Magazine Cinéma

Grease

Publié le 17 octobre 2014 par Olivier Walmacq

Grease

Genre: film musical, comédie musicales
année: 1978
durée: 1h50

L'histoire: A la fin des vacances d'été, les amoureux Danny Zuko et Sandy Olsson, une jeune Australienne de bonne famille, doivent se séparer. A son retour au lycée Rydell, le jeune homme retrouve sa bande, les T-birds, blousons de cuir et cheveux gominés. Les parents de Sandy ayant décidé de s'installer aux Etats-Unis, la demoiselle intègre la même école... Passé la surprise des retrouvailles et pour faire bonne figure devant ses copains, Danny adopte une attitude désinvolte qui laisse la jeune fille totalement désemparée. Sandy rejoint alors les Pink Ladies, le pendant féminin des T-Birds. S'ensuit un jeu du chat et de la souris entre les deux tourtereaux, le tout rythmé par les événements de leur vie de lycéens : démarrage de la saison de football américain, bal de promotion, course de voitures, soirées entre filles, entre garçons, au fast-food, au drive-in.  

la critique d'Alice In Oliver:

Ah... Nous y voilà... Aujourd'hui, Naveton Cinéma vous propose une chronique d'un film culte et pas n'importe lequel puisqu'il s'agit de Grease, réalisé par Randal Kleiser en 1978. En résumé, tu es un mec et tu veux passer pour un vrai romantique auprès des filles ?
Bon ce n'est finalement pas très compliqué: avoue que tu as adoré Grease et que c'est même ton film préféré ! Toutefois, un tel engouement risque de paraître un peu suspect ! Autant le dire tout de suite, cette chronique risque également de déplaire au public féminin. Pourquoi ? Tout simplement parce que je considère Grease comme un nanar, donc au mieux comme un mauvais film sympathique. Explications à venir dans les lignes qui vont suivre...

Tout d'abord, Grease est l'adaption d'une autre comédie musicale du même nom et réalisé par Jim Jacobs et Warren Casey. Au niveau de la distribution, le film réunit John Travolta, Olivia Newton-John, Stockard Channing et Jeff Conaway. La présence de John Travolta n'a rien de très surprenante.
En effet, l'acteur s'était déjà fait remarquer dans La Fièvre du Samedi Soir, une autre comédie musicale complètement nazebroque. A l'époque, John Travolta est déjà une star et impose ses petits caprices sur le tournage. En effet, John Travolta exige 
d'être conduit sur le plateau en voiture blindée. Il a aussi demandé à être protégé en permanence par un garde du corps et deux policiers.

e9431ded-5a77-4fec-8942-d8f5b0a500db

Enfin, Travolta a imposé à son partenaire Jeff Conaway (qui mesure quelques centimètres de plus que lui) de se tenir un peu penché afin qu'il soit d'avantage crédible dans son image de chef de bande. Pour le reste, le scénario brille surtout par sa simplicité. Attention, SPOILERS !
A la fin des vacances d'été, les amoureux Danny Zuko et Sandy Olsson, une jeune Australienne de bonne famille, doivent se séparer. A son retour au lycée Rydell, le jeune homme retrouve sa bande, les T-birds, blousons de cuir et cheveux gominés. Les parents de Sandy ayant décidé de s'installer aux Etats-Unis, la demoiselle intègre la même école... 

Passé la surprise des retrouvailles et pour faire bonne figure devant ses copains, Danny adopte une attitude désinvolte qui laisse la jeune fille totalement désemparée. Sandy rejoint alors les Pink Ladies, le pendant féminin des T-Birds. S'ensuit un jeu du chat et de la souris entre les deux tourtereaux, le tout rythmé par les événements de leur vie de lycéens : démarrage de la saison de football américain, bal de promotion, course de voitures, soirées entre filles, entre garçons, au fast-food, au drive-in.
Dans les années 1970, les comédies musicales sont à la mode. Pourtant, à la fin des seventies, l'Amérique connaît une période de crise, d'où une certaine nostalgie pour les années "bonheur", à savoir les années 1950 et le début des années 1960.

grease2

Sur le fond, il est tout de même assez curieux que Grease ait connu un tel succès au moment de sa sortie. Car soyons honnête: dans son genre, c'est vraiment un très gros nanar, certes totalement volontaire. Bon déjà, il y a le cas d'Olivia Newton-John, à l'époque âgée de 30 berges, qui joue la midinette de 18 ans. Mais pour le reste, Grease se résume essentiellement à toute une série de clichés sur la période des années 1950 avec cette bande de jeunes rigolards, heureux et qui dansent et se déhanchent à la moindre occasion.
En l'occurrence, le portrait des différents protagonistes est à se pisser dessus !

Danny Zuko (John Travolta) est un faux rebelle. Sous ses airs de petit voyou, se cache évidemment une âme sensible et un grand romantique à ses heures perdues. On notera tout de même qu'il passe son temps à se recoiffer, tout du moins quand il n'est pas en train de danser...
Mais le cas le plus amusant reste celui de Sandy Olsson (Olivia Newton-John), une gentille fille issue d'une famille bien puritaine. Plutôt coincée au départ et visiblement frustrée du "cul", Sandy s'achétera finalement une nouvelle conduite pour devenir soudainement une femme libérée de ses principes et vêtue de cuir.

grease16

Vous l'avez donc compris: Grease brille avant tout par sa ringardise et son ambiance ultra kitsch. A cela s'ajoutent des dialogues qui battent des records du monde en matière de niaiserie. Pourtant, je le reconnais, malgré tous ses défauts, Grease dégage une certaine sympathie.
C'est aussi pour cette raison que je le considère comme un nanar sans vraiment le détester pour autant (même si la comédie musicale n'est pas mon genre de prédilection, je le reconnais également). En tout cas, je préfère quand même ce genre de divertissement, certes bête et d'une naïveté presque touchante, à la série des High School Musical.

Note: 06/20
Note nanardeuse: 14/20


Grease par teasertrailer


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Olivier Walmacq 11545 partages Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines