Magazine Environnement

Label MSC (Marine Stewardship Council): droit de réponse

Publié le 06 octobre 2014 par Angélie Baral @Greenvibes

Il y a peu, je faisais le Bilan de la campagne #VenezVérifier de Fleury Michon, notamment sur la pêche du Colin d'Alaska pour la fabrication des surimis. J'ai alors critiqué le label MSC, garant officiel d'une pêche durable, qui venait de labelliser une pêcherie russe, en questionnant le sérieux de la démarche. Le lendemain, l'équipe MCS France me tombait dessus, m'accusant de mauvaise foi et de dénigrement. Je mettais à mal 5 ans de travail en Russie et j'étais bien naïve de croire que le système américain était mieux et sans corruption (heu... drôle de commentaire du MSC sachant qu'il certifie le Colin US!!!). Je n'ai pas apprécié le ton, mais le blog étant un espace d'échange, j'ai offert le droit de réponse ci-après... non sans rappeler quelques précisions au préalable.

Car certes, certifier une pêcherie russe devrait normalement inciter d'autres entreprises russes à minimiser leurs impacts pour espérer être labellisées (rentabilité accrue car un nombre grandissant de clients sont demandeurs) - de quoi faire bouger dans le bon sens. Pour autant, mes critiques sont loin d'être infondées et voici pourquoi :

1. La réalité écologique de ce label

Les scientifiques critiquant le MSC pointent unanimement du doigt des problèmes de méthodes pour évaluer les stocks, comme ils en témoignent en 2013 dans Nature (une des plus importantes publications scientifiques mondiales) ou NPR (principale radio US non commerciale). Une étude allemande parue en 2012 révèle d'ailleurs que 31% des stocks labellisés dans le monde ne sont pas durables (Source: Nature)! Ouch. De surcroît, l'usage de chaluts (des chalutiers usines sont certifiés!!!) est tout sauf écolo, comme le rappelle Greenpeace (lire mon bilan) - lire aussi l'article paru en 2011 du New York Times.

2. Conséquences pour le consommateur

Le système du MSC accepte de certifier sur la foi d'engagements à réaliser sur 5 ans en sus d'un minimum requis (le cas pour la pêcherie russe). Or, labelliser des engagements et non du 100% factuel, c'est leurrer l'acheteur. Imaginez un produit annoncé sans OGM où en réalité, l'agriculteur fait certes pleins d'efforts, mais dispose de 5 ans pour vraiment supprimer toute trace d'OGM. Vous trouvez ça normal? Moi non, tout comme plusieurs chercheurs (lire Alternet ou articles cités au point 1). Entre ça et la controverse sur la durabilité des stocks, la confiance est ébranlée... Alors pourquoi des ONG comme le WWF soutiennent le MSC? Parce que la certification exige malgré tout un certain suivi et certaines pratiques moins impactantes. Et tant pis si mon chalut racle les fonds marins... Sauf qu'un label, c'est une forme d'absolution aux yeux du consommateurs - incapables d'en distinguer les tenants et les aboutissants. Ne pas respecter les objectifs annoncés fait plutôt figure de technique marketing.

3. L'éthique du MSC

En 2013, les pêcheries ont demandé au MSC de faire pression sur le WWF Canada pour retirer une vidéo invitant le consommateur à acheter MSC, en montrant les effets environnementaux de gros chalutiers (qui constituent 84% de la flotte certifiée MSC - voir sources ici et ), question d'image. Le MSC a obtenu gain de cause et fait retirer illico la vidéo! Or, déjà en 2010, sur rue89, un chercheur et les Amis de la Terre critiquaient (ou)vertement l'indépendance des sociétés d'audit (problème récurrent au demeurant pour nombre de labels). Le MSC les a vivement retoqués 3 jours plus tard. Rebelote en 2013 lors de la parution d'une étude rassemblant 11 chercheurs accusant le label d'être top conciliant. Retoqués 3 jours plus tard par le MSC (lire leur réponse). Idem pour l'article de la NPR cité plus haut. Retoqué 24h plus tard (lire ici)... comme pour mon article. Je ne sais pas vous, mais cela ressemble à une véritable chasse aux sorcières... 

Alors... MSC ou pas MSC?

Soyons honnête, à choisir, je privilégierais un poisson certifié, non en me disant "ouf, c'est durable" (c'est faux), mais parce que faute de mieux, ce label a le mérite d'attester d'un suivi (y compris d'ONG), accompagné de contrôles et contraintes interdisant aux entreprises de faire n'importe quoi. C'est déjà pas mal, même si on reste loin des objectifs annoncés. Mais laissons la parole au MSC.

Droit de réponse du MSC à l'article paru sur Gestes Environnement  

[Suite à l'article Bilan de la campagne #VenezVérifier de Fleury Michon], l’équipe du Marine Stewardship Council France (MSC) a contacté son auteure, afin de pouvoir clarifier certaines incompréhensions, actualiser des données, et corriger des erreurs qui auraient pu être évitées par un entretien préalable. Déçus de voir que tout le travail entrepris par nos équipes, par les pêcheurs, les entreprises de produits de la mer et les scientifiques engagés dans le programme MSC pouvait être ainsi déconsidéré et résumé par la simple phrase de l’article « Pour le sérieux du MSC, on repassera », nous nous sommes permis de lui transmettre notre réponse.


Rappelons que le Marine Stewarship Council est une association indépendante, à but non lucratif. Notre existence a pour objectif de garantir la sauvegarde des stocks de poissons et des écosystèmes marins dans nos océans. Nous sommes indépendants d’Unilever et du WWF depuis 15 ans, nous ne touchons aucune somme d’argent sur la certification des pêcheries, et toutes les pêcheries et entreprises de la chaîne d’approvisionnement sont évaluées selon nos Référentiels par des organismes de certification indépendants accrédités et des experts scientifiques reconnus.

 

Nous comptons aujourd’hui 240 pêcheries certifiées dans le monde, représentant 8 millions de tonnes de produits de la mer, soit plus de 9 % des captures mondiales totales. Nous sommes reconnus comme étant le programme le plus en accord avec les meilleures pratiques internationales de pêche durable (source WWF); ce qui nous vaut en contrepartie d’être occasionnellement critiqués et d’être challengés par certains scientifiques et ONG, qui ont l’opportunité, grâce à notre système d’évaluation ouvert à toute partie prenante et notre procédure d’objections, de présenter et de défendre leurs points de désaccord avant toute décision de certification d’une pêcherie.

 

Contrairement à ce qui était initialement écrit dans l’article, il n’y a, à ce jour, qu’une pêcherie de colin russe certifiée MSC. Cette pêcherie a obtenu la certification MSC en 2013, suite à une évaluation scientifique qui a duré 5 ans, menée par un organisme indépendant, selon le Référentiel MSC. Ceci n’a donc n’a donc rien d’un processus précipité, comme sous-entendu dans l’article. En aucun cas la certification de cette pêcherie ne dessert la crédibilité du MSC, car, tout comme la pêcherie de colin d’Alaska, elle répond aux critères scientifiques de notre Référentiel pour une pêche durable.

 

Comme pour toutes les pêcheries du programme MSC, le processus d’évaluation et de certification de cette pêcherie est transparent et tous les documents relatifs aux différentes étapes de l’évaluation sont accessibles sur notre site internet.

 

Notre objectif est d’encourager les pêcheries du programme MSC à constamment continuer d’améliorer leurs pratiques et développer leur connaissance des stocks de poissons et des écosystèmes marins. La certification MSC d’une pêcherie dure 5 ans, durant lesquels la pêcherie est soumise à des audits de surveillance annuels et au bout desquels la pêcherie doit se relancer dans une évaluation complète. Une pêcherie certifiée peut avoir des améliorations à apporter pour conserver sa certification. C’est le cas de la pêcherie de colin russe qui doit mener à bien 8 plans d’action identifiés lors de la certification qui permettront notamment de renforcer son programme de surveillance et d'observation. La mise en place de ces améliorations sera suivie de près lors des audits de surveillance annuels qu’implique la certification MSC.

 

Nos études sur les impacts environnementaux du programme MSC montrent que ces améliorations menées par les pêcheries portent leur fruit et apportent un changement dans la façon dont nos océans sont exploités. Contrairement à ce que l’auteure écrit dans cet article, les pêcheries certifiées sont donc toutes déjà conformes à notre Référentiel, mais nous leur demandons en plus de continuer à s’améliorer [ndrl: faux, jamais l'article n'a affirmé cette info].

 

Enfin, nous menons des tests ADN au sein de la chaîne d’approvisionnement des produits de la mer et les derniers résultats montrent que 99% des produits labellisés MSC sont correctement étiquetés. Le consommateur peut être rassuré : lorsqu’il voit le label MSC sur des produits de la mer, il a la garantie qu’ils proviennent de pêcheries durables qui respectent les stocks de poissons et l’environnement marin et qu’il contribue, par son achat, à la préservation des océans pour aujourd’hui, et pour demain.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Angélie Baral 2438 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte