Magazine Concerts & Festivals

London Grammar à Forest National le 7 octobre 2014.

Publié le 07 octobre 2014 par Concerts-Review

Le billet de JPROCK :

Un événement Live Nation.

10687124_647891731994095_4843645798027005783_n.jpg

London Grammar.
Depuis plusieurs mois le nom du groupe est sur toutes les lèvres.
Il faut dire qu’avec un premier album réellement éblouissant intitulé « If You Wait « les Londoniens ont frappé un grand coup.
Rien d’étonnant donc à ce que ce soir  Forest National affiche complet.
Mais avant de pouvoir apprécier le trio magique il nous faut d’ abord subir un autre trio mixte ( 1 fille, 2 garçons) répondant au doux nom de All We Are et signé sur le label Domino.
Leur pop disco sexy se déguste comme un bonbon acidulé dont hélas le goût ne perdure pas bien longtemps.
En gros une prestation pas désagréable, mais loin d’être géniale et indispensable.
Pas facile non plus de captiver un public impatient d’applaudir sa tête d’affiche chérie.

10557316_647892751993993_1125959575565511419_n.jpg

Vers 21h, London Grammar monte sur scène et dès les premières notes de « Hey Now « on est subjugué par le son du groupe clair et puissant, et par la voix exceptionnelle d’Hannah Reid.
Aux âmes bien nées, le talent n’attend pas le nombre des années.
Le trio dont la moyenne d’âge se situe aux alentours de 22/23 ans témoigne d’une aisance et d’une maturité sur scène qui laisse sans voix, et qui, incontestablement, est la marque des grands .
Entourée de ses chevaliers servants Dan Rothman aux guitares et du clavier-percussioniste Dominic « Dot « Major, la belle Hannah n’en fait pas trop et se contente de nous transmettre une belle émotion par la gravité mélancolique de sa voix.
Consciente de son pouvoir d’attraction la chanteuse en joue mais pas trop pendant « Darling et « Interlude « .
Clavier noctambule, guitares aériennes, rythmes envoûtants, la musique de London Grammar se déroule sans accrocs comme dans un rêve éveillé et témoigne d' un charme évident.

1800332_647892348660700_2320848575007767310_n.jpg

« Wasting My Young Years « confession troublante nous va droit au coeur.
Majestueuse et spontanée, telle est la voix de la jolie blonde, et dans majestueuse il y a tueuse, et gageons que ce soir beaucoup aimeraient mourir au son de celle ci.
Avec « Flickers « , « Sights « et « Stay Awake « Hannah, Dan et Dot proposent une jolie osmose musicale faite de modernité de douceur et parfois de noirceur, une éclipse musicale sans cesse réinventée.
Leur version de « Nightcall « est grandiose, et « Strong « , mille fois entendu sur les ondes ne perd rien de son charme fou en live.
Alors qu' « If You Wait « nous fait chavirer, « Metal and Dust « orgasme final, nous mène avec bonheur au sommet du plaisir.

10646644_647891381994130_420106743209462425_n.jpg

En tout, un peu plus de soixante cinq minutes magiques sans aucun temps mort et accueillies par un public aux anges.
Soixante minutes c’est peu diront certains, mais n’oublions pas que le band n'a toujours qu’un album à son actif, et que lorsque la qualité est à ce point présente, la quantité n’a que peu d’importance.
10151367_647892028660732_7239489997499472482_n.jpg

1619575_647892491994019_752284111885192156_n.jpg

Assurément cette soirée d’octobre continuera encore longtemps à nous hanter…
Texte et photos : Jean-Pierre Vanderlinden aka JPROCK.
Setlist :
Hey Now
Darling
Interlude
Shyer
Wasting My Young Years
Flickers
Sights
Stay Awake
Nightcall
(Kavinsky cover)
Strong
If You Wait
Metal and Dust


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Concerts-Review 35011 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog