Magazine Culture

La saga Waterfire: Deep blue, Jennifer Donnelly

Publié le 02 octobre 2014 par Ly @Lyy_lit
La saga Waterfire: Deep blue, Jennifer DonnellyLa saga Waterfire: Deep blue, Jennifer Donnelly Nombre de pages: 384 Editeur: Hachette Date de sortie: Septembre 2014 Traducteur: Lucile Galliot VO: The Waterfire saga: Deep Blue (Etats-Unis) La saga Waterfire: Deep blue, Jennifer Donnelly
Lorsque Serafina, princesse de Miromara, s’éveille au matin de ses fiançailles, sa première préoccupation devrait être de retrouver son promis, le séduisant prince Mahdi. Elle l’aime depuis l’enfance et il l’aime en retour. Enfin, il l’aimait, elle a quelques doutes à présent… Pourtant, ce matin-là, l’esprit de Serafina est surtout accaparé par d’étranges rêves annonçant le retour d’une ancienne malédiction. Ses prémonitions se confirment quand sa mère est touchée d’une flèche empoisonnée, et le chaos semé dans tout le royaume. Guidée par ses cauchemars, Serafina, accompagnée de cinq autres sirènes, se lance dans une quête périlleuse pour venger ses parents et empêcher les communautés sous-marines de s’entredéchirer. Mais elle est encore loin d’imaginer qu’elle vient de plonger dans une vaste conspiration, qui menace son monde… et le nôtre. La saga Waterfire: Deep blue, Jennifer Donnelly
Deep Blue est mon premier livre sur les Sirènes. Je n’avais encore jamais découvert ces créatures par le biais de la littérature, du coup, en le voyant dans le catalogue d’Hachette je me suis dit que c’était le moment de me lancer. Puis le résumé fait pas envie franchement ? Il présage de l’action arrivant de tous les cotés et des personnages attachants. En le commençant, je m’attendais à lire quelque chose de moins bien que ça. J’appréhendais la découverte des Sirènes et de l’univers. J’avais peur de tomber rapidement dans quelque chose d’un peu niais. Et bien, j’ai été carrément surprise ! Je me suis éclatée ! Du début à la fin. Un graaaand merci aux éditions Hachette. Ce livre m'a redonné la pêche pour lire!
La première chose qu’on ne peut pas rater avant de se plonger dans l’histoire c’est la couverture aaaah ! Mais quel bijou ! Ces différents tons de bleus m’ont beaucoup séduit. La composition est parfaite. Le seul petit bémol, c’est que le dos est fragile. Du coup, il ne faut pas trop ouvrir le livre pour éviter de l’abîmer. Même en y faisant super attention, le mien commence à se casser.. Enfin bref !    A l’intérieur de la couverture, on trouve une carte des différents Royaumes présents dans Deep blue. Une carte plus précise du Royaume de notre héroïne y est aussi représentée. J’adore les cartes dans les livres. C’est un petit détail qui donne une pincée de réalisme qui permet de mieux s’imprégner de l’histoire.
Deep Blue raconte l’histoire de Serafina, héritière du trône de Miromara, le royaume de sa mère. On l’a retrouve à quelques jours du Domikí, cérémonie prouvant qu’elle est bien la descendante de sa lignée. Les premières pages du livre pourront sembler, pour certains, complexes. L’auteur a construit un univers extrêmement riche. Elle a inventé de nouveaux termes pour désigner les éléments de son monde et parfois, on peut se sentir perdu face à toutes ces informations. Heureusement, une annexe est présente à la fin. Avec les définitions de chaque élément propre à l’univers de Deep Blue Personnellement, j’ai avancé dans l’histoire en regardant seulement deux ou trois fois dans cette annexe. Au début, je ne comprenais pas tout, mais petit à petit on s’y fait et l’auteur s’avise à expliquer un grand nombre de choses. Bref. Une annexe plutôt pratique mais pas forcément nécessaire.

Pour moi, c’est justement dans cet univers que la force de Deep Blue réside. Wow mais quelle réussite… Je l’ai trouvé si complet ! L’auteur invente des dizaines de choses : les aliments des habitants, les différentes apparences des sirènes selon leurs régions d’origines, les vêtements, le mode de vie, l’architecture, le découpage de nos mers et océans, la magie… Elle donne également vie à une Histoire et à une Mythologie très détaillée. Ces deux éléments sont d’ailleurs au centre du roman. L’auteur réinvente totalement le mythe de l’Atlantide. Et que c’est bien mené ! J’ai eu un véritable coup de cœur pour ce bel univers qui nous donne envie de croire à ce monde magique vivant sous nos pieds. J’ai même l’impression que pendant que j’écris ces lignes, Serafina et ses amies continuent à avancer dans leur quête. Une histoire si bien maitrisée qu’elle a pris vie sous mes yeux. Bien évidemment, ça ne pouvait pas être parfait parfait non plus hein ! J’ai rencontré quelques incohérences. Les sirènes boivent des liquides dans des tasses. Sous l’eau… Ma foi. J’ai eu aussi du mal à comprendre comment fonctionnait leur capacités respiratoires hors de l’eau. Parfois elles s’étouffent – logique- mais parfois, j’ai eu l’impression que l’auteur passait un peu par dessus ça. Il y aussi des WC à un moment… Sous l’eau. Pourquoi ? Comment ? haha. Le seul soucis réel de l’univers, c’est que l’auteur a tenté d’adapter le monde des Sirènes au nôtre. Et ça ne fonctionnait pas toujours, forcément ! Mais rien de bien grave, rien qui m’a hérissée les poils ! L’univers est tout de même bien pensé !
Une autre chose qui m’a énormément plu, ce sont les personnages. Serafina est très attachante. Elle est naturelle et rencontre pas mal de difficultés ! Elle est tout simplement vivante. On sent que derrière ces pages, l’auteur a une vision nette de son personnage. Une personnalité précise. J’ai aimé voir qu’elle avait un grand nombre de doutes. Doutes sur elle même mais aussi sur sa quête principale. Serafina est accompagnée par sa meilleure amie Neela. Une jeune fille pétillante qui vient contraster le personnage parfois un peu sombre de Serafina.
En fin de compte, pour un roman axé jeunesse j’ai été plutôt surprise de voir que l’auteur ne ménageait pas ses lecteurs. Il se passe des choses sombres et tristes dans cette histoire et tout n’est pas toujours rose. Un récit qui prend aussi un aspect sérieux car il montre les désastres causés par l'Homme sur le monde marin. Un aspect qui m’a touchée et que je ne m’attendais absolument pas à trouver ici. Sensibiliser un public jeune sur ces horreurs est très important à mes yeux. Deep Blue est un roman que je vous conseille avidement. L’action est partout, l’auteur vit son histoire et les personnages sont attachants. Foncez ! La saga Waterfire: Deep blue, Jennifer Donnelly La saga Waterfire: Deep blue, Jennifer Donnelly
La saga Waterfire: Deep blue, Jennifer Donnelly Gros coup de coeur pour l'univers de Deep Blue! Parfois, j'apprécie lire pour pouvoir m'échapper de mon quotidien. Et avec Deep Blue, je ne pouvais pas en demander plus! Quel dépaysement! L'auteur nous amène de découvertes en découvertes. Elle a tout créé dans ce royaume sous-marin. J'ai pris beaucoup de plaisir à évoluer dans cette histoire. 

La saga Waterfire: Deep blue, Jennifer Donnelly La saga Waterfire: Deep blue, Jennifer DonnellyLa saga Waterfire: Deep blue, Jennifer Donnelly Comme je l'ai dit dans ma chronique, les personnages sont très attachants. On rencontre beaucoup de nouvelles têtes au fil du roman. Je crois que, ce qui m'a le plus amusée c'était la diversité des protagonistes. Chaque Sirène a un design différent selon sa région d'origine. C'est plutôt logique hein, mais parfois, des détails comme cela ne sont pas présents dans certaines histoires. On a aussi une diversité dans les espèces. Encore une fois, un gros travail a été effectué de ce coté là par l'auteur! La saga Waterfire: Deep blue, Jennifer Donnelly La saga Waterfire: Deep blue, Jennifer DonnellyLa saga Waterfire: Deep blue, Jennifer Donnelly Une intrigue qui nous mène vers l'inconnu à chaque nouvelle page. On connait l'objectif de nos personnages mais je ne m'attendais pas à faire face à autant de détours! J'aime bien quand on ne peut absolument pas prévoir ce qui va arriver dans une histoire. Ca fait du bien! J'ai eu l'impression d'être transportée sous l'eau, avec Serafina et Neela. On hésite avec elles, on a peur avec elles. On vit vraiment le roman avec les personnages. L'auteur sait doser l'action et elle sait placer tels ou tels évènements quand il faut. Je ne me souviens même plus si je me suis ennuyée pendants certains passages...
La saga Waterfire: Deep blue, Jennifer Donnelly La saga Waterfire: Deep blue, Jennifer DonnellyLa saga Waterfire: Deep blue, Jennifer Donnelly Une écriture assez simple mais qui fait voyager! Je dis chapeau à l'auteur pour avoir inventé autant de termes. J'ai trouvé cela plutôt sympa que certains mots soient en langues étrangères. Par exemple, on retrouve du Latin mais aussi du Roumain.  Par contre, mention spéciale à la traductrice qui a fait un travail conséquent pour ce roman! Traduire tous ces termes en gardant une certaine logique doit être vraiment compliqué! La saga Waterfire: Deep blue, Jennifer Donnelly


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ly 606 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines