Magazine Culture

L'impensable rencontre, essai par Marie-Hélène Fraïssé

Par Mpbernet

La critique de Claude :

Marie Hélène Fraïssé est grand reporter pour Géo, et productrice à France Culture.

Elle a rassemblé dans ce livre des comptes rendus de premiers contacts avec les Amérindiens et les Inuits, faits par les découvreurs de l’Amérique du Nord ; Anglais, Français, Espagnols, Etats-Uniens et Canadiens franco ou anglophones. Certains écrivent au Roi, ou au Chef de Colonie, qui les a mandatés pour conquérir de nouveaux territoires, si possible riches en or et argent.

rencontre

Curtis

Ces récits sont classés chronologiquement, en commençant par les côtes de l’Est bien avant Colomb (les Vikings ne se sont pas contentés du Groenland), puis, aux XVIIIème et XIXème siècles, le Grand Nord des Inuits et les grandes rivières du centre (Mississipi, Missouri, le Passage du Nord Ouest vers le Pacifique), enfin le Sud hispanique.

Dans un premier temps, les Européens sont en position d’infériorité ; ils ont besoin d’orientation, ils ne comprennent rien aux innombrables langues et aux coutumes de leurs interlocuteurs. Ils ont besoin des Indiens, d’abord pour ne pas se faire tuer, puis pour comprendre le territoire et l’exploiter, en y établissant leur drapeau national.

Ils se font séducteurs en proposant, contre les fourrures indiennes (infiniment plus demandées que dans notre civilisation du chauffage), des chevaux et des armes à feu (qui vont déséquilibrer les hiérarchies entre peuples indiens) et, hélas, de l’alcool.

Ils ne savent pas eux mêmes qu’ils sont porteurs de mort, avec une pléiade de microbes et virus contre lesquels les Indiens n’ont jamais développé d’anticorps. On ne voit pas bien ce qu’auraient pu faire les Indiens, s’ils s’étaient suffisamment méfiés.

Ce livre n’est pas une description ethnologique de l’Amérique indienne et inuit ; cependant, la concordance des observations, sur la structure familiale ou la chasse par exemple, dégage les caractéristiques communes.

On trouve aussi des notations qui rappellent le beau livre que le regretté Alain Testart a consacré à la période qui s’étend « Avant l’histoire », ou les observations de Claude Lévy Strauss au Brésil (Tristes tropiques).

L’immense majorité des « découvreurs » n’avaient aucune préoccupation scientifique. Le livre décrit cependant une belle exception, la grande enquête photographique d’Edward Curtis, soutenu par le Président Theodore Roosevelt (1900-1930).

Vous pouvez admirer les milliers de photos et les textes de Curtis simplement en tapant sur votre ordinateur : http://curtis.library.northwestern.edu/curtis/toc.cgi

L'impensable rencontre, récits rassemblés par Marie Hélène Fraïssé, édité chez Albin Michel, 362 p., 22,90€


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Mpbernet 50874 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte