Magazine Beaux Arts

Pierre Ardouvin : le fil d’Ariane

Publié le 02 octobre 2014 par Pantalaskas @chapeau_noir

Maison videPersonnage de la mythologie grecque, Dédale est  décrit comme inventeur, sculpteur et architecte d'un talent d'exception, auréolé  pour avoir  conçu le labyrinthe destiné à piéger le Minotaure. Ce nom de Dédale signifie «artistement travaillé».
Pierre Ardouvin aurait-il décidé de poursuivre l'aventure de ce mythe en manifestant, d'une exposition à l'autre, cette stratégie de nous captiver dans un cheminement improbable, énigmatique qui réclame notre implication pour avancer ?
Déjà, l'an passé, au Centre régional d'art contemporain de Sète, l'artiste avec « Helpless »  nous attirait dans un jeu de piste mystérieux. Le parcours de l'exposition proposait ainsi de le suivre sur un itinéraire jalonné d'indices, de traces, d'élément à première vue sans liens immédiatement repérables. Dans ces conditions, le visiteur, à son corps défendant, devient l'instrument de cette enquête, se retrouve lui-même comme partenaire vivant de l'exposition.

"La maison vide"

A la collégiale Saint-Pierre le Puellier à Orléans, Pierre Renouvin récidive et avec l'exposition "La maison vide"  inscrit son propos avec un espace perturbé dans ses volumes comme par le circuit incertain auquel il nous convie. Déjà l'an passé à Sète avec"Helpless", le visiteur devait accepter d'entrée que tout ne lui serait pas révélé, que ce parcours singulier attendait de nous cette disponibilité qui consiste à se débarrasser de nos références pour  pénétrer dans un monde où le passé est peut-être inventé, où la mémoire est vraisemblablement à construire.

Maison vide 2
Si bien que c'est le statut du visiteur qui change et l'oblige à prendre à bras le corps cette enquête sans crime ni coupable.
Dans le labyrinthe du mythologique Dédale, c'est le fil qu'Ariane confie à Thésée qui lui permettra de tuer le Minotaure et retrouver son chemin. Sans devoir se soumettre à de tels exploits, le visiteur de la Maison vide n'en est pas moins demandeur d'un fil d'Ariane pour ne pas se perdre définitivement dans cette architecture certes ludique mais également perturbante.
Que peut donc être ce fil conducteur ? Il faut en trouver les éléments constitutifs, je crois, dans  l'ensemble des exposition de Pierre Ardouvin, avec notamment cette vie rêvée qu'il proposait dans "Helpless", avec les références culturelles, musicales qui fondent la démarche de l'artiste.
Le parcours créé dans " La maison vide" n'est pas destiné à nous enfermer définitivement. Son labyrinthe personnel, habité par les œuvres surgies au détour du périple, a davantage vocation à stimuler notre réflexion, notre imaginaire. L'espace déconstruit de cette scénographie offre une scène décalée dans laquelle nos repères peuvent être jetés par dessus bord.
« On déambule dedans, on est présent physiquement, on devient partie prenante du dispositif. »
explique l'artiste. Le visiteur venu découvrir les œuvres d'artistes contemporains doit se résoudre à ce constat : " l'exposition", terme déjà impropre, réclame sa contribution. Le dispositif, pour reprendre le mot de Pierre Ardouvin, ne doit sa réalité qu'à ce concours  indispensable. Le visiteur ne découvre pas des œuvres, il participe à cette errance dans un lieu auquel on a récusé le terme d'exposition et doit lui-même tisser ce fil d'Ariane pour s'en sortir.

La Maison Vide
Une proposition de Pierre Ardouvin
Avec les oeuvres de
Pierre Ardouvin, Mac Adams, Guillaume Bijl, Jean-Michel Othoniel, Emilie Pitoiset et Henrik Plenge Jakobsen.
Collégiale Saint Pierre le Puellier Orléans
Du 13 septembre au 26 octobre 2014


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pantalaskas 3071 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog