Magazine Culture

Les années insulaires

Publié le 13 octobre 2014 par Lecteur34000

product_9782070141630_195x320

« Les années insulaires »

LE GUILLOU Philippe

(Gallimard)

Les années Pompidou. Vues, observées, scrutées par Kerros, peintre des paysages irlandais et bretons, à la notoriété susceptible de conduire l’homme qui fut le premier ministre de De Gaulle à visiter son atelier et à lui acheter une ou deux œuvres. Puis, lorsqu’il s’installa à l’Elysée, à lui passer commande d’un portrait. Tout cela dans le contexte d’un Paris en plein remue-ménage : la destruction des anciennes halles, l’émergence d’un nouveau quartier, la préfiguration de Beaubourg. Autant de projets qui suscitèrent l’opposition aussi bien des riverains que d’un grand nombre d’intellectuels. Kerros hésita, Kerros oscilla entre l’opposition aux projets modernistes que portait le nouveau président et la fascination que celui-ci exerçait sur lui.

Le Lecteur ne s’est jamais ressenti de la moindre estime pour Georges Pompidou. Il vécut les années du règne de cet homme-là dans le tumulte qui ne cessa pas avec les derniers jours du printemps 1968. Pompidou incarnait (et incarne toujours) pour lui une politique qui anticipait déjà sur l’affairisme d’aujourd’hui. Ce roman dans lequel Philippe Le Guillou, via Kerros, ne dissimule rien de la fascination évoquée ci-dessus, ce roman-là l’a plongé dans un abîme de perplexité. D’autant plus que son Auteur, du genre roublard, greffe à son récit un personnage annexe, qui le fascina lui aussi, celui de Gabrielle Russier. Or le Lecteur, lui, fut (et reste toujours) ébloui par cette femme, professeur de lettres, qui, à la fin des années 60, transgressa  les tabous. Amoureuse d’un de ses élèves, un adolescent de seize ans. Et cela face à une opinion publique qui prit très majoritairement fait et cause pour l’institution et pour les censeurs. Pompidou se rangea dans le camp des censeurs. Ce que Kerros/Philippe le Guillou ne toléra pas. Mais la fascination à l’égard du lettré qui succéda à De Gaulle n’en fut que très peu altérée. D’où la perplexité du Lecteur, en dépit d’un retour en arrière somme toute agréable parmi les ultimes vestiges de ce qui avait été le Ventre de Paris.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Lecteur34000 10711 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines