Magazine Culture

En avant, marche !

Par Mpbernet

marche

C'est fou comme ça a l'air simple, simple comme de mettre un pied devant l'autre … Les petits loupiots de 10 - 12 mois qui commencent à peine l'exercice et jouent les « châteaux-branlants, le savent bien, mais eux sont profilés pour rebondir lorsqu'ils chutent. Moi, je ne peux pas me permettre de tomber, je me casserais …

C'est le revers de la médaille : six semaines de convalescence. Dur, dur, je ne le cache pas. Ce n'est pas que je m'ennuie, il y a tant d'espaces à découvrir avec un bon livre, les journaux, la télé, l'ordinateur qui ouvre le monde. Mais ce qui est difficile, c'est d'avoir à repenser toute la mécanique de la marche. Pour le moment avec une béquille – pardon à mon amie Karen qui a dessiné cette « aide à la marche » qui a suscité tant de perplexité chez les kinés de la clinique …

Pas chez le jeune professionnel qui est venu me donner ma première « leçon » à domicile. Il est alsacien, il a travaillé en Allemagne, il connaît donc le modèle "Ganymed"qui dormait dans mon placard depuis 2008.

ganymed

Il m 'a laissé plein de consignes sur les mouvements à éviter (croiser les jambes, se lever doucement pour rétablir l'équilibre et ne pas risquer une chute de tension ...) et surtout a fait un constat de l'étendue des dégâts causés depuis plus de deux ans par ma marche chaotique, qui a contracté tous les muscles du corps.

Il va y avoir du travail avant de retrouver la fluidité du mouvement, qui paraît à tous si évident ! Il suffit que l'esprit se pose la question de la décomposition du mouvement (quel pied avancer, comment monter une marche ?) pour que le doute s'installe, l'angoisse apparaîsse ... comme quand j'apprenais à conduire (ce qui fut pour m oi un cauchemar)  : quand débrayer, accélérer, comment décomposer le mouvement pour un démarrage en côte ?

Il faut aussi que je me résigne à absorber les anti-douleurs qui m'ont été prescrits. Je ne suis pas raisonnable, si j'ai mal, je ne marche pas assez, et ce n'est pas bien.

Ce qui me manque le plus n'est pas de ne pas encore pouvoir sortir, mais de ne pas être en capacité de cuisiner. J'oblige Claude à tout faire à ma place ou presque. Une anticipation des années de dépendance qui nous attendent, à moyenne échéance.

le bon marché

Ce qui est sympathique, c'est aujourd'hui la possibilité de faire des tas de choses à distance. Comme de se commander le bouquin qui donne envie, ou pour moi, en guise de self-cadeau d'anniversaire, m'acheter quatre petites reproductions en sérigraphie de gravures de Félix Vallotton. Et il faut que je réfléchisse avant de décider où je vais les suspendre …

Bon, pour que tout ça ne dure que le nécessaire, il faut que je marche … Pas si évident que ça !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Mpbernet 50874 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte