Magazine Culture

The Mothers #7-200 Motels-1971

Publié le 28 octobre 2014 par Numfar
The Mothers #7-200 Motels-1971

The Mothers #7:

Frank Zappa: chant, guitare, basse

Ian Underwood: claviers, cuivres

Howard Kaylan: chant

Mark Volman: chant

Aynsley Dunbar: batterie

George Duke: claviers, trombone

Martin Lickert: basse

Ruth Underwood: percussions

Tourné en vidéo, en une semaine, avec un budget ridicule, 200 Motels est un film bordélique, psychédélique, mélangeant comme d'habitude chez Zappa superbe musique et grand n'importe quoi.

Accompagnés par Ringo Starr (qui joue le double de Zappa) et  Keith Moon (jouant une nonne en plein bad trip), les Mothers jouent le rôle d'un groupe de rock américain en pleine tournée, débarquant dans un bled paumé, Centerville, subissant l'hostilité des natifs et la pression du show biz.

Martin Lickert (embauché pour l'occasion, il ne joue même pas sur l'album) quitte les Mothers au milieu du film pour faire fortune en solo.

Le double album, publié en octobre 1971, est fidèle au film: "200 Motels" (#59 US), produit par Frank Zappa.

Semi-fraudulent/Direct from Hollywood overture

Mystery roach

Dance of the rock & roll interviewers

This town is a sealed tuna sandwich (prologue)

Tuna fish promenade

Dance of the just plain folks

This town is a sealed tuna sandwich (reprise)

The sealed tuna bolero

Lonesome cowboy Burt

Touring can make you crazy

Would you like a snack?

Redneck eats

Centerville

She painted up her face

Janet's big dance number

Half a dozen provocative squats

Mysterioso

Shove it right in

Lucy's seduction of a bored violonist & postlude

I'm stealing the towels

Dental hygiene dilemma

Does this kind of life look interesting to you?

Daddy, daddy, daddy

Penis dimension

What will this evening bring me this morning

A nun suit painted on some old boxes

Magic fingers

Motorhead's midnight ranch

Dew on the newts we got

The lad searches the night for his newts

The girl's dream

Little green scratchy sweaters & Corduroy ponce

Strictly genteel

(Frank Zappa)

Musiciens additionnels:

Theodore Bikel: narrateur

Jimmy Carl Black: chant (Lonesome cowboy Burt)

Jim Pons: choeurs

Big Jim Sullivan: guitare

Même commentaire que pour "Uncle Meat" qui était déjà une bande originale de film, je déteste ce disque.

Entre les moments de bordel intense inécoutables, les passages symphoniques limite cacophoniques qui me fatiguent, on peut, peut-être, trouver de bons morceaux, mais ceux-ci sont perdus dans la masse.

Encore une fois, beaucoup considèrent ce disque comme une oeuvre majeure, un tournant dans sa discographie, j'appelle ça une oeuvre masturbatoire.

J'ajoute que je n'ai pas vu le film, qui fut un flop, mais que cela ne me manque nullement.

Je n'ai d'ailleurs, pas encore entendu de critiques positives à son encontre.

Seul titre à sauver: l'épique "Strictly genteel" qui clôt l'album.

Dans les semaines qui vont suivre, plusieurs événements dramatiques vont modifier l'histoire de Zappa et des Mothers.

D'abord, suite à la sortie du film, un concert au Royal Albert Hall avec le Royal Philarmonic est annulé pour causes de textes jugés obscènes.

Zappa portera plainte pour rupture de contrat et perdra son procès en 1975.

En décembre, concert au festival de Jazz de Montreux durant lequel un spectateur met le feu au casino.

Durant l'incendie, immortalisé par le "Smoke on the water" de Deep Purple, Zappa fut absolument remarquable et sera félicité pour son calme et son sang-froid.

Grâce à lui, le public réussira à sortir dans le calme et il sera même l'un des derniers à quitter la salle.

L'incendie, qui détruit totalement le casino de Montreux, ne fit par ailleurs, aucun blessé

Une semaine plus tard, les Mothers jouent au Rainbow de Londres lorsqu'un membre du public monte sur scène, et pousse Zappa dans la fosse.

Le groupe croit Zappa mort durant quelques minutes, celui-ci souffre de multiples fractures sur tout le corps, y compris le larinx, le laissant aphone durant de nombreux mois.

Les mois qui suivirent virent la dissolution momentanée des Mothers, Volman et Kaylan continuant en duo via le duo Flo & Eddie, et son absence de la scène durant deux bonnes années.

© Pascal Schlaefli

Urba City

28 octobre 2014

Partager :     J'aime

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Numfar 50 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte