Magazine Culture

Alejandra Pizarnik – La dernière innocence (La última inocencia, 1956)

Par Stéphane Chabrières @schabrieres

Alejandra PizarnikPartir
corps et âme
partir.

Partir
se défaire des regards
pierres qui oppriment
qui dorment dans la gorge.

Je vais partir
plus d’inertie sous le soleil
plus de sang anéanti
ne plus faire la queue pour mourir.

Je vais partir

Mais fonce, voyageuse!

*

Partir
en cuerpo y alma
partir.

Partir
deshacerse de las miradas
piedras opresoras
que duermen en la garganta.

He de partir
no más inercia bajo el sol
no más sangre anonadada
no más formar fila para morir.

He de partir

Pero arremete, ¡viajera!

*

To leave
in body and soul
to leave.

To leave
to get rid of the glances
oppressive stones
that sleep in the throat.

I have to split
no inertia under the sun
no more shocked blood
no lining up to die

I have to go.

Onward, little traveler! begin!

***

Alejandra Pizarnik (Buenos Aires, Argentine 1936–1972)La dernière innocence (La última inocencia, 1956)



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Stéphane Chabrières 11329 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines