Magazine Asie

Retour sur le cadavre d'une étrange créature découverte en Russie

Publié le 19 octobre 2014 par Lelelili

Retour sur le cadavre d'une étrange créature découverte en Russie

La cryptozoologie dérange car elle dévoile des mystères que l'on voudrait parfois laisser secret. Il y a quelques années les militaires Russes découvraient les restes fortement décomposés d'une étrange créature, à 5000 km à l'est de Moscou dans la région de Sakhaline. Le cadavre ne ressemblait à rien de connu. Le monstre n'avait pas d'écailles, une étrange peau séchée qui faisait penser à de la fourrure, un crâne large avec de grandes dents...Les militaires l'avaient trouvés échoué sur la côte, rejeté par l'océan. La créature intrigua longuement les spécialistes car elle ne ressemblait à aucun poisson connu. On évoqua un crocodile mais les scientifiques rejetèrent cette hypothèse.Les fans de cryptozoologie l'apparentèrent alors à une espèce de dinosaure aquatique depuis longtemps disparue, mais là encore la théorie fut battue en brèche par les scientifiques. Les militaires prirent alors les choses en main et annoncèrent preuves à l'appui qu'il s'agissait du squelette d'un béluga de grande taille. Le buzz était terminé. Sauf qu'un site indépendant Russe qui regroupe des scientifiques indépendants affirme avoir obtenu une parties des restes de la créature et d'avoir procédé à des tests ADN. Ces tests ne correspondent pas à l'ADN d'un béluga. 

Alors, qu'est donc vraiment cette créature : un mammifère aquatique inconnu, un dinosaure venu du fond des âges, une expérience militaire? Dans ce cas pourquoi avoir communiquer sur la découverte? Pourquoi avoir fait un faux rapport à l'opinion. Que cache l'étrange monstre de Sakhaline ? Le mystère est relancé à moins que nos amis Russes nous aient fait une belle intox. 

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lelelili 260 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine