Magazine Culture

Interview molly nilsson│«j’essaie de faire au mieux»

Publié le 21 octobre 2014 par Acrossthedays @AcrossTheDays

Molly Nilsson est un personnage énigmatique. Sur scène, elle captive. Quelques rythmes, des synthés et une voix transcendante qui transperce un public hypnotisé. Rien de plus. Elle est seule face à nous, et raconte ses amours passés, ses soirées amères et ses voyages autour du monde. On a eu la chance de pouvoir lui poser quelques questions une dizaine de minutes après son concert à l’I.BOAT de Bordeaux.

9tbcH7S INTERVIEW MOLLY NILSSON│«JESSAIE DE FAIRE AU MIEUX»

Across The Days : Tu as commencé la musique en 2007 et depuis tu as fait 5 albums et un EP. Comment tu fais pour composer autant ?

Molly Nilsson : En fait, j’enregistre autant de chansons que je peux, et 75% d’elles sont mauvaises et 25% sont bonnes, alors les 25% deviennent un album.

ATD : D’ailleurs, c’est assez dur de mettre un nom sur ta musique. Certains disent que c’est de la dark wave, d’autres appellent ça synth-pop. Comment définirais-tu ta musique ?

Molly Nilsson : Je dis toujours que c’est de la pop, parce que je pense que mes chansons s’en rapprochent le plus. L’instrumentation a des côtés synth-pop des 80’s mais je pense que c’est dû aux instruments que j’utilise. En fait, si je jouais de la guitare, les gens me mettraient dans une case totalement différente que celle que j’occupe actuellement.

ATD : Tu dessines beaucoup, tu travailles dans une galerie d’art. C’est toujours le cas ? L’art influence ta musique ?

Molly Nilsson : Je bossais dans une galerie, oui, mais maintenant je ne fais que de la musique. L’art n’influence pas vraiment ma musique car avant de jouer, je dessinais beaucoup, notamment des bandes dessinées, et les histoires que je racontais à travers ces dessins, je les raconte désormais à travers mes chansons. Je pense que je ne peux faire qu’une seule chose à la fois ! J’aimerais pouvoir tout faire d’un coup mais je n’ai qu’une vie, donc..

ATD : I Hope You Die, In Real Life, Europa… Tes clips sont faits à partir de vidéos internet et de petits films de toi. Tu les fais toi même ? Qu’est ce qu’ils représentent pour toi ?

Molly Nilsson : Je fais beaucoup de vidéos moi même, et d’autres avec mes amis. C’est quelque chose qui m’amuse beaucoup. Souvent, quand je compose un morceau et que je le termine, je l’écoute en boucle pendant environ une semaine, puis j’aime regarder les choses bouger pendant que je l’écoute. J’essaie ensuite de faire ressentir aux autres ces choses que je vois à travers ces vidéos.

ATD : C’est beaucoup de travail tout ça ! En plus, tu t’occupes seule du label « Dark Skies Association ». Comment fais-tu pour gérer cela en plus de ta musique ?

Molly Nilsson : Je ne sais pas ! Je travaille beaucoup, j’essaie de faire au mieux. Le plus important pour moi est de composer, de faire de la musique mais j’aime aussi être en contact avec le public et gérer moi-même mes dates car je pense que c’est de ma responsabilité. Je n’aime pas déléguer ce genre de choses.

ATD : Pour rester indépendante ?

Molly Nilsson : Exactement ! Pour moi c’est l’idéal, c’est très important de pouvoir contrôler tout ce qui gravite autour de ma musique, tout le processus.

SAXZZvg INTERVIEW MOLLY NILSSON│«JESSAIE DE FAIRE AU MIEUX»

ATD : Tu n’as presque jamais arrêté de jouer depuis novembre 2011 (environ 200 dates en 3 ans !) Qu’est ce que ça te fait d’être sur scène presque non-stop à travers le monde entier depuis tout ce temps ?

Molly Nilsson : Voyager c’est super, j’aime beaucoup ça mais en tournée c’est très fatiguant, car l’emploi du temps est vraiment intense. Mais j’ai réalisé qu’il valait mieux que je le fasse maintenant, tant que je suis jeune et que j’ai cette énergie. Il faut que j’en fasse le plus possible, avant que je fatigue, et j’en profite beaucoup. Je sais que c’est une chance de faire ce que j’aime donc ce n’est pas un problème. Et même si la partie « tournée » de mon site peut sembler dingue, j’ai quand même le temps de rentrer chez moi, de voir mes amis, de revenir à la vraie vie !

ATD : Qu’est ce que tout ce succès t’apporte, comment réagis-tu face à ces dates qui deviennent de plus en plus rapidement complètes ? (cf : Quelques jours plus tôt, Molly Nilsson jouait à guichets fermés au Batofar à Paris)

Molly Nilsson : C’est vrai, c’est dingue ! J’ai eu l’impression qu’à ce concert, c’était complet deux fois tellement les gens étaient nombreux ! En fait, j’avais vraiment la pression à cause de ça car dans ma tête je me disais « Hé mais c’est juste moi, qui vient chanter pour vous ! ». C’est dur pour moi de comprendre ce que les gens attendent de moi donc j’essaie de penser qu’ils ne viennent pas seulement pour me voir ou même pour ma musique, mais surtout pour sortir ensemble, le soir. J’essaie de penser de cette manière pour ne pas devenir dingue ! Donc je me dis « Ok, je vais aussi voir des concerts sans me dire que c’est la chose la plus importante de ma vie » et ça me rassure !

ATD : J’ai vu que tu vivais à Neukölln. Pourquoi ce quartier de Berlin ?

Molly Nilsson : J’ai débarqué là bas en 2006 et à cette époque, c’était un quartier peu convoité, tout le monde voulait vivre à Friedrichsain ou Kreuzberg, mais j’ai trouvé mon appartement là-bas et je me suis installée. Je pense que Berlin a toujours été une ville qui changeait beaucoup, les gens changent, les quartiers changent donc à mon avis dans environ 6 ans, Neukölln aura aussi changé. D’ailleurs, je commence à voir plein de femmes enceintes donc ça semble être le début de la fin !

ATD : Comment vois-tu le futur, aussi bien au niveau de ta musique, de l’art, de Berlin ?

Molly Nilsson : Je ne sais pas trop, je veux au moins faire un autre album et je pensais à déménager pendant un moment mais je suis très heureuse à Berlin donc je compte y rester. J’ai beaucoup de plans en tête mais je vais les garder pour moi, pour le mystère !

ATD : Pour finir en musique, donne moi…

ATD : La première chanson que tu as aimée ?
Molly Nilsson : Crawfish de Elvis Presley

ATD : La chanson que tu écoutes en tournée en ce moment ?
Molly Nilsson : Take My Breath Away de Berlin

ATD : La chanson que tu aurais aimé écrire ?
Molly Nilsson : Den Minsta Av Segrar de 1900

ATD : La chanson que tu chantes quand tu es saoule ?
Molly Nilsson : Love Hurts de Nazareth

The Adobe Flash Player is required for video playback.
Get the latest Flash Player or Watch this video on YouTube.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Acrossthedays 8489 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines