Magazine Culture

[anthologie permanente] Franz Josef Czernin

Par Florence Trocmé

Le poète autrichien Franz Josef Czernin vient de sortir son nouveau livre, Zungenenglisch. Les mots-valises y glissent des doubles sens dans des vers en segments musicaux très concentrés, qui offrent des mouvements de balancier entre enfer et paradis pour un „je“ et un „tu“ quasi-abstraits. „zungenenglisch“, une „langue angelaise“, évoque l’anglais de certains poètes métaphysiques ou les anges qui parlent en langues. 
 
 
traquenards, étranglements 
 
cousue porte usée, notre peur d’espace. 
explose discorde ici. 
 
m’emmièvrent, ces langcoeurs. 
épinaillage. goutrages, périmés. 
 
craint raccomode, si t’exècre engendrer. 
ce qui pique, plus cru. 
 
d’équivocales, sur plan de boue. 
qu’enfonças fort, nous empalant. 
 
ou nus comme vers, toujours plus lents. 
connectés, par scie perce-oreille. à crocs. 
 
nous déchettant, gourvenimés. 
hermétisme clos. clair à mort. 
 
Traduit de l’allemand (autrichien) par Jean-René Lassalle. Extrait de : Franz Josef Czernin : Zungenenglisch, Hanser 2014. 
 
 
auch fallstricken, trichter 
 
nahbei stumpforten, platzangst uns. 
wie stark misstönt hier. 
 
mir auch dämlich, seufzungen. 
dies spalthaar. schimpflecken, abfällig. 
 
sind so flickbang, da dir kotzeugen. 
was lässt derber, stacheln. 
 
die unstimmen, schlammort da. 
dass viel versankst, rumpflocken uns. 
 
sogar schneckenackt, langsamer stets. 
ja, draht, ohrwurm. die fleischeszähne. 
 
uns sperrmüllende, starrbissen. 
dicht torschluss. totenüblich. 
 
Extrait de: Franz Josef Czernin : Zungenenglisch, Hanser 2014. 
 
○ 
 
graphie, non que paradisible 
 
dur faux airain. estrange paie. 
ce qui s’éclipsa, bris d’éclat. 
 
mal effeuilletant, s’étoila couleurs mer. 
donc en fleur sanguine, même si m’imprié. 
 
tant d’or plu, serre angle terre, 
nous antre d’ange. phare en tourmente. 
 
ondoya haut, splendide vu, 
treuil à vent à moi voilé. vaguante écume. 
 
bientôt nous fauche, acéré verdict. 
profond chantoyant. double jardin furtif. 
 
si porte aux cieux, vers la fin 
yeux en billes, du verre. à livre ouvert. 
 
Traduit de l’allemand (autrichien) par Jean-René Lassalle. Extrait de: Franz Josef Czernin : Zungenenglisch, Hanser 2014.    
 
 
graphie, nicht nur paradieslich 
 
rau mängelerz. fremd währung. 
was sehr heimlichtat, scherbenglanz. 
 
ja, verblättern, bunt seesternte. 
daher mehrblütig, ob verbeten mir auch. 
 
so viel regengold, eng landnahmen, 
uns angeltor, spalt.leuchtsturm. 
 
da wogt auf es, fensterprächtig, 
mir verborgen windseile. tauschwellen. 
 
gleich sense uns, scharfrichtig. 
tief singlast. einstweilen, zweigarten. 
 
wie himmelst reich, zuletzt 
leuchtaugen, gläsern. buchoffen. 
 
Extrait de: Franz Josef Czernin : Zungenenglisch, Hanser 2014.    
  
Franz Josef Czernin dans Poezibao :   
 
biobibliographie
extrait 1  
extrait 2  
 
 
[Jean-René Lassalle] 
 


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 18683 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines