Magazine Culture

The Clash #2-Sandinista-1980

Publié le 02 octobre 2014 par Numfar
The Clash #2-Sandinista-1980

The Clash #2:

Joe Strummer: chant, guitare

Mick Jones: chant, guitare

Paul Simonon: chant, basse

Topper Headon: chant, batterie

Au cours de l'année 1980, entre deux concerts, le Clash enregistre son nouvel album au cours de ses pérégrinations: Londres, New York et même Kingston en Jamaïque.

En août, le groupe publie un single inédit, le reggae : "Bankrobber (J.Strummer-M.Jones)-Rockers galore (Strummer-Jones-Dread)" (#12 UK).

En décembre, le groupe publie un triple album (double CD): "Sandinista!" (#19 UK-#24 US); produit par The Clash et Mickey Dread.

The magnificent seven (Strummer-Jones-Simonon-Headon)

Hitsville UK(Strummer-Jones-Simonon-Headon)

Junco partner (inconnu)

Ivan meets GI Joe (Strummer-Jones-Simonon-Headon)

The leader(Strummer-Jones-Simonon-Headon)

Something about England(Strummer-Jones-Simonon-Headon)

Rebel waltz(Strummer-Jones-Simonon-Headon)

Look here (Mose Allison)

The crooked beat(Strummer-Jones-Simonon-Headon)

Somebody got murdered(Strummer-Jones-Simonon-Headon)

One more time (Strummer-Jones-Simonon-Headon-Dread)

One more dub(Strummer-Jones-Simonon-Headon-Dread)

Lightning strikes(Strummer-Jones-Simonon-Headon)

Up in heaven(Strummer-Jones-Simonon-Headon)

Corner soul(Strummer-Jones-Simonon-Headon)

Let's go crazy(Strummer-Jones-Simonon-Headon)

If music could talk(Strummer-Jones-Simonon-Headon-Dread)

The sound of sinners(Strummer-Jones-Simonon-Headon)

Police on my back (Eddy Grant)

Midnight log(Strummer-Jones-Simonon-Headon)

The equaliser(Strummer-Jones-Simonon-Headon)

The call up(Strummer-Jones-Simonon-Headon)

Washington bullets(Strummer-Jones-Simonon-Headon)

Brodway(Strummer-Jones-Simonon-Headon)

Lose this skin (Tymon Dogg)

Charlie don't surf(Strummer-Jones-Simonon-Headon)

Mensforth hill(Strummer-Jones-Simonon-Headon)

Junkie slip(Strummer-Jones-Simonon-Headon)

Kingston advice(Strummer-Jones-Simonon-Headon)

The street parade(Strummer-Jones-Simonon-Headon)

Version city(Strummer-Jones-Simonon-Headon)

Living in fame (Strummer-Jones-Simonon-Headon-Dread)

Version pardner (inconnu)

Career opportunities (J.Strummer-M.Jones)

Shepherds delight(Strummer-Jones-Simonon-Headon)

Musiciens additionnels (non exhaustif)

Tymon Dogg: chant, violon

Mickey Gallagher: claviers

Norman Watt-Roy: basse

Ellen Foley: chant (Hitsville UK)

Gary Barnacle: saxo

Si j'ai comparé favorablement "London Calling" à "Exile", on se doit de comparer "Sandinista" au double blanc des Beatles, pour son étendue des styles, son génie fouille-tout, mais aussi son grand n'importe quoi.

Je veux surtout parler des reprises à n'en pas finir du "Career opportunities" qui vient du premier album du Clash.

Je ne sais pas si il était nécessaire d'en faire une version pop sous le nom "Hitsville UK" mais je sais qu'il n'était absolument pas nécessaire d'en faire une énième version avec chants d'enfants en fin d'album.

Idem pour "One more time/One more dub" ou "Junco partner/Version pardner".

Je pense sincèrement qu'un double album aurait été meilleur, débarrassé des redites et versions alternatives.

Mise à part ça, il s'agit encore une fois d'une réussite incontestable, une disque incontournable de la carrière du Clash, démontrant encore une fois, qu'à l'époque, personne, absolument personne, ne les égale sur tous les plans.

Un autre point en leur faveur est que pour éviter une trop grosse dépense à leurs fans, les musiciens ont accepté de ne pas recevoir de royalties sur les 200'000 premières copies en faveur d'un prix qui ne soit pas trop prohibitif.

Topper Headon chante pour l'unique fois de sa carrière, du moins avec les Clash, sur "Ivan meets GI Joe" et Simonon sur "The crooked beat".

Trois singles publiés entreront dans les charts: "The call up" (#40 UK), "Hitsville UK" (#56 UK) et le disco "The magnificent seven" (#34 UK).

En 1981, le Clash au grand complet accompagne la chanteuse Ellen Foley sur son 2e album "Spirit Of St. Louis", produite par Mick Jones, avec six titres composés par Strummer et Jones.

Un album oublié de nombreux fans du groupe, et pourtant...

© The Magnificent Pascal Schlaefli

Urba City

2 octobre 2014

Partager :     J'aime

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Numfar 50 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte