Magazine Culture

La cantatrice chauve de Eugène IONESCO

Par Lecturissime

                      La cantatrice chauve de Eugène IONESCO

♥ ♥ ♥

"A propos et la cantatrive chauve ?

- Elle se coiffe toujours de la même façon."

Mon avis :

La cantatrice chauve est la première pièce d'Eugène Ionesco, représentée pour la première fois en 1950, son succés ne s'est jamais démenti puisqu'elle est jouée au théâtre de la Huchette depuis 1957 et est ainsi une des pièces comptant le plus de représentations en France. 

L'auteur s'est inspiré de la méthode Assimil pour l'apprentissage de l'anglais pour construire une pièce qui témoigne de la tragédie du langage : la parole s'est vidée de son contenu et est devenue absurde. Les notions elles-mêmes se sont vidés de leur sens, les gestes devenus sans signification. Ainsi les conversations des protagonistes débordent de clichés, créant un monde étrange, absurde. 

M. et Mme Smith sont des bourgeois anglais qui reçoivent à dîner un autre couple d'amis, Les Martin. S'invite également à la fête un pompier de passage, à la recherche de feux à éteindre. Ces bourgeois conformistes utilisent un langage préconçu qui ne veut  plus rien dire :

"Tout ce qui est humain est honorable." 

"Dans la vie il faut regarder par la fenêtre."

"Il faut toujours penser à tout."

"Prenez un cercle, caressez-le, il deviendra vicieux !"

ils disent tout et son contraire, joyeusement :

"Le coeur n'a pas d'âge.

- C'est vrai.

- On le dit.

- On dit aussi son contraire.

- La vérité est entre les deux."

Les Smith et les Martin sont les archétypes de la bourgeoisie dépourvus de toute psychologie. Dans un entretien de l'auteur avec Claude Bonnefoy, Ionesco confie que ses personnages sont "vidés de toute substance, de toute réalité psychologique (...) disent n'importe quoi et ce n'importe quoi n'a pas de signification. C'est cela la pièce. (...) On a voulu donner de cela des interprétations psychologiques, sociologiques, réalistes, on a vu les personnages des petits bourgeois caricaturés. Peut-être. C'est un peu cela. Un peu." 

Ionesco critique les clichés de la conversation et de là crée une parodie du théâtre. 

La logique est elle aussi mise à mal : la théorie ne s'accorde pas toujours à la pratique. L'expérience elle-même peut être trompeuse comme en témoigne l'épisode de la sonnette : quand on entend sonner à la porte et que par deux fois il n'y a personne, faut-il en conclure que rien ne sert d'ouvrir quand on sonne ? Les faits supplantent-ils la théorie ? 

L'absurdité règne dans un monde déstructuré, et si le spectateur rit, il finit par comprendre le tragique de sa condition. 

Auteur :

Académie française ; Larousse

Entretien dans le Magazine Littéraire

Informations sur le livre et analyses :

L'Académie d'Aix-Marseille propose de nombreux liens

A voir :

Au théâtre de la Huchette à Paris

Vous aimerez aussi :

Du même auteur : Rhinocéros

La cantatrice chauve, Eugène ionesco, Folio théatre, 6.20 euros


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Lecturissime 4403 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines