Magazine Culture

Les derniers coups de coeur de... Yoann Fréget

Publié le 05 octobre 2014 par Urbansoul @urbansoulmag

PREMIÈRE PARTIE DE L’INTERVIEW

La semaine passée, je vous dévoilais mon interview avec Yoann Fréget à travers ma plume. Mais c’est en images (et en musique !) qu’elle se conclut aujourd’hui et je vous préviens, ça va bouger. Dans tous les sens du terme : la rencontre ayant eu lieu lors d’un concert en plein air, j’ai réalisé que filmer l’entretien serait sans doute problématique puisque je n’ai pas encore la chance d’être équipée d’un micro et j’ai donc quitté la maison sans mon trépied, persuadée qu’il n’aurait de toute façon servi à rien. Une fois sur place, les environs étaient bien bruyants (même si je n’oserais pas qualifier les belles mélodies de Stanislas de bruit) mais ayant mon appareil avec moi, je trouvais cela trop dommage de ne pas mettre une petite vidéo en boîte. Alors, oui, Yoann a dû braver les décibels et se voit à présent récompensé d’un super gros plan pendant près de 6 minutes (mon absence de micro m’a contrainte à me rapprocher de lui un maximum pour éviter que vous n’ayez à trop tendre l’oreille). Et en bonus, vous avez droit à des mouvements très hasardeux et quelques plans pas cadrés du tout parce que, sans trépied, c’est dur de maîtriser ses réactions quand on a Yoann qui chante face à soi. C’est homemade, ce n’est pas parfait mais c’est fait avec amour et j’espère que ce sera suffisant pour me rattraper !

Pour revenir à nos moutons, cette partie illustre donc le traditionnel quiz Urban Soul, destiné à apprendre à mieux connaître l’artiste grâce aux chansons qui l’ont forgé et qui l’influencent encore aujourd’hui, et je savais que je ne serais pas déçue à en juger par ses choix de titres dans The Voice (Greatest Love of All, Calling You, Earth Song, WHAT ELSE?!). Sauf que Yoann Fréget n’a pas attendu la seconde partie de notre interview pour chanter les louanges de ses collègues, à commencer par la talentueuse Belge Sarah Letor, que sa manager et lui m’ont gentiment présentée (on en reparle bientôt) et avec qui il avait partagé plus tôt un duo sur As de Stevie Wonder. « C’est pour moi une très grande artiste soul en Belgique et dans le monde de la musique, plus généralement », s’est-il enthousiasmé. En France, il encourage son amie Keh Mey, dont je vous disais beaucoup de bien l’année dernière. « Il y a aussi une artiste gospel, Mona Abel, qui est pour moi l’une des plus grandes voix de gospel que j’ai entendues, a-t-il continué. Même aux Etats-Unis, j’ai rarement entendu des voix comme ça ! J’ai fait un duo avec elle à mon concert au Divan du Monde à Paris l’année dernière, sur Total Praise. Après il y a bien entendu la contribution de Ben l’Oncle Soul au monde de la soul en France. C’était une manière de montrer qu’il y avait de la soul chez nous mais il faut que les gens sachent que ça ne s’arrête pas là, qu’il y a encore tellement d’artistes dont les gens n’ont même pas idée en France, et en Belgique aussi, j’en suis sûr. Alors aux gens qui aiment cette musique, essayez de ne pas être passifs et d’attendre que ça vous tombe dessus : essayez de faire la démarche, de chercher des scènes ouvertes, de soutenir les artistes et les encourager parce qu’ils en ont besoin. Dans notre société, on nous habitue vraiment à être dans le consumérisme – on nous apporte le truc, on le prend – mais c’est important d’être présent pour les artistes. » 

Mais le culte ultime pour Yoann, c’est Aladdin. « Ma première scène, c’était en 4ème au collège (ndlr : 2ème secondaire dans l’enseignement belge) avec ma meilleure amie Graziella. On avait chanté Ce rêve bleu et Avoir un seul enfant de toi. (Toujours Aladdin !) Oui, Aladdin ! J’ai un petit côté Aladdin en fait… J’aime beaucoup les Walt Disney. En fait, c’est la chanson qu’on me demandait tout le temps de chanter parce que j’ai un peu le même timbre de voix que Daniel Levi, une voix un peu soufflée », m’a-t-il raconté. Et vous le constaterez dans la vidéo, c’est un sujet très récurrent chez lui alors, forcément, je n’ai pas pu m’empêcher de le taquiner un peu. Mais c’est pas grave Yoann : avant que Pocahontas n’entre dans ma vie, j’étais, en ce qui me concerne, suffisamment obsédée par Jasmine que pour demander à ma grand-mère de me faire un costume que j’ai bien usé…

Assez de blabla, je vous laisse avec la suite de notre interview et pour continuer à vous en mettre plein les oreilles après le visionnage, je vous ai concocté une playlist reprenant tous les artistes et/ou titres mentionnés par Yoann Fréget !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Urbansoul 6753 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines