Magazine Cinéma

Banzaï

Publié le 13 octobre 2014 par Olivier Walmacq

Banzai

genre: comédie, aventure
année: 1983
durée: 1h40

l'histoire: Michel Bernardin est employé à Planète Assistance, société qui aide les Français en difficulté à l'étranger. Sa fiancée Isabelle va quitter son emploi d'hôtesse de l'air pour passer plus de temps avec lui grâce à son amie Sophia qui lui a trouvé un emploi dans son agence de voyages. Mais Isabelle est obligée de rester encore quelques temps à son poste pour quelques vols et va le cacher à son fiancé.   
La critique d'Alice In Oliver:

Depuis le début des années 1970, Claude Zidi s'est imposé comme le véritable spécialiste de la comédie française, pour le meilleur comme pour le pire. On lui doit notamment Les Fous du Stade, Le Grand Bazar, L'Aile ou la Cuisse, La Zizanie, Les Sous-Doués, Les Sous-Doués en vacances, Inspecteur Labavure, Les Ripoux ou encore Astérix et Obélix contre César.
Vient également s'ajouter Banzaï, sorti en 1983. Au niveau de la distribution, ce long-métrage réunit Coluche, Valérie Mairesse, Didier Kaminka, Eva Darlan, Marthe Villalonga, François Perrot, Jean-Marie Proslier et Zabou Breitman.

Ce n'est pas la première fois que Coluche et Claude Zidi tournent ensemble. Au fil des années, Coluche est devenu l'acteur fétiche du réalisateur. Pourtant, au moment du tournage de Banzaï, Coluche connaît des moments très difficiles. En effet, à l'époque, l'acteur traverse une grave dépression marquée par le divorce avec sa femme et la mort de son ami Patrick Dewaere.
C'est sûrement la raison pour laquelle Coluche a eu beaucoup de mal à s'investir dans le film. Par conséquent, les scènes de gag seront tournées plusieurs fois. A l'époque, Coluche n'est plus que l'ombre de lui-même.

18825125_w434_h_q80

Pour le reste, Banzaï n'est pas vraiment une comédie classique dans le sens noble du terme. En effet, le long-métrage propose un véritable tour du monde et fonctionne souvent comme un film d'aventure. Aussi est-il nécessaire de rappeler les grandes lignes du scénario.
Attention, SPOILERS ! Michel Bernardin travaille dans une société d'assurance spécialisée dans l'aide aux voyageurs français à l'étranger, Planète Assistance. Isabelle, sa fiancée, va quitter son métier d'hôtesse de l'air pour passer plus de temps avec lui. Grâce à Sophia, elle trouve un emploi dans une agence de voyage, mais Isabelle doit encore accompagner quelques longs courriers en cachette.

Michel, lui, se voit confier des missions à l'étranger pour la première fois de sa vie, alors qu'il avait toujours tout fait pour rester s'occuper de l'administratif à Paris... justement par phobie de l'avion. Pour ne pas inquiéter Isabelle, il décide donc de ne rien lui dire.
Sophia couvrant les mensonges d'Isabelle pendant que les copains de bureau couvrent ceux de Michel, tous ces quiproquos les amèneront par conséquent à se croiser bien involontairement à Hong-Kong
. Que les choses soient claires, ce n'est ni pas la plus grande réussite de Coluche au cinéma, même dans le registre de la comédie.

banzai_1982_portrait_w858

En vérité, Banzaï s'adresse avant tout aux fans irréductibles de Coluche qui devraient être en terrain connu et quasiment conquis. Le scénario laisse sérieusement à désirer et se résume à une sorte de quipropos dans lequel Michel (Coluche) tente de cacher à sa fiancée ses escapades professionnelles à l'étranger. Néanmoins, celle-ci n'est pas totalement innocente non plus.
On relève bien sûr quelques sketches assez réussis, notamment lorsque Coluche appelle sa futur épouse au téléphone et qu'il est dérangé par un dromadaire (qu'il fait passer pour un pote). Autre scène hilarante: celle où Coluche est piqué par des moustiques complètement chtarbés. 
Mais bon, en dehors de cela, pas grand chose à se mettre sous la dent.
Le film souffre tout de même de grosses baisses de rythme. Enfin, soyons honnête: Banzaï n'est rien d'autre qu'un petit nanar sans prétention. Coluche cabotine. A sa décharge, les autres acteurs ne font pas beaucoup mieux. Mention spéciale à Valérie Mairesse. Sinon, c'est tout ? Oui, c'es tout.

Note: 06/20 (et c'est généreux)
Note nanardeuse: 13.5/20


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines