Magazine Culture

Carnet / Des kilos, de la nourriture, des cigares, de Pessoa et du rêve.

Publié le 21 octobre 2014 par Christian Cottet-Emard

Au printemps 2013, au cours d’une période que je qualifierais d’un point de vue psychologique d’« intranquille » pour emprunter à Fernando Pessoa, j’ai perdu près d’une dizaine de kilos en trois semaines sans être pour autant malade. Pour me maintenir à ce nouveau poids qui me convient mieux, j’ai constaté que la seule solution est de manger moins.

kilos,nourriture,cigare,tabac,rêve,pessoa,fernando pessoa,poids,surcharge pondérale,haine et mépris du sport,christian cottet-emard,blog littéraire de christian cottet-emard,ligne,livre de l'intranquillité,bernardo soarès,demi-hétéronyme,aliment,eau,centre nautique,piscine,mer,océan,bassin,sardaigne,italie,note,journal,écriture de soi,autobiographie,carnet,prairie journal,cce,por larrañaga,havane

Il ne s’agit même pas de faire un régime mais simplement de jouer sur les quantités de nourriture. Je continue de manger ce qui me plaît, aussi bien des bons petits plats très sains que toutes sortes de saletés bien grasses et bien lourdes à digérer. Du moment que je surveille la quantité de tous ces aliments, quelle que soit leur qualité, j’arrive à me maintenir entre 76 et 77 kilos au lieu des 86 que j’ai portés pendant vingt ans. 

kilos,nourriture,cigare,tabac,rêve,pessoa,fernando pessoa,poids,surcharge pondérale,haine et mépris du sport,christian cottet-emard,blog littéraire de christian cottet-emard,ligne,livre de l'intranquillité,bernardo soarès,demi-hétéronyme,aliment,eau,centre nautique,piscine,mer,océan,bassin,sardaigne,italie,note,journal,écriture de soi,autobiographie,carnet,prairie journal,cce,por larrañaga,havane

Pour essayer de descendre à 75 que je considérerais comme mon poids idéal, je me suis imposé des longueurs de bassin au centre nautique à mon rythme, c’est-à-dire lentement mais avec régularité, plutôt dans un souci de détente (j’aime l’eau) que dans le but de faire de l’exercice physique car j’ai une vieille aversion et un profond mépris pour le sport. 

À l’inverse du contrôle des quantités de nourriture, cette activité physique ne m’a pas fait perdre un gramme, le seul bénéfice étant un tout petit peu plus de tonicité musculaire. Après huit mois de piscine à surmonter mon dégoût du bain collectif, des mauvaises manières des nageurs sportifs et de certains comportements carrément répugnants observés dans le bassin, j’ai arrêté de fréquenter le centre nautique.

Comme je ne nage jamais dans les lacs et rivières, la perspective de reprendre des séances de natation est désormais pour moi très faible. En plus, ayant failli me noyer il y a deux ans dans les Landes,  j’ai décidé de ne plus jamais nager dans l’océan. Il me restera donc la possibilité de nager dans la mer en Sardaigne lorsque j’y retournerai.

L’activité physique ne présentant aucun intérêt pour maigrir (du moins dans mon cas personnel), je dois m’en tenir au contrôle de la quantité de nourriture, ce qui m’est un effort constant car j’adore me goinfrer, de préférence de cuisine des terroirs bien consistante mais aussi de sandwichs, de frites et de toutes sortes de sauces et de condiments. Et je ne parle pas du chocolat (mon antidépresseur) et de mon goût immodéré pour tout ce qui est sucré. Je dois me faire grande violence le soir et tard dans la nuit avant d’aller me coucher pour ne pas m’offrir une ou deux cuillers de confiture qui me déclenchent aussitôt une forte envie de fumer un cigare.

kilos,nourriture,cigare,tabac,rêve,pessoa,fernando pessoa,poids,surcharge pondérale,haine et mépris du sport,christian cottet-emard,blog littéraire de christian cottet-emard,ligne,livre de l'intranquillité,bernardo soarès,demi-hétéronyme,aliment,eau,centre nautique,piscine,mer,océan,bassin,sardaigne,italie,note,journal,écriture de soi,autobiographie,carnet,prairie journal,cce,por larrañaga,havane

Bien sûr, j’arrive à rester raisonnable et à ne pas dépasser les 77 kilos qui constituent mon alerte orange. L’été 2013, j’avais réussi à descendre quelques semaines à 75 mais je m’estime heureux avec mes 76 ou 77 actuels.

Je me demande souvent pourquoi je suis préoccupé par ces histoires de poids et de corpulence alors que je suis complètement indifférent à la mode des corps parfaits, sculptés, musclés, athlétiques. Peut-être suis-je influencé, parasité par  mon incapacité à me faire une idée  de ma propre image, peut-être suis-je  « agi » comme dit Pessoa dans Le Livre de l’intranquillité de Bernardo Soarès (éditions Christian Bourgois) : « Dans aucun des actes de la vie réelle, depuis l’acte de naître jusqu’à celui de mourir, tu n’agis vraiment : tu es agi ; tu ne vis pas: tu es seulement vécu. »

kilos,nourriture,cigare,tabac,rêve,pessoa,fernando pessoa,poids,surcharge pondérale,haine et mépris du sport,christian cottet-emard,blog littéraire de christian cottet-emard,ligne,livre de l'intranquillité,bernardo soarès,demi-hétéronyme,aliment,eau,centre nautique,piscine,mer,océan,bassin,sardaigne,italie,note,journal,écriture de soi,autobiographie,carnet,prairie journal,cce,por larrañaga,havane

« Vis ta vie. Ne sois pas vécu par elle » écrit Pessoa. « Tu n’y parviendras qu’en rêvant, parce que ta vie réelle, ta vie humaine, c’est celle qui, loin de t’appartenir, appartient aux autres. Tu remplaceras donc la vie par le rêve, et ne te soucieras que de rêver à la perfection. »

Sur ce plan-là au moins, je dois dire que j’ai parfaitement réussi, bien avant d’avoir lu Pessoa !

Photo 1 : Casa Pessoa, Lisbonne, septembre 2014

Photo 3 : mes havanes préférés (Por Larrañaga)

Photo 4 : Fernando Antonio Nogueira Pessoa


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Rendez-vous du carnet de voyage

    Rendez-vous carnet voyage

    C’est en novembre, du 15 au 17, le rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand : Cette année, le thème principal est "Les grand fleuves". Lire la suite

    Par  Anniecac
    BEAUX ARTS, CULTURE, EXPOS & MUSÉES, TALENTS
  • [Carnet noir] Richard Matheson : le géant de la littérature fantastique s’en...

    [Carnet noir] Richard Matheson géant littérature fantastique s’en allé

    Géant de la littérature américain, l’écrivain Richard Matheson est décédé, aujourd’hui, lundi 24 juin 2013, à l’âge de 87 ans. C’est en 1953 que Matheson... Lire la suite

    Par  Onrembobine
    CINÉMA, CULTURE
  • Carnet du début d’été

    Carnet début d’été

    Après un intolérable suspens, les pivoines en boutons depuis fin avril ont déployé leurs pétales et leur parfum de variété ancienne en cette fin du mois de... Lire la suite

    Par  Christian Cottet-Emard
    CULTURE
  • Titanfall : Carnet des développeurs en vidéo…

    Titanfall Carnet développeurs vidéo…

    Si vous n’étiez pas au fin fond de votre carnotzet lors du dernier E3, impossible d’avoir manqué Titanfall, ce FPS bardé de méchas axé sur le multijoueurs, qui... Lire la suite

    Par  Repostit
    CINÉMA, CULTURE, HIGH TECH
  • [Carnet noir] Jim Kelly

    [Carnet noir] Kelly

    Star du cinéma de Blaxpoitation, Jim Kelly est surtout populaire pour avoir tourné avec Bruce Lee dans le mythique Opération Dragon. Un film qui met en valeur... Lire la suite

    Par  Onrembobine
    CINÉMA, CULTURE
  • Carnet fashion : Glastonbury 2013

    Carnet fashion Glastonbury 2013

    Glastonbury c’est presque la perfection. Musicalement tous les ans, on n’a qu’un mot à dire : WAOH. Mais niveau vêtements et tenues, c’est moins le fun. Lire la suite

    Par  Swann
    CONCERTS & FESTIVALS, CULTURE, MUSIQUE, POP/ROCK, SORTIR
  • [anthologie permanente] Fernando Pessoa

    Deuxième TOURMENTE Qui dans l’abîme gît, sous la mer qui se lève ? Nous, Portugal : pouvoir être. Quelle inquiétude nous soulève de ces fonds ? Désirer pouvoir... Lire la suite

    Par  Florence Trocmé
    CULTURE, LIVRES, POÉSIE

A propos de l’auteur


Christian Cottet-Emard 3146 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine