Magazine Culture

Fashion Beast: La mode et la bête/Les cartes du tarot

Publié le 04 octobre 2014 par Elodie13 @EloLectures

Fashion Beast: La mode et la bête/Les cartes du tarotFashion Beast: La mode et la bête/Les cartes du tarot
Titres: Tome 1: La mode et la bête/Tome 2: Les cartes du tarot
Auteur: Alan Moore
Histoire: Alan Moore et Malcolm McLaren
Adaptation: Anthony Johnston
Dessin: Facundo Percio
Editions: Panini
Pages: 128
Catégorie: Comics, Fantastique

L'histoire:

Doll est responsable de vestiaire dans une discothèque. Mais la vie lui réserve un tout autre destin: le monde de la mode l'attend! Les événements s'enchaînent à une vitesse folle pour la jeune femme qui est engagée par Célestine, un célèbre et influent couturier.

Mon avis:

Doll, jeune femme au physique androgyne s'apprête comme chaque soir à se rendre à son travail. Responsable du vestiaire d'une discothèque, c'est pourtant un autre avenir qui lui est destiné car, virée de son travail (vengeance d'un jeune homme qu'elle avait insulté) Doll décide de se rendre à une audition de mannequin. Remarquée par Célestine, l'un des plus influent créateur de mode, Doll devient sa nouvelle égérie. Mais un mystère entoure son nouvel employeur qui n’apparaît jamais devant ses yeux. Dît défiguré, le "monstre" vit cloîtré au sein de l'établissement de couture où il parfait son génie à l'abri des regards.
Deuxième personnage important, Jonathan, est un jeune styliste au service de Célestine qui rêve de se faire un nom dans ce monde d'apparences. La cohabitation entre ses deux être n'est pas sans étincelles, leur avis différent sur tout.
Dès le début, il y à cette ambiguïté sexuelle qui s'installe. Dès le premier regard sur ces deux personnages il y à ce doute qui s'installe en nous. Est-ce que c'est (Doll) une fille? Un travesti? De même pour Jonathan, que Doll prend pour un simple garçon manqué. Mais est-ce pour autant ce qu'il est?
On fausse et c'est voulu, notre regard pour mieux nous immerger dans cet univers un peu hors du commun. J'ai beaucoup aimé ce aspect là de la bd, le fait que l'on ne sache pas vraiment à quoi s'en tenir, jouer de cette ambiguïté et j'aurai apprécier la retrouver jusqu'au bout. On nous dévoile un peu trop vite la réalité à mon goût mais j'ai pris beaucoup de plaisir à lire cette histoire.
Doll n'est peut-être pas facile à aimer, je suis la première à la trouver insupportable avec les airs qu'elle se donne, mais elle est en même temps très sensible au sort de Célestine. Et puis il y à cette attirance/antipathie qu'elle éprouve pour Jonathan (qui est réciproque) et qui est juste jubilatoire à voir quand ces deux là essayent de communiquer. Jonathan est plus facile à apprécier, au contraire de Doll qui a un peu renié le monde dans lequel elle vivait, lui s'en inspire et ne perd pas la réalité des choses.
Alan Moore nous conte ici sa version de "La belle et la bête" avec beaucoup de style. J'avais peur de ne pas retrouver l'histoire originale mais je suis totalement sous le charme de cette réécriture. J'ai été transporté dans ce monde cruel hors du temps qui dépeint les pires cruautés de l'âme (comme la mère de Célestine). Les dessins sont très beaux, j'ai beaucoup aimé le style de Facundo Percio et le choix de l'auteur d'associer ce conte au monde de la mode. Si j'avais un regret après ma lecture, c'est que cette histoire n'ait jamais été porté à l'écran.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Elodie13 1094 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines