Magazine Beaux Arts

Merveilleuse Chiharu Shiota

Publié le 03 octobre 2014 par Lifeproof @CcilLifeproof

« Les fils sont tissés l'un dans l'autre.
Ils s'enchevêtrent.
Ils se déchirent.
Ils se dénouent.
Ils sont comme un miroir des sentiments. »
Chiharu Shiota.

Au cours d'un petit périple professionnel dans le sud, j'ai pu me rendre à Marseille et faire un saut à la Vieille Charité pour l'exposition State of Being de Chiharu Shiota. Des photographies des installations de cette artiste japonaise, j'en ai vues, beaucoup, elles m'ont toutes donné envie de les voir en vrai, d'y être confrontée : ça ne pouvait pas être aussi magique que ça l'était en photographie, n'est-ce pas ? Ô combien j'avais tort.

10635807_10152479398698003_2050512890155661759_n

Chiharu Shiota, State of Being (Le Léopard), Chapelle de la Vielle Charité - Marseille, 2014. © Chiharu Shiota. Photo: C.R.

En entrant dans la chapelle de la Vieille Charité, on se retrouve face à une toile d’araignée géante qui nous empêche de pénétrer dans le cœur de cet édifice. Dans cette dentelle faite d’une multitude de fils noirs tissés entre eux par l’artiste, sont suspendues des robes de princesse, de mariée, blanches, immaculées. Il s’agit en fait de costumes du Guépard, production qui fut créée par le chorégraphe Roland Petit (1924-2011) pour le Ballet National de Marseille, le 18 novembre 1994 à l'Opéra de Marseille. Ainsi, 20 ans après, ces costumes de Luisa Spinatelli bénéficient d’une nouvelle vie, d’une nouvelle visibilité, quelque peu différente. Ils ne sont plus habités, aucun corps ne vient les remplir, ils deviennent des images fantomatiques de ce qui fut.

 

Installation de State of Being, Chapelle de la Vieille Charité, Marseille, 2014.

Infiniment poétique, cette installation a quelque chose de magique. Chiharu Shiota masque, par ses fils, ces robes suspendues. On se retrouve dans la Belle au Bois Dormant après qu’elle se soit piqué le doigt sur un fuseau. C’est comme si, une fois endormie, le fuseau avait continué à filer la laine et que les fils s’étaient répandus dans l’espace de cette chapelle enfermant ainsi ces quelques robes…

10721405_10152505631613003_140447163_n

Chiharu Shiota, State of Being (Le Léopard), Chapelle de la Vielle Charité - Marseille, 2014. © Chiharu Shiota. Photo: C.R.

En entrant dans la Chapelle de la Vieille Charité, on pénètre dans un monde onirique, rêve ou cauchemar, c’est selon le ressenti et l’histoire de chaque observateur de l’œuvre, ce que l’on imagine, ce que l’on projette dessus. State of being (Le Guépard) invite à méditation, à l’observation, au silence. Il est des lieux dans lesquels on entre qui, par leur histoire, leur architecture, leur raison d’être, cloue son visiteur au silence. Pourquoi parler fort dans une église, dans un lieu de culte ou dans un lieu de mémoire ? On entre et on se recueille. Dans un cimetière aussi. L’effet est double à Marseille. On entre dans une chapelle qui, par son histoire et son but, invite au silence et à la quiétude. Cela est renforcé par le maillage délicat de fils noirs réalisé par Chiharu Shiota ainsi que par la mise en apesanteur de ces robes d’un blanc évanescent. Il y a un émerveillement possible, l’œuvre est visible et inaccessible tout à la fois.

10519789_10152505634448003_1737331819_n

Chiharu Shiota, State of Being (Le Léopard), Chapelle de la Vielle Charité - Marseille, 2014. © Chiharu Shiota. Photo: C.R.

Cette dentelle de fils noirs tendus dans l’espace pourrait sembler oppressante mais elle est si légère en même temps… Le lieu est saturé de fils qui empêchent de passer. On ne peut entrer… enfin pas tout à fait, seul un tunnel permet de passer sous cet enchevêtrement de liens. On ne peut, à aucun moment s’approcher des ces robes, qui semblent figées dans leur envol. Les fils de laine, créent un labyrinthe dans lequel le regard se perd et s’accroche aux éléments blancs, les robes, restes d’un passé. Chiharu Shiota, artiste japonaise née en 1972 et résidant à Berlin, interroge dans ses œuvres, le passé, le rapport au temps qui file, au temps qui passe. Ces œuvres ? Des installations et des performances qu’elle présente dans le monde entier. Future représentante du Japon à la Biennale de Venise (été 2015), Chiharu Shiota élabore ses projets en fonction des lieux. Elle en prend possession et les interroge au même titre que les objets qu’elle y présente.

10721247_10152505637998003_1024517846_n

Chiharu Shiota, State of Being (Le Léopard), Chapelle de la Vielle Charité - Marseille, 2014. © Chiharu Shiota. Photo: C.R.

À la Vieille Charité, elle montre des robes que l’on devine au travers des fils de laine noire, ces derniers courent le long de la pierre, s’y accrochent, enserrent les colonnes. L’espace, ancien, les robes qui semblent sortir d’un conte de fées, tout cela confine au merveilleux et à l’imaginaire… Cela, orchestré d’une main de maîtresse par Chiharu Shiota qui, en nous invitant à l’observation et au silence, nous invite à être émerveillés, subjugués mais aussi à entrer en nous-mêmes et à écouter ce que l’on ressent et qui l’on est face à ses œuvres, face mais aussi immergés dans State of Being.

Cécile.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Chiharu Shiota. State of Being (Le Léopard)

Du 18 juillet au 19 octobre 2014

Tarifs : 5 € / 3 €.

Billet incluant l'accès aux collections permanentes du musée d'Archéologie méditerranéenne et du musée d'Arts Africains, Océaniens, Amérindiens.

Horaires:

Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h,
fermeture les lundis à l'exception des lundis de Pâques et Pentecôte, le 1er janvier, 1er mai, 1er novembre, 25 et 26 décembre.

Chapelle de la Vieille Charité 
2 rue de la Charité – 13002 Marseille


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lifeproof 5971 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines