Magazine Cinéma

Sex Tape

Publié le 02 octobre 2014 par Cinephileamateur
Sex Tape De : Jake Kasdan.
Avec : Cameron Diaz, Jason Segel, Rob Corddry, Ellie Kemper, Rob Lowe, Nat Faxon, Nancy Lenehan, Giselle Eisenberg, Jolene Blalock, Randall Park...
Genre : Comédie.
Origine : États-Unis.
Durée : 1 heure 35.
Date de sortie : 10 septembre 2014.
Synopsis : Jay et Annie s’aiment, mais dix ans de mariage et deux enfants ont un peu érodé leur passion. Pour ranimer la flamme, ils décident de filmer leurs ébats lors d’une séance épique. L’idée semble bonne… jusqu’à ce qu’ils s’aperçoivent que la vidéo a été envoyée par erreur à tout leur entourage, familial et professionnel ! Pris de panique, ils sont prêts à tout pour faire disparaître le film à scandale chez chacun des destinataires. Ils jouent leur réputation, leur carrière, leur mariage et leur santé mentale…
Bande annonce française
"Personne comprends le Cloud. C'est un mystère."
2.5
Sex Tape
On va être honnête dès le début, malgré de très mauvais retours, c'est surtout mon côté masculin qui m'a fait déplacer en salles pour voir "Sex Tape". En effet, avec un tel titre est Cameron Diaz en tête d'affiche, même si je m'attendais à un truc gentillet, j'avais envie de faire le déplacement et la présence de Jason Segel me laissait présager une comédie probablement sympathique.
Et foncièrement, c'est ce que j'ai eu. Une comédie sympathique que l'on peut regarder d'un œil sans trop se prendre la tête... Du moins durant un temps... En effet, si je suis le premier à reconnaître que j'ai pas mal souris devant ce scénario écrit par Kate Angelo, Jason Segel et Nicholas Stoller, j'ai vite constater aussi que ce scénario tournait un peu trop en rond. Au lieu d'avoir quelque chose de beaucoup plus fun, on s'attarde sans doute beaucoup trop sur certains personnages secondaires comme le potentiel patron d’Annie ou le couple d'amis. Des personnages certes sympathiques mais qui peuvent vite apparaître un poil trop lourd surtout que la "distribution" de cette sex tape aurait pu je pense amener plus de personnages et de situations comiques différentes (même si je peux me tromper).
De plus, le film apparait comme une publicité géante pour Apple qui n'hésite pas à mettre son logo et ses produits à chaque plan. C'est la règle du jeu des financements cinématographique, parfois un placement de produits peux même s'avérer drôle voir même apporter un plus à l'histoire sauf que là, c'est la publicité qui prend le dessus au détriment du film parfois et du coup, on peut se retrouver déconnecté. Reste que l'on passe quand même malgré tout un bon moment avec quelques répliques qui m'ont bien amusé.
Têtes d'affiche du long métrage, le duo Cameron Diaz - Jason Segel, respectivement Annie et Jay, fonctionne très bien. J'ai beaucoup aimé ce couple que j'ai trouvé très complice à l'écran et pour qui j'ai tout de suite eu beaucoup de sympathie. Pas mal axé sur le sexe, je trouve qu'à plusieurs reprises on réussit quand même à décelé une certaine tendresse entre eux. Le couple m'ait apparu très frais en tout cas, c'est typiquement le genre de couple avec qui on a envie d'être amis.
Derrière, les rôles secondaires s'en sortent bien aussi et c'est tant mieux puisqu'ils sont parfois mis un peu trop en avant comme Hank, incarné par un Rob Lowe bien décalé. Un poil trop lourd et trop long, le passage chez lui reste comme un moment assez marquant du film. Le couple Rob Corddry - Ellie Kemper, soit Robbie et Tess, font sourire aussi même si là, à l'inverse du couple Annie - Jay, j'ai trouvé que ce duo faisait un peu moins crédible (même si il fait sourire). A noter le petit caméo de Jack Black pour une scène que j'ai apprécié aussi.
La mise en scène de Jake Kasdan est propre. Il n'y a rien à redire. Il y a certes pas de grandes innovations, pas de grandes recherches visuelles, pas de plans véritablement marquant mais ça reste agréable à suivre... Un peu comme une grande publicité ultra calibrée. En plus de tourné en rond, c'est peut être ça qu'il manque aussi au long métrage, un semblant d'âme, une identité qui lui aurait permis d'aller au-delà de son simple concept jouissif. Là, on se contente de nous livrer ce que l'on attend, ni plus, ni moins mais ça reste correct.
La photographie reste très belle avec un bon jeu de lumière. Le montage permet de ne pas trop s'ennuyer et les différents cadrages permettent au film de tomber dans le sexy sans jamais trop en dévoiler sauf à quelques exceptions (parfois ça accentue le côté comique de la scène... Parfois non...). Quant à la bande originale composée par Michael Andrews, je l'ai bien aimé. C'est pas une musique que je vais aller m'empresser d'acheter mais sur le moment ça passe plutôt bien.
Pour résumer, "Sex Tape" n'est clairement pas la comédie de l'année même si globalement, le résultat final reste plutôt prévisible aux attentes qu'on pouvait avoir vis à vis de ce film. Film que je pourrais revoir du coin de l’œil malgré le fait qu'il s'oublie très vite, son principal défaut restera le fait qu'on puisse le voir avant tout comme une très grande publicité Apple plutôt que comme un long métrage. Dommage aussi qu’on n’ait pas voulu élargir un peu plus cet univers et que ça tourne un peu trop en rond au fur et à mesure que le film avance. Pas détestable, c'est loin d'être remarquable pour autant...
Sex Tape
Sex Tape Sex Tape



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Cinephileamateur 3469 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines