voit son influence diminuer et perd de son importance d'autant plus qu'elle est affaiblie par les pillages lors des invasions suédoises et par la peste qui fait 20.000 victimes.

La Pologne doit faire face aux envies de puissance de ses pays voisins, la Prusse et la Russie. Tadeusz Kościuszko lance un dernier mouvement d'insurrection à partir de Cracovie pour tenter de maintenir l'indépendance de la Pologne mais cela se termine par un échec et en 1795, le pays est partagé entre la Prusse, la Russie et l'empire autrichien qui hérite de Cracovie (incorporée à la province de Galicie).

z10 grand place

Grand Place

L'année 1809 apporte la libération à Cracovie qui est intégrée au duché de Varsovie. Entre 1815 et 1846, elle devient une « ville libre » à la souveraineté limitée. En 1846, elle repasse sous le contrôle direct de l'empire autrichien. Après la guerre austro-prussienne de 1866, l'Autriche accorde l'autonomie à la province galicienne en échange de la loyauté polonaise. Cracovie est de nouveau un symbole national. Les Autrichiens étant moins durs que les Russes ou les Prussiens, Cracovie peut s'épanouir et redevenir le centre culturel et artistique de la Pologne. De célèbres peintres, écrivains et poètes y viennent travailler. 

À Cracovie et Varsovie, des mouvements de libération nationale sont actifs malgré l'occupation et les mesures coercitives et décourageantes prises par les puissances occupantes (usage du polonais banni dans de nombreuses régions…).

Lors de la Première Guerre mondiale, les troupes de Cracovie combattent au côté des Empires centraux avec l'Allemagne et l'Autriche afin d'obtenir une plus grande autonomie, à la suite d'une promesse faite conjointement le 5 novembre 1916. En 1917, les Allemands et les Austro-Hongrois installent un Conseil d’État provisoire. En 1918, Woodrow Wilson prend parti pour l'indépendance de la Pologne, et Cracovie et la Galicie font partie de la Pologne reconstituée.

z11 chat royal

Château royal

En septembre 1939, Cracovie tombe aux mains de la Wehrmacht à la suite de l'accord de partage de la Pologne entre Hitler et Staline. Bien que les occupants aient fait quelques dégâts, Cracovie a été globalement préservée des bombardements et de destructions massives mais elle a souffert de la perte de nombreux habitants : juifs et intellectuels ont été déportés. Ainsi, plus de 180 professeurs et scientifiques de l'Université Jagellonne de Cracovie, convoqués pour une conférence, y ont été arrêtés et déportés au camp de concentration de Sachsenhausen où une grande partie périrent.

La Cracovie juive

À l’instar de plusieurs grandes villes de Pologne, l’histoire de Cracovie est fortement marquée par la présence d’une importante communauté juive dont les premières traces remontent au XIIIe siècle. Bénéficiant d’une relative protection de la part des autorités locales, les juifs contribuèrent à la prospérité économique de la ville et à son enrichissement social au fil des générations. Ils participèrent également à la vie politique jusqu'aux plus hautes fonctions.

Avant la Seconde Guerre mondiale, on estime que près d’un quart des habitants de Cracovie étaient israélites.

Les juifs de Cracovie résidaient principalement dans le quartier de Kazimierz dans lequel se trouvaient en nombre synagogues, écoles et institutions israélites ainsi que commerces et lieux communautaires.

z12 uni jagellone

Université jagellone

La rue Szeroka, la synagogue Remuh et son cimetière du XVIe siècle, les synagogues Stara, Wysoka, Isaac et Kupa ou encore la Place Nouvelle constituent les derniers vestiges de ce qui fut, il y a quelques dizaines d’années encore, l’un des plus éminents lieux de la culture yiddish en Europe centrale.

90 % des juifs de Cracovie furent assassinés par les nazis entre 1939 et 1945, déportés dans les camps de concentration et d’extermination. 20.000 d’entre eux furent temporairement enfermés dans le ghetto du quartier de Podgórze.

Les rares survivants se heurtèrent par la suite à de nouvelles manifestations d'antisémitisme comme en témoigne le pogrom de Cracovie, le 11 août 1945. Ils furent également victimes de manipulations par le régime de Władysław Gomułka qui tenta de leur faire porter la responsabilité de ses échecs dans les années 1960 et organisa des procès politiques iniques. Il resterait aujourd'hui à Cracovie environ 200 juifs polonais, pour la plupart des personnes âgées.

z15 les halles

Les Halles

Totalement laissé à l’abandon durant les cinquante années ayant suivi la fin de la seconde Guerre mondiale, le quartier de Kazimierz connaît actuellement un fort renouveau touristique, principalement en raison du succès rencontré par le film de Steven Spielberg, La Liste de Schindler, réalisé sur place. L’œuvre du cinéaste met en lumière le rôle d’un industriel allemand qui sauva des centaines de vies en faisant travailler dans son usine des juifs promis à une mort certaine. Des visiteurs se rendent à présent sur les lieux du tournage et y découvrent des restaurants, cafés et librairies puisant dans le passé juif de la ville une thématique originale. Le festival de culture juive de Cracovie est le plus grand événement de ce genre au monde dans un milieu sans population juive locale.

Architecture

Cracovie n'a subi pratiquement aucune destruction depuis celle - majeure - des Tatars au Moyen Âge et l'industrialisation s'est faite essentiellement en dehors de la ville qui est donc riche d'exemples de toutes les époques, surtout de la Renaissance, mais aussi de style baroque et néogothique. L'intérieur des bâtiments a lui aussi été épargné des pillages et les palais, églises et anciennes résidences aristocratiques de Cracovie brillent par la richesse des détails architecturaux, les vitraux, peintures et sculptures, ornementations…

Depuis 2002, les « trous » dans la ville sont comblés par des constructions nouvelles s'intégrant dans le paysage architectural de la ville et les anciennes demeures sont rénovées en conservant au minimum les façades d'origine.

z14 aca sztuk pieknych

Académie Sztuk Pieknych

Parmi les centaines de monuments historiques, voici quelques-uns particulièrement intéressants :

  • le Château Royal et la basilique-cathédrale Saints-Stanislas-et-Venceslas
  • la vieille ville médiévale avec sa grande place (Rynek Główny, la plus grande place médiévale d'Europe, bordée de demeures colorées des XIVe et XVe siècles) au milieu de laquelle on trouve le Sukiennice (Halle aux draps remplie de petites boutiques de souvenirs) ; côté Est de la place trône la Basilique Sainte Marie et la statue d'Adam Mickiewicz ; depuis septembre 2010, sous la dalle de la place, on peut visiter un nouveau musée interactif qui plonge dans la Cracovie du Moyen Âge ;
  • des douzaines de vieilles églises et de musées ;
  • les bâtiments de l'Université Jagellonne datant du XIVe siècle ;
  • Kazimierz, le centre historique de la vie religieuse et sociale des Juifs de Cracovie.

D'après Wikipédia


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Aelezig 127315 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte