Magazine Beaux Arts

Tajan, Belle vente Tableaux et Sculptures Orientalistes

Publié le 03 novembre 2014 par Kenza

Tajan, Belle vente Tableaux et Sculptures Orientalistes

Lot 13  Henri Adrien Tanoux (1865-1923), La belle odalisque  Estimation : 12 000/18 000 €

  Islamic Art  Tableaux et Sculptures Orientalistes Vente aux enchères Mardi 4 novembre 2014 à 19h Tajan

Tajan, Belle vente Tableaux et Sculptures Orientalistes

Lot 14  Ecole française orientaliste, suiveur de Pierre Bonirote (1811-1891), Femmes au bain Estimation : 18 000/25 000 €


Tajan, Belle vente Tableaux et Sculptures Orientalistes

Lot 17  Joseph-Félix Bouchor (1853-1937) Fès, Le souk et les horloges de Bou Anania (Inamiya) Fez Estimation : 5 000/7 000 €


Tajan, Belle vente Tableaux et Sculptures Orientalistes

Lot 18  Alphonse Etienne Dinet (1861-1929), Le départ pour la fête Estimation : 300 000/400 000 €

Notes: Étienne Dinet fit son premier voyage en Algérie en 1884 avec son ami Lucien Simon. Il y retourna l’année suivante, et en 1887 devint membre de la Société des Peintres Orientalistes fondée par Léonce Bénédite. Il fut l’ami du peintre Paul Leroy, et s’inscrivit à l’école des langues orientales pour apprendre l’arabe. Sa rencontre avec Slimane Bin Ibrahim, qui devint son guide, son conseiller et enfin son ami fidèle, fut déterminante. L’Algérie devint alors son unique source d’inspiration et lui apporta l’énergie et la vivacité qu’il lui fallut pour peindre ses magnifiques tableaux. Dinet fit de nombreux et longs séjours en Algérie, se convertit à l’Islam, et fit le pèlerinage à LaMecque. Sa connaissance et son amour de l’Algérie lui ont permis de reproduire dans ses tableaux les qualités de ce pays et de ce peuple devenus siens. Dinet peignit des scènes de désert, des sujets religieux, de magnifiques ouled-nails, et des scènes enfantines. Jeunes garçons jouant avec un sou, jeunes filles au bain sont autant d’illustrations de la joie de vivre dans le sud algérien. Le tableau que nous présentons représente un groupe de jeunes filles tenant une petite fille. C’est le soir, la lune est haute mais la nuit n’est pas encore tombée. Elles sont richement vêtues, et portent de magnifiques bijoux. Elles sont pressées, et semblent courir vers une fête, un mariage, une musique Dinet a merveilleusement rendu le mouvement par le jeu des tissus qui se froissent sur les corps qui semblent vouloir sauter hors du tableau. La jeune fille à gauche semble y être parvenue, grâce à l’audace du peintre qui ne nous montre qu’un morceau de son corps. La petite fille quant à elle semble portée par ses amies ou ses sœurs pour qu’elle marche plus vite. Le peintre s’est plu à dépeindre la richesse des couleurs des vêtements et des foulards rouge, jaune ou vert. La nuit mauve arrive, mais le soleil invisible dans l’œuvre éclaire la montagne d’une chaude teinte orangée. C’est un tableau joyeux et plein de vie que l’on se plaît à admirer. ***

Tajan, Belle vente Tableaux et Sculptures Orientalistes

Lot 26  Lucien Lévy-Dhurmer (1865-1953), Deux sikhs Estimation : 15 000/25 000 €

Notes : Provenance: Collection particulière, France. Exposition Lévy-Dhurmer, Bruxelles, Galerie des Artistes Français, 20décembre 1927-3janvier 1928, sous le numéro31. - Étiquette d’exposition au dos. Le sikhisme est l’une des quatre religions de l’Inde fondée par Nanak (1469-1538) au Pendjab. Bibliographie: Reproduit au catalogue de l’exposition citée ci-dessus, à la fin de l’introduction de Camille Mauclair sous le titre "Deux profils d’hindous". Il existe une huile sur toile du même sujet offerte par Monsieur et Madame ZAGOROWKI, en 1976, au musée Paul Valéry à Sète. Ce peintre français, né à Alger, commença sa carrière en peignant sur faïence dans la manufacture de Clément Massier. Ses nombreux voyages le conduisirent à sillonner le monde oriental du Maroc aux Indes, et les souvenirs qu’il en ramena lui furent source d’inspiration. C’est en tant que pastelliste qu’il excella trouvant dans cet art le moyen d’exprimer toute sa sensibilité et sa douceur. Dessinateur et coloriste hors-pair, ce peintre nous a laissé une vision unique de l’Orient, s’attachant à la lumière et aux sentiments. Notre tableau illustre magnifiquement l’art de Lévy-Dhurmer. Il ose le jaune éclatant, couleur de l’Inde, et nous présente des personnages empreints de noblesse. ***

Tajan, Belle vente Tableaux et Sculptures Orientalistes

Lot 27  Jacques Majorelle (1886-1962), Anemiter, Grand-Atlas, 1928 Gouache et encres de couleur, technique mixte sur papier rehaussé de poudres d’or et d’argent, signé,  situé et daté en bas à gauche. Titré au dos "Anemiter, Vallée Dounila Grand Atlas, Le Noyer n° 29". Estimation : 80 000/120 000 €

Notes: Provenance: Collection particulière, France. "Les murs de terre, qui peuvent apparaître presque blancs sous le soleil, deviennent de plus en plus rouges à mesure que la lumière diminue ou lorsque la pluie les frappe et les mouille, modifiant ainsi totalement les valeurs et les volumes de ces bâtisses." Félix Marcilhac. Bibliographie: Félix Marcilhac, "Les Orientalistes, Jacques Majorelle", Édition A.C.R.Paris, 1995, reproduit en couleurs, page139. Après l’Italie et l’Égypte, Majorelle découvre le Maroc en 1917. Il sera tout de suite séduit par Tanger, résidence privilégiée des artistes occidentaux. Cependant, le Maroc du Nord trop humide ne lui convient pas et il part s’installer à Marrakech. Il est immédiatement séduit par cette ville où il y fut reçu et accepté tant par les Français résidents que par les notables locaux. Majorelle se plaît à peindre les souks, mais il veut aller plus loin. Le sud marocain est encore une terre inconnue ou peu se sont rendus, et c’est là que Majorelle veut aller. À partir de 1919, il se rendra régulièrement dans l’Atlas, et peindra les casbahs. Il affectionnera particulièrement la vallée de l’Ounila et la casbah d’Anemiter qu’il découvrit lors de sa première expédition dans le Haut-Atlas en 1921. Anemiter est extrêmement bien conservé, et jouit d’une situation remarquable lui donnant une vue unique sur l’Atlas. Dans l’œuvre présentée, nous voyons au premier plan quelques habitants du village sur une terrasse. Ils paraissent fragiles et écrasés par la grandeur du paysage alentour. Les tours carrées bâties comme des châteaux-forts, et au loin, l’Atlas majestueux semblent protéger ces lieux de tout visiteur. ***

Tajan, Belle vente Tableaux et Sculptures Orientalistes

Lot 34  Edy-Legrand (1892-1970), La visite Estimation : 15 000/25 000 €

Notes: Provenance: Collection particulière, France. Édy-Legrand, dont le vrai nom est Édouard Warschavsky, étudia à l’Académie des Beaux-Arts de Munich avant d’entrer dans l’atelier de Gabriel Ferrier à Paris. Il débuta sa carrière comme illustrateur pour divers magazines. Son style est toujours classique, mais sa découverte de l’Algérie et du Maroc lui permettra de trouver une nouvelle source d’inspiration. En 1933, il rencontre Jacques Majorelle, et les deux peindront à Marrakech. Édy-Legrand peignit de vastes paysages marocains, mais il excelle dans son art quand il réalise des portraits et des scènes de genre. Il est un merveilleux coloriste qui aime représenter des femmes buvant du thé, dansant l’Aouache, ou comme dans notre peinture, recevoir des visiteurs. ***

Tajan, Belle vente Tableaux et Sculptures Orientalistes

Lot 38  Alexandre Roubtzoff (1884-1949), Femmes tunisiennes Estimation : 100 000/150 000 €

Notes : Après un voyage dans le sud de l’Espagne, où il découvre l’architecture mauresque, Alexandre Roubtzoff décide de visiter la Tunisie. Il a 30 ans lorsqu’il arrive à Tunis en 1914. Il va alors entamer une véritable vie de "peintre-voyageur", explorant l’Afrique du nord. Cependant, son pays de prédilection reste la Tunisie. Notre tableau, œuvre magistrale restée inconnue depuis 1920, est une magnifique illustration de la belle série de tableaux sur les femmes tunisiennes de ce grand artiste orientaliste. Deux jeunes femmes au premier plan discutent, assises sur des nattes. Leurs vêtements, leurs bijoux, leur attitude tranquille illustrent la douceur de vivre de ce pays baigné de soleil. Chacune des femmes est identifiée par son prénom. Se côtoient donc "Fatma", "Salma" et "Mahbouba", modèles chers à Roubtzoff qu’il représentera parfois seules dans ses autres tableaux. Alexandre Roubtzoff se montre un merveilleux coloriste dans ce tableau où les bleus jouent avec les roses et les jaunes. Mais c’est aussi un fidèle témoignage de la vie quotidienne en Tunisie, et de ses costumes traditionnels.  ***

Tajan, Belle vente Tableaux et Sculptures Orientalistes

Lot 42  Mathilde-Margherite Hautrive (1881-1963), "Scène enfantine à Meknès" Estimation : 4 000/6 000 €


Tajan, Belle vente Tableaux et Sculptures Orientalistes

Lot 52  Hassan El Glaoui (né en 1924), Fête arabe sur fond vert Estimation : 20 000/40 000 €


Tajan, Belle vente Tableaux et Sculptures Orientalistes

Lot 56  Mahieddine Baya dite Baya (1931-1998), Jeune femme aux paons Estimation : 6 000/8 000 €

Notes: Provenance: Collection particulière, France. "Baya dont la mission est de recharger de sens ces beaux mots nostalgiques: l’Arabie heureuse’. Baya, qui tient et ranime le rameau d’or". André Breton, "Baya, Derrière le Miroir", Galerie Maeght, Paris, novembre1947. Cette orpheline travailla comme aide ménagère dès son plus jeune âge à Alger. Elle y découvrit une demeure pleine de fleurs et d’oiseaux, et commença à peindre des gouaches. En 1943, Aimé Maeght de passage à Alger vit ses œuvres. Il lui organisa une exposition à Paris en 1947, et André Breton préfaça le catalogue. Elle découvrit Paris et rencontra Braque et Picasso. Elle est considérée comme l’une des fondatrices de l’art algérien moderne. Baya aima les couleurs, les roses vifs, les bleus éclatants qu’elle ourla d’un puissant trait noir. Peintre de femmes, elle les enferme en noir, mais les libère par la couleur. *****

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Kenza 4520 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines