Magazine Concerts & Festivals

Mordre au travers, Virginie Despentes

Publié le 13 octobre 2014 par Notsoblonde @BlogDeLaBlonde
Mordre au travers, Virginie Despentes

Je n'avais encore jamais lu Despentes et honnêtement, je n'avais aucun avis sur son art avant de m'y plonger -ayant bien pris soin de rester hermétique aux critiques acerbes qu'il m'avait semblé voir passer. Enfin quand j'écris "avant de m'y plonger"... Je devrais plutôt dire "avant d'y tenter une immersion légère" étant donné que pour faire connaissance avec la littérature de Mme Despentes, j'ai choisi un recueil de nouvelles.

J'aime les nouvelles parce qu'elles me semblent être un exercice vraiment intéressant. En quelques pages seulement, il faut réussir à happer le lecteur, à lui transmettre des émotions, vivement, sans avoir le temps de vraiment rien installer de solide, sans diluer, en allant à l'essentiel, défi périlleux s'il en est.

Je n'attendais rien de particulier de cette rencontre, pour tout dire j'ai choisi ce recueil un peu au hasard, sur un rayonnage de libraire qui l'avait mis en avant. Bien inspiré le libraire, tiens!

A peine avais-je débuté ma lecture que j'ai été saisie par l'intensité incroyable, par la force parfois insoutenable qui émanait de ces pages. Par le langage parfois cru, toujours direct. Par le style propre à l'auteure, un style qui ne cherche pas à séduire, qui ne s'encombre pas de formules alambiquées (note bien que j'aime aussi beaucoup ceux qui excellent dans ce genre là).

C'est extrêmement fort, vivant, violent, souvent très noir, dense et pourtant relativement avare de mots -c'est le format qui veut ça.

Je sors un peu fascinée de cette lecture, bouleversée même, par ces recoins sombres que l'auteure a choisi d'aller explorer, par ces pulsions qu'elle expose sans fards, par ces personnages rongés par leurs angoisses, par leur colère.

C'est sensuel toujours, sexuel souvent, cru et électrisant.

Révoltant parfois. 

Dérangeant tout le temps.

Virginie Despentes maitrise l'art de l'uppercut littéraire comme peu d'autres et décrit la femme dans toute sa complexité, ne nous épargnant aucun tourment, aucun vice, aucune cruauté, aucune folie.

Une claque, une vraie, c'est ce à quoi j'ai eu droit avec "Mordre au travers" et je ne peux m'empêcher de me dire que peut-être, quelques-uns parmi ceux qui passent par ici, n'ont jamais parcouru eux non plus ce recueil.

Si ce billet a pu  inviter un lecteur, même rien qu'un seul, à se lancer dans cette lecture, j'aurais le sentiment d'avoir accompli ma mission. Celle de partager un de mes derniers gros coups de coeur "lecture".

Je te laisse avec un titre de Brigitte Fontaine, titre que je trouve très beau et qui me semble plutôt bien trouver sa place ici,

A très vite, 

XX


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Notsoblonde 14722 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte