Magazine Cinéma

Get On Up "James Brown, une épopée américaine"

Par Gjouin @GilbertJouin
Polydor / Universal Music
On ne dira jamais assez l’influence qu’a eue James Brown sur la musique de la deuxième moitié du 20è siècle. « The Godfather of Soul » a inspiré en effet bon nombres de chanteurs, Américains ou autres. Get On Up, le film qui lui a été consacré, sorti le 24 septembre dernier, possède la meilleure bande son qui soit pour rappeler et souligner l’invraisemblable talent de cet artiste complet disparu le jour de Noël en 2006.Il y a tout James Brown dans cet album. Un premier CD de 20 titres reprend la grande majorité de ses tubes, devenus aujourd’hui des standards ; et un second CD de trois titres contient un hommage que lui rendent trois représentants de la chanson française, Ben l’Oncle Soul (Please Please Please), Mat Bastard, le leader de Skip The Use (I Got You (I Feel Good)), et Yseult, la finaliste de La Nouvelle Star 2014 (It’s A Man’s Man’s Man’s World).

Dans le CD spécifique à James Brown, il n’y a que du lourd et on y trouve huit morceaux en « live », ce qui est essentiel pour revivre tout la magie et la puissance scéniques de cet artiste incomparable.Il serait présomptueux d’en dresser un hit parade. On ne peut que se laisser porter par les sensations que ces titres imposants nous procurent.L’album commence par le tonique et saccadé Get Up (I Feel Like Being A Sex Machine), un titre qui contient à lui seul tout l’ADN de James Brown.Mon tiercé personnel se décompose ainsi :1/ It’s A Man’s Man’s Man’s World. Une véritable splendeur, un morceau d’anthologie dans lequel l’arrangement délicat donne la part belle à une interprétation particulièrement inspirée.2/ Papa’s Got A Brand New Bag. Titre très bluesy où, pour une fois, le James, tout en retenue, retient les chevaux et s’amuse à répondre à des cuivres somptueux.3/ Try Me. Avec ses chœurs sirupeux, cette ballade chaloupée et pleine de sensualité est une tuerie. Tous nos sens on éveil, on n’a envie que de lumières tamisées et d’un corps complice entre les bras.

Sinon, dans l’ordre d’apparition sur le CD, j’ai fortement apprécié Out Of Sight, parfait stéréotype du Rhythm and Blues avec big band ; I Got You (I Feel Good), une authentique transfusion de positivisme et de joie de vivre, à la fois légère et pêchue ; le swing incandescent de Caldonia ; l’incantatoire Please Please Please avec cuivres, piano et chœurs et ses cris de chat qu’on écorche vif ; le trépidant Night Train avec reconstitution musicale d’une ambiance ferroviaire (on entend littéralement un train qui file à travers les plaines) ; et, enfin, le sauvage, frénétique et sautillant Super Bad
Si vous êtes un fan absolu de cette musique, la bande son de Get On Up, doit impérativement figurer en très bonne place dans votre CDthèque !

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Gjouin 18712 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines